Accueil / F3 / F3 – La FIA plus tolérante sur le label Formule 3
FIA Formula 3 European Championship, round 10, Hockenheim (D)
© FIA F3 / Suer

F3 – La FIA plus tolérante sur le label Formule 3

La FIA est revenue sur ses premières recommandations sur l’usage du terme F3 ou Formule 3 dans l’appellation des championnats monoplaces. Il fallait depuis peu disposer des derniers moteurs répondant aux derniers standards FIA pour prétendre à cette distinction.

Cela disqualifiait notamment les championnats de F3 britannique et allemande, respectivement British F3 et ATS F3. Bien entendu, ils n’étaient pas seuls : l’European F3 Open a même pris les devants et changé son nom en Euroformula Open. Au final, seuls la FIA European F3 et la F3 japonaise avaient la possibilité de conserver ce label.

La commission monoplaces de la FIA s’est réunie. Désormais, les autorités sportives nationales savent que l’appellation F3 est étendue aux disciplines qui utilisent des monoplaces respectant les règles FIA en place lors de l’élaboration desdites monoplaces, ce qui s’applique aussi aux générations plus anciennes.

Le cas de l’Euroformula Open est donc différent puisque l’utilisation de moteurs Toyota les empêche d’utiliser le label F3. Cette stratégie est toutefois assumée par la discipline, dont la politique de réduction des coûts a été soulignée lors de l’officialisation du nom Euroformula Open.

S’il faut homogénéiser les séries de Formule 3 à l’international, il reste encore du travail à la FIA. Elle se donne le temps de peaufiner ce travail pour optimiser les différents paliers des formules de promotion, depuis le niveau F4 qui est aussi en pleine évolution.

À propos Juliette Follin

Juliette vous apporte les actualités, interviews et résumés de meetings de course sur un plateau, quelle que soit la discipline. En parallèle, elle supervise l’aspect technique et graphique sur le site et les réseaux sociaux.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox