Accueil / GP2 / Après les essais, qu’attendre du cru 2013 en GP2 Series ?

Après les essais, qu’attendre du cru 2013 en GP2 Series ?

James Calado 2013 GP2 Series Jerez

Entre bluff et préparations, analyser les essais hivernaux se révèle toujours un exercice assez délicat. L’an dernier en GP2 Series, nous avions toutefois prédit la bonne forme de Davide Valsecchi et Esteban Gutiérrez mais avions sous-évalué la performance de Luiz Razia. Livrons-nous donc au même exercice cette saison avec plus de succès, espérons-le.

A deux semaines de la reprise du championnat, les essais ont donné quelques tendances sur le plateau, qui n’est pas encore confirmé dans son intégralité. Avec trois jours d’essais à Jerez puis autant à Barcelone, ce sont au total six jours d’essais qui ont accueilli un total de 29 pilotes sur 26 places à prendre.

Bilan essais GP2 Series 2013
Seuls trois pilotes se sont partagés la première place : Tom Dillmann, James Calado et Stefano Coletti, tous dominant deux journées. En moyenne brute, c’est le Britannique James Calado qui s’est montré le plus impressionnant. Le meilleur débutant en 2012 a semblé à son aise en se montrant régulièrement aux avant-postes. Derrière, Felipe Nasr et Fabio Leimer se sont également illustrés par leur régularité.

Tom Dillmann suit ce trio de tête, ce qui demeure difficile à analyser, le Français ayant testé pour deux nouvelles équipes, ce qui brouille la donne. Il devance de peu un groupe composé des pilotes DAMS, Stéphane Richelmi et Marcus Ericsson, ainsi que Stefano Coletti.

En enlevant le meilleur résultat et le plus mauvais de chaque pilote, pour ceux dont cela est possible, afin de lisser ces données, on constate quelques changements.

Bilan essais GP2 Series 2013 sans extrême

Si James Calado et Felipe Nasr conservent la tête des classements, Stefano Coletti se glisse dans le Top 3 avec ces résultats « normalisés » et devance ainsi Stéphane Richelmi, Fabio Leimer et Tom Dillmann. Jolyon Palmer et Marcus Ericsson complètent le Top 8.

En mettant en perspectives les moyennes globales et « normalisées » des pilotes durant ces essais d’inter-saison, un nuage de points peut donner une première indication du relief du championnat GP2 pour 2013.

Relief essais GP2 Series 2013

Et contrairement à ce que nous avons fait l’an dernier, essayons d’aller plus loin que les apparences de ce graphique.

Les hommes de tête

Meilleurs débutants l’an dernier, Calado et Nasr semblent les favoris sur le papier. Ce statut est toutefois à nuancer. D’une part, les deux hommes doivent encore réussir à s’imposer. Malgré ses performances, James Calado n’a pas remporté de courses longues l’an dernier, tandis que Felipe Nasr doit encore s’imposer dans la discipline.

Qui plus est, si James Calado possède en ART une structure déjà éprouvée dans les courses pour le titre, ce n’est pas encore le cas chez Carlin. L’équipe britannique dispose toutefois d’atouts de qualité et sa progression depuis son arrivée en GP2 Series il y a deux ans est impressionnante. Felipe Nasr revient aussi au bercail, Carlin ayant permis au Brésilien de devenir champion en British F3 lors de la saison 2011.

James Calado Felipe Nasr GP2 2012 Spa

Les outsiders ?

Derrière les deux hommes de tête, on retrouve un groupe composé de Fabio Leimer, Stefano Coletti, Tom Dillmann, Sam Bird, Stéphane Richelmi et Marcus Ericsson, tous ou presque dans des situations différentes.

Continuant pour une nouvelle saison avec Racing Engineering, Fabio Leimer tentera de ne plus rater les occasions l’ayant privé de la victoire à au moins deux reprises alors qu’il dominait la course. Le Suisse, dans ses meilleurs jours, peut être impressionnant.

Du côté de Tom Dillmann, se retrouver dans une nouvelle équipe telle que RUSSIAN TIME peut lui apporter du bien et du moins bon. Etant le seul débutant l’an passé, avec Calado, à s’imposer, la vitesse du Français n’est plus à prouver. Toutefois, l’équipe russe a repris iSport mais on ne sait pas dans quelles proportions le personnel a été bouleversé. Seules certitudes, Igor Mazepa lui a fait confiance malgré un budget faible apporté par le Français, tout comme Timo Rumpfkeil, le team manager de Motopark, chez qui Dillmann se livrait au coaching de pilotes l’an passé. Et s’il n’a pas signé de meilleur temps avec l’équipe, Dillmann a montré à Jerez chez Hilmer qu’il n’avait rien perdu durant son chômage forcé, même si Hilmer a probablement placé un environnement pour que l’Alsacien claque un temps. A Dillmann de démontrer qu’il peut jouer le rôle de locomotive pour l’équipe. La tâche est grande mais ses performances avec Rapax laissent confiant.

Tom Dillmann 2013 GP2 Series Barcelone

Sam Bird, annoncé après la publication de cet article au volant de l’autre Russian Time, n’a certes pas réalisé les essais d’avant-saison. Cependant, il connaît déjà la monoplace du fait de ses saisons disputées dans la catégorie, dont la dernière chez iSport, la structure qu’a remplacé Russian Time. 5ème puis 6ème de ses saisons principales, il s’est également classé 7ème puis 12ème en GP2 Asia entre 2009-2010 et 2011. Parti en Formule Renault 3.5 l’an passé pour changer d’air et se donner un nouveau défi, il a fait office de prétendant au titre, menant parfois le championnat pour finalement y terminer 3ème.  Cependant, il devra composer avec une nouvelle équipe ainsi que quelques nouveaux circuits. Tout cela sous fond d’une saine émulation entre deux équipiers déjà vainqueurs dans la catégorie, et qui auront à cœur d’en découdre.

Pour Stefano Coletti, qui a pris l’ancien baquet chez Rapax de Dillmann, la tête des temps a été prise par deux fois, confirmant sa lancée depuis Monza l’an dernier, date à laquelle il rejoignit l’équipe avant de signer le meilleur tour à Singapour en toute fin de saison. L’équipe qui a mené Maldonado au titre sera-t-elle capable de ramener Coletti au premier plan ? Après deux victoires en courses sprints lors de sa saison 2011 avec la modeste équipe Trident, le Monégasque aura à coeur de démontrer son potentiel.

Enfin, du côté de DAMS, on assure ne pas avoir voulu faire claquer des chronos. Après les titres de Romain Grosjean et Davide Valsecchi, l’équipe peut-elle avoir confiance en Stéphane Richelmi et Marcus Ericsson ? Les deux hommes se sont montré réguliers. Si le Suédois poursuit sur sa fin de saison en toute beauté tout en capitalisant sur son expérience, il pourrait être redoutable. En revanche, son début de saison sera crucial. L’an dernier, après le tiers de saison, Ericsson n’avait que 8 petits points en poche, le reléguant d’office au rôle d’animateur de luxe. Pour Stéphane Richelmi, la situation est plus délicate, sa saison avec Trident l’an passé n’ayant pas aidé. Auteur d’un brillant podium en Allemagne, le reste de la saison avait été confus, le Monégasque devançant de peu Julian Leal, dont la pointe de vitesse n’est pas une de ses qualités principales.

Derrière, le plateau est plus clairsemé. On retrouve ainsi Jolyon Palmer et Kevin Giovesi en chasse-patates. Après une saison vierge en 2011 avec Arden puis un châssis récalcitrant avec iSport l’an dernier, Palmer a remis la machine en route en s’imposant à Monaco lors de la course sprint. Remonté au 11ème rang, une année charnière l’attend chez Carlin où il côtoiera Felipe Nasr. Son succès éventuel reste difficile à évaluer, Palmer étant un adepte du meilleur et du pire dans des intervalles très courts.

Les débutants

Kevin Giovesi s’est illustré comme le meilleur débutant durant les essais. L’Italien vient pourtant du championnat Copa d’European F3 Open et sa performance semble surprenante, malgré les belles choses entrevues durant son court passé. Pas encore confirmé même si cela ne devrait plus tarder, le pilote Lazarus peut étonner.

Daniel Abt 2012 GP2 Series Jerez

Derrière Giovesi, on retrouve le champion des GP3 Series, Mitch Evans. Régulier sans impressionner, tout comme son dauphin, Daniel Abt. Ayant acquis leur expérience dans la Dallara GP2/11 depuis les essais de fin de saison l’an dernier, les deux pilotes ont fait essentiellement un travail d’apprentissage. Et si Abt a été dans l’ombre de James Calado, Mitch Evans s’est montré dans le rythme de Johnny Cecotto, son coéquipier.

Le Vénézuelien est resté dans le rang durant ses essais. Ayant soufflé l’excellent avec des victoires à Monaco et Hockenheim mais aussi le pire avec de trop nombreux retraits, Cecotto s’est révélé l’an passé et devra travailler sa régularité. Il possède toutefois un avantage par rapport à de nombreux débutants, celui de connaître toutes les pistes de la saison tandis que les rookies n’auront que 30 minutes d’essais pour les appréhender.

Mais revenons aux débutants. Le champion en titre de Formule Renault 3.5, Robin Frijns, a testé pour Trident ainsi que RUSSIAN TIME. Sans expérience préalable, le Néerlandais a semblé dans le rythme des autres débutants malgré l’inexpérience relative de RUSSIAN TIME et l’irrégularité de Trident. S’il parvient à réunir le budget pour la saison, la confrontation avec les autres impétrants sera intéressante, notamment ceux en provenance du GP3 ou de l’Auto GP, comme Adrian Quaife-Hobbs.

Adrian Quaife-Hobbs 2013 GP2 Series Jerez

Au sein de la nouvelle équipe MP Motorsport, Quaife-Hobbs s’est montré au niveau de Daniël de Jong, son coéquipier plus expérimenté de quelques meetings après des courses chez Rapax en fin de saison dernière. Chez Rapax, c’est d’ailleurs Simon Trummer qui a remplacé de Jong, et ses premiers essais semblent montrer des signes de progrès. Seront-ils suffisants pour qu’il marque plus de points que les 4 de l’an dernier ? Le défi ne semble pas impossible.

Le principal défi des débutants sera de réitérer l’exploit de James Calado qui a accroché le Top 5 pour sa première saison, ce qui n’avait pas été atteint par les débutants en 2011 avec l’entrée en piste de la nouvelle voiture.

Les indécis

Autour des niveaux de performance de Quaife-Hobbs et de Jong, on retrouve René Binder, Sergio Canamasas, Jake Rosenzweig, Nathanaël Berthon et Julian Leal.

Après un énorme saut de l’ATS F3 au GP2 en fin de saison 2012, René Binder montre des signes de progression notamment lors des essais de Jerez. L’Autrichien devrait pouvoir s’illustrer à son niveau cette année même si le duel face à Giovesi risque de lui faire mal. Egalement reparti sans point d’une saison partielle en 2012, le cru 2013 de Sergio Canamasas s’annonce meilleur si l’Espagnol parvient à maitriser sa fougue.

Autre revenant, Jake Rosenzweig est encore en course pour ses premiers points en GP2 malgré ses tentatives en GP2 Asia 2009-2010, au GP2 Final en 2011 puis ses deux meetings fin 2012, la saison 2013 de Jake Rosenzweig s’annonce également difficile malgré sa présence chez Addax. Sauf grande révélation, l’Américain n’améliorera pas cette année son nombre de podiums dans sa carrière, à l’heure au nombre d’un en cinq années de carrière.

Jake Rosenzweig GP2 Series 2012 Jerez

Parmi les meilleurs débutants l’an passé, Nathanaël Berthon passe de Racing Engineering à Trident, ce qui n’est pas une situation de rêve. Toutefois, aux côtés de Robin Frijns, le Français a montré que l’équipe avait du potentiel pour progresser. Après avoir manqué les essais de Barcelone pour problèmes contractuels, Berthon a toutefois une carte à jouer et peut capitaliser sur sa première année où il a manqué peu d’occasions à son niveau.

Le chassé-croisé de Berthon a amené Racing Engineering à recruter Julian Leal, 9 points en deux saisons. Depuis son titre en Italian Formula 3000 en 2008, le Colombien patine et ne sera pas aidé face à Fabio Leimer. En revanche, il pourra capitaliser sur l’expérience du team pour améliorer ses performances.

L’une des plus grandes surprises de ces essais d’avant-saison concerne Rio Haryanto. Régulier avec Carlin pour ses débuts, l’Indonésien a rejoint Addax et a semblé en retrait durant les essais. Coup de bluff prolongé ou l’équipe pâtit déjà du départ de Philippe Gautheron ? Toutes les hypothèses sont ouvertes mais que Haryanto se retrouve loin derrière son coéquipier Rosenzweig est plus que surprenant.

Les autres

En fin de plateau, on retrouve trois pilotes ayant testé pour Hilmer et deux pour RUSSIAN TIME. Conor Daly, Pal Varhaug, Riccardo Agostini, Luciano Bacheta et Christopher Zanella ne manquent pas vraiment de talent mais ont manqué de temps pour s’installer et développer des relations avec leurs équipes.

Conor Daly et Pal Varhaug ont eu plus de temps cependant et cela s’est ressenti, les deux hommes devançant Ma Qing Hua et Rodolfo Gonzalez. Le Chinois a continué son apprentissage du GP2 chez Caterham mais aussi de la monoplace dont son expérience est cruellement en-deça des attentes de l’antichambre de la F1, quand bien même Ma a testé en F1 avec HRT.

Ma Qing Hua 2013 Caterham Racing GP2 Series Jerez

En dernier lieu, Rodolfo Gonzalez a remplacé au pied levé Nathanaël Berthon chez Trident. Avec dix points marqués sur trois saisons, pas sûr que les essais du Vénézuélien augurent de meilleurs résultats. En revanche, son apport de PDVSA pourrait faire basculer la décision chez Trident qui hésite entre Berthon, Frijns et Gonzalez semble-t-il.

Le bilan

Après avoir confronté le verdict des chiffres aux expériences passées et une dose de subjectivité que l’on a essayé de contenir au maximum, il apparait peut-être plus pertinent de faire apparaitre un pronostic sous formes de cotes en étoiles, avec de 5 étoiles les principaux favoris à 1 étoile pour les pilotes que l’on ne voit pas quitter le fond du plateau. Notez que les pilotes en italique n’ont pas été encore confirmés.

Il faudra également ne pas oublier l’impact des grilles inversées sur le championnat, pouvant provoquer quelques surprises, tant au classement que sur la piste.

*****
Calado, Nasr, Ericsson

****
Leimer, Coletti, Bird, Dillmann, Richelmi, Palmer

***
Haryanto, Berthon, Giovesi, Evans, Cecotto, Frijns, Abt

**
Quaife-Hobbs, Trummer, Binder, Leal, Canamasas, Daly, Varhaug, de Jong

*
Rosenzweig, Gonzalez, Ma

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l'affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox