Accueil / Formula E / Lola-Drayson vise la Formula E

Lola-Drayson vise la Formula E

FondTech ou Lola-Drayson pour la Formula E ?

Vous vous souvenez de ce championnat électrique urbain que la FIA veut lancer en 2013, la Formula E ?

Aujourd’hui, Lola-Drayson a annoncé son intention d’être le fournisseur de la Formule E. A l’origine, l’association entre Lola Group et le Drayon Racing Technologies visait à faire de leur production commune, la Lola B12/69 EV, une voiture de course réfrente dans le domaine de l’électrique basée sur le châssis Lola LMP1 actuel.

La Lola-Drayson a été dévoilée lors de la Low Carbon Racing Conference à Birmingham, en prélude à l’Autosport International Show qui se déroulera jusqu’en fin de semaine. Néanmoins, la déception a pointé dans l’air des Midlands, car les techniciens ont préféré cacher les châssis et tout ce qui peut contribuer à se faire une idée du concept final sous la LMP1 de base.

Lola-Drayson B12/69 EV

Lord Drayson a ainsi précisé que « la forme de la voiture paraitra très différente, en raison des régles aéro complètement ouvertes en Formula E ». Dans son discours, l’ancien ministre des Affaires, de l’Innovation et du Savoir-Faire a notamment précisé que la Lola-Drayson aura un cockpit central, à mi-chemin entre une monoplace et un prototype du Mans, avec des efforts pour réduire la trainée ainsi que l’appui, pouvant être récupéré par des surfaces aérodynamiques actives. Lord Drayson, par ailleurs Président de la Motorsport Industry Association (chargée de représenter l’industrie du sport automobile au Royaume-Uni), assure que la voiture ne ressemblera à rien d’autre existant à ce jour.

Lord Drayson, qui a participé aux 24 heures du Mans en 2009 et 2010 et remporté la course de Road Atlanta 2010 en ALMS, présente également la particularité d’être né borgne. Après son succès en LMP1 avec Jonny Cocker, Lord Drayson avait orienté son équipe – le Drayson Racing – en EV Cup, championnat électrique divisé en plusieurs catégories. Malheureusement pour lui, le championnat a été sans cesse repoussé et n’a finalement pas eu lieu en 2011, officiellement en raison de retards importants de production.

Néanmoins, malgré des règles assez ouvertes – la seule véritable contrainte étant un poids maximum de 300 kilogrammes pour les batteries, que nous avions listé dans notre tout premier article sur la Formula E, les candidats pour la Formula E ne semblent pas se bousculer, même s’ils ont jusqu’au 17 janvier pour se manifester, avant une décision finale du Conseil Mondial du Sport Automobile de la FIA le 9 Mars. Pour l’heure, seuls deux postulants ont répondu à l’appel, Lola-Drayson donc, et FondTech, l’équipe de Jean-Claude Migeot.

Il est également à noter qu’initialement, la date limite était fixée au 14 octobre 2011. Seul FondTech s’était signalé à cette date, ce qui a dû motiver la FIA a laisser plus de temps pour les soumissions de projets. Le projet Formulec aurait pu postuler, mais l’option prise par Segula Matra Technologies, Siemens et les autres partenaires, semble être des championnats nationaux Formulec en 2012/2013, avant un championnat mondial en 2014. Deux formules monotypes en parallèle ? Voilà qui n’irait pas vraiment dans le sens du progrès pour le sport automobile électrique. Certains ne s’en plaindront pas.

La Formula E aura un calendrier de 8 courses urbaines encore à définir. Ou à trouver. Mais cela appartient à un autre sujet.

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l'affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

2 plusieurs commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox