Accueil / Formule Renault / Eurocup FR2.0 : Vandoorne et Kvyat victorieux au Paul Ricard

Eurocup FR2.0 : Vandoorne et Kvyat victorieux au Paul Ricard

Daniil Kvyat FR2.0 2012 Spa

Au Castellet, la séance de qualifications a été perturbée par la pluie tombée avant son commencement, et en raison de la division en deux groupes sur une piste asséchante, l’avantage était au groupe B, dans lequel Stoffel ne figurait pas. Partant dans le premier groupe, le Belge faisait déjà bon usage des pneus secs avec un meilleur temps de 2m10.891s. Dans le groupe B, la bataille était féroce, et même si Mikko Pakari signait le meilleur temps en 2m02.233s, la perte de ce temps pour non-respect de la ligne de course permettait à Javier Tarancon de s’élancer de la pole position de la permière course. Norman Nato a manqué son rendez-vous, puisqu’il partira juste devant Aurélien Panis en 28ème position.

Le soleil est au rendez-vous pour la course, où Javier Tarancon s’élance aux côtés de Stoffel Vandoorne, tandis que la deuxième ligne est occupée par Daniil Kvyat et Ed Jones. Le départ est bien amorcé par le poleman et malgré des court-circuitages bien appuyés de certains pilotes, aucun incdent n’est à déplorer. Au premier tour, Steijn Schothorst a pris la quatrième place, tandis qu’Ed Jones est tombé au 6ème rang – il passera par les stands après quelques tours. Léo Roussel est poussé par les commissaires, c’est l’abandon pour le Français, comme pour son compétriote Matthieu Vaxivière, ou Meindert van Buuren, impliqué dans un incident face à Hans Villemi qui sera placé sous enquête après la course. Norman Nato remonte aussi vite qu’il le peut au classement, se tenant en 19ème place au bout de 2 tours. Si la progression se fait plus difficile une fois le top 20 intégré par le Français, les positions de tête, quant à elles, restent figés malgré une pression d’un Vandoorne qui ne quitte pas une seule seconde son adversaire espagnol. Yu Kanamaru est quant à lui bloqué sur un vibreur dans le virage juste avant la ligne de départ-arrivée, à la suite d’un accrochage. En tête, un coup de théâtre intervient : Tarancon écope de 10 secondes de pénalité qui seront ajoutées à son temps de course, ce qui, au moment de l’annonce, le ferait chuter au 12ème rang. Mais Vandoorne n’attend pas cette pénalité pour s’emparer du commandement, bien au contraire. Oliver Rowland se fraye lui aussi un chemin dans le classement, il se trouve au 7ème rang après 8 tours de course. Les Français ne sont pas en verve, puisque Pierre Gasly ne bouclera pas son 9ème tour, arrêté à côté de la piste et poussé par les commissaires. La fin de course approchant, Daniil Kvyat se trouve dans les échappements du pilote RC Formula Javier Tarancon, et effectue quelques manoeuvres d’intimidiation auxquelles l’Espagnol résiste. Un nouveau rapeau jaune est signalé, cette fois-ci c’est Stein Schothorst qui sort de sa monplace à pied, à près de deux minutes de la fin du temps de course, meilleur tour excepté. Au bout de 13 tours de course, Stoffel Vandoorne s’impose devant Javier Tarancon, qui aura résisté comme un beau diable aux tentatives de Daniil Kvyat, qui monte néanmoins sur la deuxième marche du podium en raison de la pénalité de Tarancon. Guilherme Silva complète le podium devant Oscar Tunjo, Oliver Rowland, Andrea Pizzitola, Stefan Wackerbauer, Nyck de Vries, Melville McKee et Esteban Ocon. Norman Nato finit à la porte des points.

Pour la deuxième séance de qualifications, le temps est clément pour les 2.0, même si la piste humide rend les premiers temps anecdotiques. Le groupe B ouvre le bal, et la bataille semble dessiner une lutte entre Chatin, de Vries et Kvyat. Sur la ligne d’arrivée, c’est finalement Kvyat qui s’empare de la meilleure performance en 2m10.477s, devant Chatin et de Vries. King avait signé la meilleure performance, mais la direction de course lui a ôtée, ce qui le repousse 16ème sur 17 du groupe. Dans le groupe A, Vandoorne se hisse rapidement en haut de la feuille des temps, et comme souvent, bat rapidement le meilleur temps du groupe précédent, privant définitivement Kvyat de toute ambition de pole position ! La séance est écourtée en raison d’une monoplace arrêtée au virage 2, Oscar Tunjo. Stoffel Vandoorne partira ainsi de la pole pour la sixième fois de la saison, aux côtés de Daniil Kvyat, tandis que la deuxième ligne 100% française sera composée d’Esteban Ocon et Paul-Loup Chatin.

La dernière course du week-end voit la pluie revenir sur le circuit du Castellet, obligeant les mécaniciens à oublier toute éventualité de faire courir les montures en pneus slicks. Au départ, Vandoorne et Kvyat sont roues dans roues, chacun essayant de pousser l’autre en dehors de la trajectoire. Kvyat prend la tête, et Vandoorne connaît un sinistre retournement de situation, perdant pied dans le peloton pour tomber au 12ème rang à la fin du premier tour, 2 places plus haut qu’Oliver Rowland. La remontée commence donc, et Rowland en profite pour suivre la voie toute tracée par le Belge. Au 3ème tour, Kvyat a concédé deux positions en tête et les sorties de piste se multiplient à tous les niveaux. Le Russe parvient à conserver la tête et en profite pour s’échapper avec Chatin. Un mal nécessaire, puisque Vandoorne est déjà remonté au 5ème rang et tourne sensiblement plus vite que les pilotes qui le précèdent. Prochaine cible : Melville McKee, qui s’est aussi frayé un chemin jusqu’à la 4ème place. Il perdra ensuite 5 places en sortant de la piste, et ceux qui l’ont dépassé en profitent également pour se livrer une lutte à quatre. Au 5ème tour, Pierre Gasly est hors course et rejoint d’autres Français ayant jeté l’éponge, à l’instar d’Aurélien Panis ou Matthieu Vaxivière. La lutte pour la tête commence à s’installer à près de 10 minutes du drapeau à damiers, Chatin tourne en effet plus vite que Kvyat depuis le début de la course. Mais à trop vouloir en faire, il perd quatre secondes dans un tour et se fait rejoindre, puis attaquer par Esteban Ocon ! Le pilote Koiranen Motorsport ne trouve pas la brêche mais s’emploie à la chercher par tous les moyens. Son coéquipier Patrick Kujala connait un destin plus sinistre, puisqu’il s’accroche avec Stefan Wackerbauer et est forcé à mettre pied à terre. Dans les 5 dernières minutes, Vandoorne dépasse Chatin pour le gain de la dernière marche du podium et perçoit Ocon dans sa ligne de mire. Le Belge ne tardera pas à effacer le Français, mais il ne pourra vraisemblablement pas aller chercher Kvyat qui s’est construit une avance de près de dix secondes. Kvyat s’impose donc devant Vandoorne, Ocon, Chatin, Vermont, Rowland et McKee.

L’écart au championnat entre les deux premiers de la course se réduit, Kvyat grappille ainsi 7 points à Stoffel Vandoorne avant le dernier meeting de saison, qui se tiendra à Barcelone les 20 et 21 octobre prochains.

Eurocup Formula Renault 2.0 2012 – Classement général – Meeting 6/7
1. Stoffel Vandoorne – 226 points
2. Daniil Kvyat – 215
3. Norman Nato – 96
4. Nyck de Vries – 78
5. Oliver Rowland – 74
6. Paul-Loup Chatin – 69
7. Melville McKee – 58
8. Oscar Tunjo – 42
9. Pierre Gasly – 40
10. Alex Riberas – 40
11. Stefan Wackerbauer – 32
12. Jordan King – 31
13. Esteban Ocon – 31
14. Mikko Pakari – 28
15. Guilherme Silva – 24
16. Javier Tarancón – 21
17. Jake Dennis – 19
18. Miki Weckström – 18
19. Andrea Pizzitola – 12
20. William Vermont – 11
21. Patrick Kujala – 10
22. Nick Cassidy – 8
23. Steijn Schothorst – 8
24. Josh Hill – 6
25. Felipe Fraga – 5
26. Ignazio D’Agosto – 4
27. Pieter Schothorst – 2
28. Ed Jones – 2
29. Christof von Grünigen – 1
30. Timmy Hansen – 0
31. Roman Mavlanov – 0
32. Tristan Papavoine – 0
33. Johan Jokinen – 0
34. Matthieu Vaxivière – 0
35. Meindert van Buuren – 0
36. Gabriel Casagrande – 0
37. Alexander Albon – 0
38. Yu Kanamaru – 0
39. Hans Villemi – 0
40. Léo Roussel – 0
41. Kevin Giovesi – 0
42. Aurélien Panis – 0
43. Tanart Sathienthirakul – 0
44. Alessandro Latif – 0
45. Gustavo Menezes
46. Konstantin Tereschenko – 0
47. Victor Franzoni – 0
48. Alexey Chuklin – 0
49. Dennis Wüsthoff – 0
50. Roman Beregech – 0
51. Kevin Kleveros – 0
52. Edolo Ghirelli – 0
NC. Dan de Zille
NC. Daniel Cammish

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l’affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox