Accueil / F3 / Quel avenir pour la Formule 3 Euroseries ?

Quel avenir pour la Formule 3 Euroseries ?

F3 Formula 3

Le départ d’ART GP de la F3 Euroseries jette les bases d’une question essentielle pour la discipline. La structure, née ASM devenue ART, avait dominé beaucoup de championnats depuis sa création, et remporté moult titres avec des pilotes comme Grosjean, Green, Hülkenberg, Briscoe, Bianchi ou encore Lewis Hamilton et Paul di Resta. Mais depuis l’an dernier, la grille avait du mal à dépasser les 13 voitures.

ART engageait trois voitures, donc il en reste techniquement dix pour le moment l’an prochain. Probable victime collatérale du GP3, la F3 Euroseries se retrouve alors face à un dilemme. Pour compenser le temps de roulage réduit, les promoteurs vont essayer une nouvelle formule assez inspirée de la British F3, qui est en pleine expansion de son côté.

Alors que va devenir la discipline ? Deux thèses s’opposent, la première consistant à dire que le départ de cette structure dominante va entraîner de nouvelles applications d’équipes, s’engouffrant dans la brèche pour gagner des championnats. L’autre est plus pessimiste et voit dans le départ d’ART le départ de la référence du championnat, et donc un intérêt limité de concourir en F3 Euroseries. Le précédent Carlin l’an dernier semble donner une indication de tendance.

Pour l’instant, les organisateurs semblent confiants comme en fait foi cette annonce Facebook de la page officielle, mais gare à la désinformation qu’on a connu avec de nombreuses disciplines mortes ces dernières années. Seul l’hiver nous apportera des éléments de réponses.

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l’affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox