Accueil / F3 / F3 : Dallara prête à relever le défi
Formule 3 par Dallara

F3 : Dallara prête à relever le défi

Formule 3 par Dallara

Suite à l’annonce de Lola qui considère revenir en Formule 3 à partir de 2013, nous avons souhaité connaître le point de vue de Dallara qui jouit d’un quasi-monopole depuis plusieurs années comme nous l’avions mentionné. Jos Claes, responsable des projets F3 Dallara, a bien voulu répondre à nos questions sans langue de bois.

« Chaque retour ou nouveau constructeur en F3 est une bonne nouvelle pour la discipline ; c’est cet aspect qui nous différencie de la plupart des autres formules dans le monde. Nous aimons la compétition mais vous imaginez bien que nous n’aimons pas être battus. C’est pourquoi nous continuons d’investir beaucoup en F3, sans prendre en compte le niveau de nos adversaires dans une année ou une période donnée. »

dit Jos Claes lorsqu’on lui demande si le retour de Lola suscite une réaction. Dallara semble donc prêt à relever le challenge d’une concurrence accrue.

Le représentant de Dallara joue même la modestie en repensant à un passé plus concurrentiel, pas toujours gagnant :

« Depuis la saison 1993 nous avons souvent bénéficié d’un quasi-monopole, si ce n’est complet. Nous ne l’avons jamais envisagé comme tel, et nous aimons considérer la F3 telle qu’elle est vraiment, à savoir une formule ouverte au niveau du marché. Cela nous maintient en constante alerte et nous pousse à continuer sans cesse de travailler au développement de la voiture. Nous ne pouvons pas nous permettre de nous reposer sur nos lauriers, » Claes a dit. « Il ne faut pas juger ces 18 dernières années comme celles d’un quasi monopole de Dallara : la quantité est une chose, la qualité est bien plus importante. Martini nous a battus dans le championnat français et Lola en F3 allemande. Il fut un temps où les voitures Dallara, Lola, SLC, Martini, Mygale et Dome se battaient les unes contre les autres, et nous nous devons de mentionner les monoplaces Artline, conçues en Russie. »

Mygale et Artline sont par ailleurs les seules réelles concurrentes de Dallara sur les principaux championnats de Formule 3 actuellement.

La saison 2012 verra l’apparition d’une nouvelle règlementation en Formule 3, dans une volonté de redynamiser les championnats en perte de vitesse avec la multiplication des formules de promotion :

« Les voitures seront plus actuelles et prendront l’allure d’une carrosserie de F1. Les nouvelles règles moteur seront sans doute introduites dans la seconde année de la future génération de monoplaces de 2012 à 2015, ce qui réduira encore les coûts. La nouvelle réglementation freinera quelque peu le développement de certaines parties qui ne nuiront pas à la qualité du spectacle ou à la formation qu’est la F3. Pour donner un exemple, des dimensions minimales seront imposées pour les arbres mécaniques afin de conserver la qualité et d’éviter le risque de voir apparaître des arbres mécaniques légers qui pourraient avoir une durée de vie limitée et de ne courir que peu de kilométrage. »

nous a confié Claes.

Au sujet des parties aérodynamiques standardisées, et si cette standardisation freinait les ardeurs de certains constructeurs, calmés par de faibles possibilités de se démarquer ?

« Les différences entre les voitures ne dépendent pas tant que cela des règles et changements prévus pour l’an prochain, mais plutôt de l’ambition du manufacturier. » pense Claes. « Il est possible de s’inspirer d’une voiture existante et de copier une grande partie de celle-ci, une pratique peu courante en F3, ou bien de faire les choses comme vous l’entendez, en essayant de trouver des solutions innovantes et de rendre une voiture apte à battre la concurrence. Un manufacturier dont l’ambition est moins importante que celle-ci ne sera probablement pas intéressé par la conception d’une F3. »

Dallara se veut également sûre que ces nouvelles règles n’entraîneront pas de flambée néfaste des coûts en F3, ce qui aurait pu être difficile à digérer pour certaines structures :

« L’avantage des nouvelles règles réside dans la réduction des coûts sans changer la perception des spectateurs face à ces excellentes monoplaces, ni des pilotes de cette école de course très compétitive, certains l’appellent l’Université. La F3 sera la même discipline à suivre et à piloter, mais les coûts seront réduits de manière significative. »

La structure italienne pense également que les nouvelles règles aideront à stopper l’hémorragie sur certains plateaux de F3 :

« Nous verrons bien, mais beaucoup d’efforts ont été fournis pour attirer plus de personnes. Il faut donc s’attendre à une extension du plateau. » a conclu Jos Claes.

De futures années excitantes semblent donc se dessiner pour la F3 si l’on partage l’optimisme de Dallara. Espérons-le, pour que la discipline ait un futur aussi beau que son passé et ses riches heures !

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l'affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

2 plusieurs commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox