Accueil / F3 / Mouvements en Formule 3

Mouvements en Formule 3

Johan Jokinen Formule 3

Sous l’impulsion de Gerhard Berger et de la FIA, qui souhaitaient faire fusionner British F3 et F3 Euroseries sans succès, le Conseil Mondial du Sport Automobile a annoncé la création de l’European Formula 3 Championship dès cette saison afin de renforcer l’intérêt dans cette discipline qui a perdu de son influence ces dernières années.

Symbole de la perte d’influence de la Formule 3, les grilles de plus en plus clairsemées, notamment en F3 Euroseries qui n’avait plus d’européenne que le nom. Si la proposition de fusionner la British F3 et l’Euroseries a été rejetée, probablement en raison du refus des organisateurs de la British F3, et on leur donne volontiers raison, la décision de créer ce nouveau championnat européen a été sélectionnée comme moindre mal.

L’European F3 Championship prend ainsi la place du Trophée International de F3 qui avait été créé la saison passée afin de réunir les épreuves les plus importantes des divers championnats, et déjà de revitaliser la Formule 3. Un échec assez cinglant, car pour être classé au Trophée, il fallait y inscrire les pilotes dès le début de la saison.

Le nouveau championnat européen sera disputé sur dix meetings, dont sept d’Euroseries, deux de British F3 et un stand-alone à Brands Hatch, en support du meeting de DTM. On constatera l’absence du Grand Prix de Macao ainsi que des Masters de F3 de Zandvoort, qui redeviennent des évènements à eux-seuls, sans la quelconque influence d’un championnat ou d’un trophée.

Les mauvaises langues noteront cependant que le calendrier conserve une forte tendance germanophile, ce qui confirme la création de ce championnat pour sauver l’Euroseries, qui continuera donc à exister en tant que discipline propre. Une décision un peu stupide pour le coup, tant il aurait été plus simple de recommencer un nouveau championnat européen. Ici, l’impression donnée est plutôt de supprimer un trophée court par un championnat un peu plus long. Et c’est tout.

Les plus expérimentés parmi nos lecteurs noteront qu’il existait il y a quelques décennies un championnat ainsi dénommé, et déjà organisé par la FIA. La série avait commencé en 1966 sous le nom de F3 Nations European Cup, avant de muter en 1975 par de nouvelles règles en championnat. Celui-ci consacra ainsi Riccardo Patrese en 1976, Jan Lammers en 1978, Alain Prost en 1979, Michele Alboreto en 1980, Pierlugi Martini en 1983 ou encore Ivan Capelli en 1984. 1984 sera d’ailleurs la dernière saison de ce championnat, remplacé alors par l’European F3 Cup, disputé sur une seule course par année. Une coupe qui durera jusqu’en 2002, malgré une pause de 1991 à 1998, et dont la F3 Euroseries prendra la place alors en fusionnant les championnats allemand et français. Comme quoi, tout n’est que question de cycles, une fois de plus.

Le calendrier 2012 du Championnat Européen de F3
29 avril – Hockenheim, Allemagne
13 mai – Pau, France (à confirmer)
20 mai – Brands Hatch,Grande-Bretagne
3 juin – Spielberg, Autriche
1er juillet – Norisring, Allemagne
28 juillet – Spa, Belgique (à confirmer)
19 août – Nurburgring, Allemagne
26 août – Zandvoort, Pays-Bas
30 septembre – Valencia, Espagne
21 octobre – Hockenheim, Allemagne

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l'affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox