Accueil / F3 / F3 Europe – Raffaele Marciello remporte le titre 2013
FIA Formula 3 European Championship, round 10, race 2, Hockenheim (D)
© Thomas Suer / FIA Formula 3 European Championship

F3 Europe – Raffaele Marciello remporte le titre 2013

Le grand final du championnat de F3 Europe avait lieu à Hockenheim. Ni Raffaele Marciello, leader du championnat, ni son dauphin Felix Rosenqvist n’avaient le droit à l’erreur dans leur conquête du sacre. Le duel semblait bien lancé pour le pilote de la Ferrari Driver Academy, mais Felix Rosenqvist était déjà revenu de loin suite à des erreurs de l’Italien. Qu’allait réserver la dernière manche allemande ?

Essais

Felix Rosenqvist se révélait le plus rapide lors de la première séance d’essais, qui s’avérait la plus compétitive avec la référence du Suédois en 1m33.692s. Alex Lynn échouait à seulement neuf centièmes de la Mücke devant Sven Müller, Lucas Auer et Denis van de Laar – tous relégués à un dixième. Raffaele Marciello n’était pas loin puisqu’il occupait la sixième place à près de trois dixièmes de son rival. Nick Cassidy et John Bryant-Meisner devançaient de leur côté Eddie Cheever et Pipo Derani, qui complétaient le top dix.

Lors de la deuxième séance, Harry Tincknell prenait le meilleur en 1m33.977s. La Carlin réussissait à reléguer la Prema Powerteam d’Alex Lynn à deux dixièmes. Nick Cassidy prenait le troisième temps, concédant le même tarif que le Britannique. Carlin confirmait une bonne forme entrevue tout au long de cette deuxième séance avec la cinquième place de Jordan King devant Tom Blomqvist et une autre Carlin, celle du Canadien Nicholas Latifi. Raffaele Marciello était cette fois devant Felix Rosenqvist, les pilotes étant classés respectivement aux huitième et treizième rangs. Dennis van de Laar et Eddie Cheever complétaient le top dix.

Qualifications

La première séance de qualifications allait déterminer l’ordre des deux premières grilles de départ du week-end, en prenant en compte les deux meilleurs tours de chaque pilote. Antonio Giovinazzi était l’un des premiers à monter en tête en 1m36.110s, ce qui le plaçait devant Sean Gelael et Kevin Korjus. La majorité des pilotes n’avait pas encore terminé de tour chronométré à ce stade.

Mitchell Gilbert abaissait la référence à 1m35.989s grâce au meilleur temps absolu dans le dernier secteur de la piste d’Hockenheim. Les ténors n’était cependant pas loin et les deux leaders du championnat montaient en tête en 1m34.730s pour Raffaele Marciello, seulement cinq millièmes plus rapide que le Suédois Felix Rosenqvist. Kevin Korjus et Lucas Auer allaient surpasser ces deux hommes, la nouvelle référence allant à l’Estonien en 1m34.213s.

C’était sans compter sur la ténacité des leaders. Felix Rosenqvist prenait d’ailleurs l’ascendant sur son rival en 1m34.109s et continuait sur un rythme canon, pour dégainer un 1m33.868s. Entretemps, Alex Lynn et Lucas Auer s’étaient faufilés devant le protégé de la Ferrari Driver Academy.

Ce dernier préparait toutefois sa réplique en 1m33.778s. Harry Tincknell profitait de cette agitation pour monter au troisième rang devant Alex Lynn, Lucas Auer et Sven Müller. Dennis van de Laar et Antonio Giovinazzi décrochaient la quatrième ligne de la course devant Kevin Korjus et Jordan King.

Au jeu des seconds meilleurs tours, Felix Rosenqvist prenait sa revanche sur Raffaele Marciello, qui se tenait toutefois au deuxième rang. Alex Lynn montait d’un rang devant Harry Tincknell, Lucas Auer et Antonio Giovinazzi. Sven Müller et Jordan King s’octroyaient la quatrième ligne de la deuxième course.

La grille de la troisième course se jouait dans la deuxième partie des qualifications. Au début de cette phase, Roy Nissany montait en tête en 1m35.108s, soit une demi-seconde devant Raffaele Marciello et sept dixièmes devant Jann Mardenborough. Cependant, le classement évoluait à vitesse grand V et les références restaient modestes.

Raffaele Marciello mettait un coup de boost aux chronomètres en prenant la tête en 1m34.041s, avant d’être détrôné par Harry Tincknell en 1m33.858s. La performance était nullement émouvante pour l’Italien, qui prenait le dessus en 1m33.495s. Felix Rosenqvist s’intercalait entre les deux hommes en 1m33.650s, avant de se rapprocher tout doucement en 1m33.563s. Derrière ces hommes, qui formaient la première ligne de la dernière course, Harry Tincknell et Lucas Auer devançaient Jordan King, Nick Cassidy et Antonio Giovinazzi. Tom Blomqvist et Eddie Cheever se classaient en cinquième ligne, derrière Felix Serralles, classé huitième.

Course 1

Raffaele Marciello pouvait devenir champion en s’imposant, quelle que soit la position de son rival Felix Rosenqvist. Le destin en décidait autrement, puisque la Mücke Motorsport du Suédois prenait la tête dès le départ de la course au nez et à la barbe de l’Italien, pour terminer près de six secondes devant le protégé de la Ferrari Driver Academy sur la ligne d’arrivée.

Felix Rosenqvist se détachait ensuite de son adversaire grâce à une série de meilleurs tours pour réduire l’écart au championnat à 38,5 points au lieu de 45,5 au départ de la course. De fait, Raffaele Marciello restait tout de même dans une posture favorable pour la suite…

Il lui restait la deuxième course pour être sacré dès le samedi, ce qu’il espérait à demi-mot. Il lui suffisait de terminer au moins quatrième en cas de victoire de la Mücke, qui partait en pole de cette prochaine course.

Retour à la première épreuve, dans laquelle les luttes étaient pléthore. Harry Tincknell et Alex Lynn s’en donnaient, par exemple, à cœur joie avant d’être perturbés par un contact qui ouvrait la voie à Sven Müller. Au septième tour, en effet, Alex Lynn dépassait son rival à Spitzkehre avant de sortir large et entrer en collision avec Harry Tincknell.

Les deux pilotes continuaient mais devaient faire du hors-piste en conséquence, avec en prime un drapeau d’avertissement pour la Prema Powerteam. A domicile, le pilote de l’équipe van Amersfoort Racing contrôlait la situation et décrochait le podium.

Alex Lynn se classait quatrième devant son rival du moment Harry Tincknell. Jordan King suivait au classement avec non loin derrière lui Pipo Derani, Dennis van de Laar et Eddie Cheever. Le groupe des dix premiers était complété par l’EuroInternational de Tom Blomqvist. Il ne faisait pas bon être pilote invité puisque Kevin Korjus renonçait après deux tours de course en rentrant aux stands.

Quinze boucles plus tard, Stefano Coletti en faisait de même. Lucas Auer terminait de son côté la course, mais concédait un tour de retard après avoir calé sur la grille. Au fil de la course, il croisait Stefano Coletti et entrait en contact avec le Monégasque.

Course 2

Au coup d’envoi des hostilités, Felix Rosenqvist s’élançait sans encombre devant Alex Lynn, qui reléguait Raffaele Marciello troisième devant Harry Tincknell. Ce dernier se faisait dépasser par Lucas Auer et se retrouvait ensuite détaché.

Le leadership de Felix Rosenqvist était menacé par l’attaque de la Prema Powerteam, mais le Suédois répliquait avec le meilleur tour en course. De manière générale, le peloton se livrait à plusieurs luttes à des niveaux distincts, sans créer le moindre problème après un départ sans encombre.

Felix Serralles se retrouvait dans une lutte avec Tom Blomqvist, tandis qu’Eddie Cheever arrivait à bout de Pipo Derani. Felix Serralles espérait sans aucun doute éviter son funeste destin du dernier meeting à Vallelunga où les passes d’armes se terminaient en abandons…

Dennis van de Laar se faisait lui aussi déborder par Sven Müller, détenteur du septième rang provisoire après dix tours de course. Jordan King était prêt à tirer profit du coup de mou du Néerlandais. Au tour suivant, Kevin Korjus écopait d’une pénalité de passage par les stands pour avoir dépassé les limites de la piste. Felix Serralles connaissait le même sort.

André Rudersdorf était échoué dans le bac à graviers en rentrant dans un adversaire, arrivé trop vite sur ce dernier. L’abandon était inévitable mais n’engendrait pas l’arrêt de la course de sa victime, Sean Gelael.

Les pilotes commençaient à s’exciter puisque les deux pénalisés, Felix Serralles et Kevin Korjus, entraient en contact à deux reprises, le deuxième semblant volontaire de la part de la Fortec de Felix Serralles.

En tête, Raffaele Marciello était repoussé au quatrième rang par Lucas Auer. Cette place suffisait à la Prema Powerteam pour remporter le titre, mais il ne devait plus concéder de rang !

Alors que son équipe préparait à la hâte un panneau personnalisé pour fêter son titre, Raffaele Marciello ralliait l’arrivée hors du podium, derrière le vainqueur Felix Rosenqvist et ses deux dauphins sur le podium, Alex Lynn et Lucas Auer.

Harry Tincknell terminait la course au cinquième rang, quatre dixièmes devant Sven Müller. Antonio Giovinazzi terminait septième devant Jordan King, Dennis van de Laar et Eddie Cheever. Felix Serralles était exclu de cette course et s’apprêtait à débuter la course suivante du fond de grille.

Course 3

La pluie était venue s’inviter à Hockenheim. Le départ s’effectuait sous le régime de la voiture de sécurité avec Raffaele Marciello devant Felix Rosenqvist, Harry Tincknell et Lucas Auer. Après deux tours couverts derrière la Safety Car, Raffaele Marciello regroupait la meute avant de s’élancer pleinement. Un départ rondement mené pour le champion 2013.

Lucas Wolf ne sortait pas indemne de ce lancement, sa monoplace étant endommagée et le forçant à regagner les stands. La visibilité était loin d’être idéale pour les pilotes en course. Eddie Cheever partait en travers après un contact avec Pipo Derani, le premier tentant de se relancer alors que le peloton arrivait sur lui. Il se ravisait et aucun contact n’était à déplorer.

Il pouvait ensuite repartir. La voiture de sécurité intervenait alors que Tom Blomqvist venait de prendre l’ascendant sur Nick Cassidy. La monoplace de Pipo Derani était arrêtée hors-piste. Alors qu’une monoplace partait en tête-à-queue et que Nicholas Latifi voyait son aileron arrière évacué par les commissaires, les voitures se préparaient à repartir. Le Canadien regagnait les stands pour abandonner, dépourvu d’aileron arrière. John Bryant-Meisner était aussi aux stands.

Tatiana Calderon et Spike Goddard entraient en contact, la pilote heurtant son adversaire à l’épingle. Le deuxième cité repartait avec quelques éléments de carrosserie en moins, Tatiana Calderon voyant sa monoplace évacuée. Felix Serralles passait par les stands avant la mi-course, même si les conditions requéraient probablement de terminer cette dernière au temps.

La ma-con d’André Rudersdorf partait en tête-à-queue à l’épingle. Après plusieurs rotations, le pilote pouvait repartir. Cet incident concernait également Sandro Zeller quelques tours plus tard. Plus haut, Lucas Auer était désormais dans les échappements d’Harry Tincknell après avoir remonté sur la tête de course lors des dix premiers tours.

Il n’avait pas réellement besoin d’attaquer son adversaire, qui traversait les graviers pour tomber au cinquième rang juste devant Antonio Giovinazzi. Raffaele Marciello était lui aussi menacé par Felix Rosenqvist, revenu à trois dixièmes au treizième tour. Par chance pour le leader, la course passait au temps et il reprenait du temps au Suédois.

Pendant ce temps, Mitchell Gilbert rangeait sa monoplace au ralenti hors-piste, non loin d’une échappatoire permettant aux commissaires de l’évacuer simplement, à l’instar de Pipo Derani plus tôt dans la course. Dennis van de Laar rejoignait le groupe des nombreux abandons alors que les pilotes entraient dans leur dernier tour. Felix Rosenqvist revenait très près du leader, prêt à le pousser à la faute.

Les deux pilotes avaient fait preuve d’une maîtrise sans faille tout au long de la course, un adage qui se confirmait au drapeau à damier puisque le champion 2013 s’imposait devant son dauphin. Lucas Auer terminait troisième devant Tom Blomqvist et Harry Tincknell, qui sauvait les meubles. Aux portes du top cinq, Antonio Giovinazzi devançait Sven Müller et Alex Lynn. Jordan King et Michael Lewis complétaient le groupe des dix premiers.

Bilan

Au final, ce meeting a permis de mettre sur un piédestal à la fois Raffaele Marciello et Felix Rosenqvist, deux adversaires de haut rang cette saison. En effet, les sept premiers du championnat conservent leur ordre, témoignage d’une hiérarchie bien ancrée et fidèle à la réalité de la piste.

Certains pourraient regretter le départ de Pascal Wehrlein en DTM. A l’époque, il était aisé de se dire que Raffaele Marciello avait un boulevard devant lui. Felix Rosenqvist ne s’est pas laissé marcher sur les pieds et a su repousser l’échéance jusqu’à la veille de la fin de saison. Du reste, le protégé de la Ferrari Driver Academy a souvent eu la situation bien en main, ne tremblant pas devant l’enjeu du week-end.

Il succède à Daniel Juncadella, qui avait terminé devant l’Italien l’an passé et ce malgré cinq victoires consécutives en début de saison, prenant tout sur son passage à Pau et Brands Hatch.

FIA European F3 Championship 2013 – Classement général final
Pos Driver Points
1 Raffaele Marciello 489,5
2 Felix Rosenqvist 487
3 Alex Lynn 339,5
4 Lucas Auer 277
5 Harry Tincknell 227
6 Jordan King 176
7 Tom Blomqvist 151,5
8 Pipo Derani 143
9 Sven Müller 122
10 Alexander Sims 112
11 Felix Serralles 104
12 Josh Hill 56
13 Eddie Cheever 50
14 Pascal Wehrlein 49
15 Nicholas Latifi 45
16 William Buller 39
17 Antonio Giovinazzi 31
18 Lucas Wolf 28
19 Michael Lewis 23
20 Dennis van de Laar 22
21 Jann Mardenborough 12
22 Roy Nissany 11
23 Mitchell Gilbert 10
24 André Rudersdorf 3
25 John Bryant-Meisner 2
26 Mans Grenhagen 0
27 Sandro Zeller 0
28 Sean Gelael 0
29 Gary Thompson 0
30 Kevin Korjus 0
31 Spike Goddard 0
32 Tatiana Calderon 0
33 Dmitry Suranovich 0
34 Alfonso Celis 0
35 Michela Cerruti 0
36 Stefano Coletti 0
NC Daniil Kvyat 0
NC Nick Cassidy 0
NC Ed Jones 0
Le grand final du championnat de F3 Europe avait lieu à Hockenheim. Ni Raffaele Marciello, leader du championnat, ni son dauphin Felix Rosenqvist n'avaient le droit à l'erreur dans leur conquête du sacre. Le duel semblait bien lancé pour le pilote de la Ferrari Driver Academy, mais Felix Rosenqvist était déjà revenu de loin suite à des erreurs de l'Italien. Qu'allait réserver la dernière manche allemande ? Essais Felix Rosenqvist se révélait le plus rapide lors de la première séance d'essais, qui s'avérait la plus compétitive avec la référence du Suédois en 1m33.692s. Alex Lynn échouait à seulement neuf centièmes…

Passage en revue

Spectacle - 7.7
Dose d'imprévus - 7.5
Exploit des vainqueurs - 7.8

7.7

À propos Juliette Follin

Juliette vous apporte les actualités, interviews et résumés de meetings de course sur un plateau, quelle que soit la discipline. En parallèle, elle supervise l’aspect technique et graphique sur le site et les réseaux sociaux.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox