Accueil / Formula E / Formula E – Alejandro Agag fait le point

Formula E – Alejandro Agag fait le point

ITALY-AUTO-TECHNOLOGY-ENVIRONMENT

Il y a près d’un mois, le PDG de Formula E Holdings, Alejandro Agag, faisait le point sur le projet Formula E. Une interview où il tirait des constats lucides sur les difficultés pour lancer le concept et le produit voulu par la Fédération Internationale de l’Automobile.

Au calendrier, si Rio de Janeiro a été la première ville annoncée, suivie de Rome, 5 à 6 autres villes devraient être annoncées dans les prochains mois, avec notamment deux courses aux Etats-Unis et une grande capitale en Asie. La discipline cherchant des villes aux décors spéciaux, les rumeurs sont partagées entre New York, Miami et Los Angeles pour les courses aux Etats-Unis. Pour la grande capitale asiatique, si Alejandro Agag brouille les pistes en parlant de « probablement la plus grande en Asie » (la plus grande sur quel niveau ?), c’est Tokyo qui tient la corde.

Outre le challenge d’établir un calendrier de dix courses avec ces critères, ainsi que le dessin et la construction des tracés qui en découlent, l’autre principal défi pour Agag sera de produire des voitures rapides et excitantes afin que le public accroche à la discipline. Après l’annonce de l’appui de McLaren dans la production des trains roulants, une autre annonce concernera le fournisseur des batteries, une grande et globale entreprise d’après Agag. La monoplace de base de la discipline étant la Formulec, Siemens et Saft pourraient être à nouveau appelés dans la conception et la production des moteurs et batteries.

Ceci amène à un autre aspect de la compétition. Si la FIA a voulu ce championnat ouvert à n’importe quelle voiture homologuée et de propulsion électrique, ceci afin de faciliter le progrès de cette source motrice, Agag est réaliste et s’attend à une première saison monotype pour 2014 en raison difficultés des caractéristiques techniques. Le manitou de la Formula E espère tout de même voir l’intérêt de plusieurs constructeurs grossir pour abandonner le format monotype dès l’année 2, soit 2015, et au plus tard pour 2016, de façon à voir la saison 2017 se disputer avec des voitures totalement différentes entre les équipes.

Ces équipes sont d’ailleurs voulues comme des équipes traditionnelles des autres compétitions, à l’image du Drayson Racing qui a rejoint la discipline entretemps, mais des discussions ont également lieu avec des équipes d’IndyCar, de NASCAR, de F1 et d’autres, le but pour Agag étant d’avoir en 2014 une moitié de la grille avec des équipes reconnues, et une autre moitié avec des nouvelles équipes, de manière à attirer des marques globales n’ayant jamais rejoint le sport automobile.

Enfin, concernant les budgets, le nerf de la guerre, la Formula E Vise des budgets assez bas, malgré les gros investissements nécessaires dans le développement des batteries et des trains roulants. Il tient toutefois à préciser que les constructeurs et manufacturiers qui développeront de tels outils devront pouvoir les offrir aux autres équipes à un prix plafond. Toujours dans le domaine du contrôle des coûts, des discussions en cours portent sur le montant du budget capé, qui devrait s’établir aux alentours des 5 millions de dollars par an pour faire tourner une équipe. Une limite assez ambitieuse mais qui devrait permettre d’éviter les pièges de la F1 moderne.

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l'affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox