Accueil / F3 / Décès d’Igor Mazepa, mécène des temps modernes
Sam Bird 2013 GP2 Series Spa-Francorchamps
© ChequeredFlags

Décès d’Igor Mazepa, mécène des temps modernes

Team Manager de l’équipe Russian Time en GP2 Series, Igor Mazepa s’est éteint lundi à l’âge de 40 ans. Le Russe avait marqué de son empreinte le championnat dès la première saison de son équipe.

Véritable passionné, Igor Mazepa débutait le karting à l’âge de 11 ans. Conscient de ses limites sans en devenir aigri, il se lançait dans les affaires tout en travaillant dans une équipe de camions de course.

En parallèle de ses études aux Etats-Unis, le Russe collaborait également avec des structures en GT. Son retour en Europe lui permettait de devenir le manager d’Alexey Vasilyev et de Roman Rusinov. Dès 2008, Mazepa se diversifiait en lançant Spartak Racing, une équipe de karting qui allait remporter les championnats nationaux en Rotax Max les deux années suivantes. Il prenait ensuite son champion, Artem Markelov, sous son aile pour son parcours en monoplace.

En mars 2013, Igor reprenait les actifs de l’équipe iSport, inscrite en GP2 Series. S’il s’associait aux allemands de Motopark, la structure de Timo Rumpfkeil, il proposait également aux anciens employés de poursuivre l’aventure, ce que feront certains.

Russian Time projetait de devenir une équipe à destination des talents russes. Loin d’un chauvinisme exacerbé, Mazepa se montrait pragmatique sur le niveau des pilotes russes disponibles. Pour la saison 2013, il décidait alors de recruter les meilleurs pilotes disponibles pour faire progresser la structure et viser le titre en 2014.

Son ambition allait devenir la clé de sa réussite. Après des essais avec des jeunes pilotes, il offrait une chance à Sam Bird et Tom Dillmann, qui lui offraient en retour le titre par équipes dès la première saison de l’équipe tandis que le Britannique manquait de peu le championnat pilotes.

Engagé, Igor Mazepa profitait de ses facilités financières pour subventionner ses pilotes, mais aussi pour promouvoir les Jeux Olympiques de Sochi, le projet Formula Sochi ou encore l’association Save the Ring pour la sauvegarde du Nürburgring, entre autres. Il utilisait aussi son influence pour que les GP2 et GP3 Series soient en support du premier Grand Prix de Russie, en fin d’année.

Ses futurs projets impliquaient d’ailleurs le GP3. Russian Time avait repris Bamboo Engineering et espérait connaître la même réussite qu’au niveau supérieur. Jimmy Eriksson avait été annoncé comme l’un des trois pilotes. En GP2 Series, son protégé Artem Markelov, vice-champion d’Allemagne de F3, devait débuter aux côtés d’un pilote expérimenté (Tom Dillmann ou Mitch Evans, selon les rumeurs).

A plus long-terme, Igor Mazepa voulait rejoindre la Formule 1, mais souhaitait faire ses preuves dans les formules de promotion auparavant. Le Russe n’avait pas répondu au récent appel à candidatures de la FIA, estimant la montée trop précoce, et le délai imposé par la Fédération trop court.

Plus qu’un Team Manager, Igor Mazepa s’était imposé comme l’avatar moderne du mécène passionné, ce personnage de plus en plus rare dans les filières monoplaces, et qui manquent cruellement aux pilotes sans budget depuis la disparition des cigarettiers.

Les hommages à la passion, la gentillesse et l’enthousiasme du Russe de 40 ans sont tombés, tout comme les remerciements des pilotes à qui il a donné une chance. Un écho impensable il y a à peine un an, mais ses qualités l’ont rendu indispensable en un an.

Espérons que son parcours inspirera d’autres personnes, et que Russian Time saura lui survivre sans dénaturer son idéal.

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l'affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox