Accueil / GP2 / GP2 : Davide Valsecchi s’impose de nouveau à Bahreïn

GP2 : Davide Valsecchi s’impose de nouveau à Bahreïn

Davide Valsecchi GP2 2012 Bahreïn

Davide Valsecchi est sorti vainqueur de la première course du meeting en standalone à Bahreïn. Suivent Fabio Leimer et Giedo van der Garde, pourtant parti de la pole.

La course commence déjà mal pour James Calado qui est raccompagné aux stands lors du tour de formation après avoir calé sur la grille. Sa mauvaise place sur la grille plaçait déjà le quatrième homme au championnat dans une mauvaise posture, le week-end semble compliqué pour lui. Il prendra tout de même le départ de la course depuis les stands.

Au départ, Stefano Coloni part à la dérive, tandis que Luiz Razia s’est hissé au cinquième rang même si Haryanto lui met la pression. Devant, Giedo van der Garde a déjà creusé un petit écart avec ses poursuivants, tandis que plus loin, Brendon Hartley concède quelques positions.

Les luttes continuent alors qu’Esteban Gutierrez se fait dépasser par Nathanaël Berthon peu avant la fin du premier tour. Entre Rodolfo Gonzalez, Rio Haryanto et Max Chilton, la bataille est également rude : Gonzalez passe les deux pilotes, laissant ainsi Haryanto se débrouiller avec Felipe Nasr pour la huitième place – place que l’Indonésien concède pandis qu’il continue de descendre au classement.

Au deuxième tour, Giedo van der Garde signe le meilleur chrono et le classement des dix premiers est le suivant : van der Garde, Valsecchi, Leimer, Ericsson, Razia, Gonzalez, Chilton, Nasr, Haryanto et Clos. Par la suite, Chilton dépasse Gonzalez au 3e tour pour le gain de la sixième place. Ce qui laisse les cinq premiers relativement tranquilles, même si les écarts demeurent faibles.

Teixeira et Hartley s’accrochent, la monoplace du premier n’en sort pas indemne. L’événement est placé sous enquête par les commissaires, seul Teixeira est concerné puisqu’il a endommagé sa monture en étant un peu trop optimiste. Il écopera ensuite d’un passage dans les stands obligatoire.

Haryanto et Gonzalez se battent toujours, mais Gonzalez conserve par tous les moyens sa place – notamment des freinages très tardifs – et cela fonctionne jusqu’à ce qu’Haryanto lui passe finalement devant tandis que Felipe Nasr bloque ses roues alors qu’il leur arrive droit dessus. Nasr reste derrière. Johnny Cecotto, Gutierrez et Coletti s’arrêtent peu avant le sixième tour.

Les trois premiers ont creusé l’écart avec le reste, tandis que le septième est relégué à 4 secondes du pilote qui le précède et à 13 secondes de la tête – ce peloton en bataille perpétuelle cède du terrain. Clos et Gonzalez bataillent pour la neuvième place. Avec autorité, Clos passe pour le gain de la neuvième place.

Valsecchi a fondu sur Van der Garde et l’attaque avec conviction au huitième tour, pour trouver la faille et passer en tête. Ce dépassement changera la physionomie de la course en tête. Ensuite, Leimer attaque van der Garde, le pilote Caterham est en grande difficulté avec ses pneumatiques. Il le passe après quelques virages.

Les Lotus de Gutierrez et Calado, reléguées en milieu voire fin de peloton, ont anticipé leurs arrêts et remontent vite avec une piste claire. Malgré tout, ils ne progressent que très peu au classement. L’abandon de Dani Clos intervient alors. Sa voiture est rangée au bord de la piste. Pendant ce temps, van der Garde s’arrête aux stands – ses pneumatiques tendres ont perdu en efficacité. Le bal des arrêts est vraiment lancé au 10e tour.

Valsecchi et Leimer, respectivement premier et deuxième, s’arrêtent en même temps. L’arrêt de Vaslecchi est d’une rapidité exemplaire, de fait l’ordre des deux pilotes ne change pas. Valsecchi ressort en septième place, Leimer est huitième.

Luiz Razia et Max Chilton, en tête grâce au jeu des ravitaillements, entrent en même temps que Nathanaël Berthon (4e). Chilton se bat dès la sortie des stands avec Marcus Ericsson et concède une position mais il parvient grâce aux ravitaillements à prendre le dessus sur Luiz Razia.

C’est la première fois que Rio Haryanto mène la course, mais il s’arrête très vite, en même temps que Berndon Hartley. Fabio Onidi est le seul à ne pas s’être arrêté au 13e tour, il se fait dépasser par Davide Valsecchi pour le gain de la première place. Une lutte artificielle bien entendu, puisqu’Odini atterrira loin après son arrêt.

La bataille entre Nasr et Calado pour la quatorzième place fait rage. A noter que Calado est revenu deux places derrière son coéquipier Gutierrez, 12e. La stratégie de Lotus ART a permis aux pilotes de remonter dans le classement. Berthon feint d’attaquer Gutierrez quand ce dernier fait une petite erreur. Dans la ligne de départ arrivée, les deux pilotes sont côte à côte. Gutierrez ne concède pas sa position pour le moment, mais Calado concède la sienne en faveur de Nasr avec un petit blocage de roue en supplément. Mais Berthon n’aura besoin que de quelques virages supplémentaires seulement pour prendre l’ascendant. Les ennuis continuent pour les 3e et 4e hommes du championnat.

A la mi-course, Valsecchi mène devant Leimer, van der Garde, Ericsson, Razia, Chilton, Onidi (qui s’arrêtera au 17e tour), Cecotto, Dillmann, Haryanto, Crestani, Berthon, Gutierrez, Nasr, Calado, Gonzalez, Melker, Hartley, Leal, Coletti, Trummer, Richelmi, Serenelli, Teixeira et Palmer.

Berthon continue sa remontée en s’attaquant à Crestani mais, trop gourmand, il part en tête-à-queue et perd une poignée de places dans une manœuvre qu’il ne pouvait pas réussir à ce moment-là. Il atterrit à la 18e place.

De la première à la vingt-et-unième place, les écarts entre pilotes ne dépassent pas 5,8s et descendent jusqu’à 0,4s pour une poignée d’entre eux : ces écarts montrent que la course est toujours ouverte au 19e tour. La preuve : Gutierrez a dépassé Crestani, mais c’est Felipe Nasr qui tire parti au final de ces manœuvres : la bataille à 3 se clôt avec l’avantage pour le Brésilien. La 10e place lui revient donc, et il en profite pour continuer de remonter, maintenant qu’il bénéficie d’une piste claire. Dillmann dépasse Cecotto pour le gain de la septième place, alors qu’Haryanto plonge pour en faire de même et prendre la huitième place. Un classique qui ne fait jamais plaisir au meneur de groupe qui perd gros en l’espace de quelques secondes.

A dix tours de la fin, c’est Giedo van der Garde qui tourne le plus vite en tête. Avec sept secondes de retard sur le premier, il lui faudra plus que quelques dixièmes pour s’imposer, voire recoller à la seconde place. D’autant plus qu’en guise d’avertissement, Valsecchi signe le meilleur tour en course au tour suivant, le 23e sur 32 au total.

Calado à son tour travaille au dépassement de Crestani, mais la tâche semble plus difficile et Melker et Hartley sont juste derrière. Le Britannique freine tard et fait fumer les pneus, il prend l’avantage tandis que Crestani se fait immédiatement après doubler par Melker. Ensuite, c’est Hartley qui l’attaque et cela pousse Crestani à la faute : ce dernier chute au classement, en 19e place.

La bataille pour la quatrième place est également rude : Ericsson concède une place à Razia et peine à maintenir Chilton derrière lui. Le Suédois souffre avec ses pneumatiques, et concède une nouvelle place pour atterrir sixième. Les virages semblent de plus en plus difficiles à aborder pour lui.

Pendant ce temps, Nasr a dépassé Cecotto et rattrapé le retard qui le séparait de la neuvième place qu’il occupe à sept tours de la fin. A 3,9 secondes de Haryanto, pourra-t-il continuer sa remontée ? Il prouve en tous cas de très belles choses, impressionnant pour un débutant. Pendant ce temps, juste devant Haryanto, Dillman sort large et manque de perdre une place. Il se maintient tout de même septième, même si l’écart est faible et Haryanto tente de passer inlassablement. Pour y arriver à cinq tours de l’arrivée.

Crestani abandonne, tandis que James Calado repasse de nouveau par la case stands pour se classer 20e – et enchaîner deux meilleurs tours en course. Pendant ce temps, son coéquipier se place en 11e place, non loin de Cecotto.

Nasr s’empare de la huitième place et efface Tom Dillmann et dépasse sans problème Marcus Ericsson peu de temps après. Seul le décompte de tour semble en mesure de l’arrêter.

Au dernier tour, les trois premiers, Valsecchi, Leimer et van der Garde ne se battent plus pour les positions, tandis que Razia et Chilton se disputent la quatrième place. Palmer et Gonzalez se sont accrochés lors du dernier tour, s’envoyant mutuellement en tête-à-queue – leur passe d’armes, de fait, sera placée sous enquête après l’issue de la course. Valsecchi franchit la ligne d’arrivée, n’ayant plus quitté la première place après s’en être emparé.

Rendez-vous demain pour la course sprint dans laquelle Marcus Ericsson s’élancera depuis la pole position !

A noter que trois pilotes ont été mis sous enquête pour avoir doublé sous drapeau jaune : Felipe Nasr, Rodolfo Gonzalez et Fabrizio Crestani. Ils ont écopé de vingt secondes de pénalité (l’équivalent d’un passage par les stands après course) ou de cinq places de pénalité sur la grille demain dans le cas de Crestani qui a abandonné.

GP2 Series 2012 – Bahreïn – Course 1
1. Davide Valsecchi – DAMS – 32 tours
2. Fabio Leimer – Racing Engineering – +7.711s
3. Giedo van der Garde – Caterham – +14.824s
4. Luiz Razia – Arden – +24.142s
5. Max Chilton – Carlin – +24.705s
6. Rio Haryanto – Carlin – +40.965s
7. Marcus Ericsson – iSport – +50.645s
8. Tom Dillmann – Rapax – +52.522s
9. Johnny Cecotto – Addax – +55.578s
10. Esteban Gutierrez – Lotus – +56.211s
11. Felipe Nasr* – DAMS – +1m05.772s
12. Nathanaël Berthon – Racing Engineering – +1m06.906s
13. Brendon Hartley – Ocean – +1m07.254s
14. Simon Trummer – Arden – +1m15.486s
15. Julian Leal – Trident – +1m16.363s
16. James Calado – Lotus – +1m20.506s
17. Stéphane Richelmi – Trident – +1m21.441s
18. Rodolfo Gonzalez* – Caterham – +1m29.206s
19. Nigel Melker – Ocean – 1m29.955s
20. Fabio Odini – Coloni – 1m47.146s
21. Stefano Coletti – Coloni – + 1 tour
22. Giancarlo Serenelli – Lazarus – + 1 tour
23. Ricardo Teixeira – Rapax – + 1 tour
24. Jolyon Palmer – iSport – + 2 tours
NC. Fabrizio Crestani* – Lazarus – + 8 tours
NC. Dani Clos – Addax – + 24 tours

*Pénalité

GP2 Series 2012 – Classement Général – Course 5/24
1. Davide Valsecchi – 97
2. Luiz Razia – 69
3. Esteban Gutiérrez – 46
4. Max Chilton – 45
5. Fabio Leimer – 40
6. James Calado – 39
7. Giedo van der Garde – 31
8. Felipe Nasr – 22
9. Tom Dillmann – 12
10.  Rio Haryanto– 12
11. Stefano Coletti – 10
12. Marcus Ericsson – 6
13. Fabio Odini – 4
14. Jolyon Palmer – 2
15. Johnny Cecotto – 2
16. Nathanaël Berthon – 1
17. Simon Trummer – 1
18. Brendon Hartley – 1
19. Fabrizio Crestani – 1
20. Josef Kral – 0
21. Stéphane Richelmi – 0
22. Dani Clos – 0
23. Julian Leal – 0
24. Ricardo Teixeira – 0
25. Rodolfo Gonzalez – 0
26. Nigel Melker – 0
27. Jon Lancaster – 0
28. Giancarlo Serenelli – 0

À propos Juliette Follin

Juliette vous apporte les actualités, interviews et résumés de meetings de course sur un plateau, quelle que soit la discipline. En parallèle, elle supervise l'aspect technique et graphique sur le site et les réseaux sociaux.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox