Accueil / GP2 / GP2 : Ericsson emporte une course atypique à Spa

GP2 : Ericsson emporte une course atypique à Spa

Marcus Ericsson 2012 GP2 Spa

Le soleil est au beau fixe pour cette course longue de GP2 Series, dans laquelle Rio Haryanto s’élance de la pole position pour la première fois de la saison. Il a fort à faire, puisque les deux pilotes Lotus GP2, assoiffés de points pour revenir à la lutte au championnat, partent juste derrière lui ! Avec le leader du championnat en fond de grille, il serait en effet dommage de gâcher l’opportunité ! Davide Valsecchi, sept points derrière Luiz Razia, a l’occasion de lui reprendre des gros points.

Au départ, Esteban Gutiérrez part dans l’herbe pour essayer de dépasser Haryanto, mais n’y parvient pas et reste à sa position. Dans la ligne droite menant aux Combes, c’est le branle-bas de combat, de multiples luttes se dessinent. Le drapeau jaune est brandi : Fabio Leimer est arrêté et poussé par les commissaires. C’est l’abandon pour le pilote Racing Engineering, tout comme pour le pilote Caterham Rodolfo Gonzalez. Marcus Ericsson a bien tiré son épingle du jeu au départ, passant les deux Lotus qui se sont ensuite livrées à un duel à couteaux tirés, mais Esteban Gutiérrez a résisté avec perfection face à un Calado déchaîné.

Cela fait les affaires des leaders, tandis que derrière, Jolyon Palmer se montre menaçant derrière Valsecchi, monté en 6e position, derrière Giedo van der Garde. La voiture de sécurité est déployée, Nigel Melker est dans le mur au Raidillon à la suite d’un étrange crash qui semble indiquer un problème mécanique. Le mur de pneu est passablement déformé, les ambulance et voitures médicales sont présentes et la monoplace évacuée après plusieurs minutes. Le pilote est conscient, et les examens de routine sont effectués. Marcus Ericsson a pris la tête juste avant cette neutralisation, affichant un rythme excellent depuis le début de course. Seul problème : les drapeaux jaunes semblaient agités… Pas d’enquête cependant, le ralenti semblait donc trompeur !

Pendant la neutralisaton, les deux-tiers des pilotes s’arrête au 6e tour, ce qui place Giedo van der Garde en tête. Une nouvelle course commence alors, mais la voiture de sécurité semble encore devoir rester en piste encore un peu de temps. Rio Haryanto part en tête à queue et s’immobilise sous le régime de la voiture de sécurité. Dans son malheur, l’homme de la pole, qui avait abandonné, pourra finalement repartir à l’issue de l’interruption.

Le classement est chamboulé : van der Garde devance Stéphane Richelmi, Simon Trummer et Stefano Coletti. Marcus Ericsson et James Calado, auparavant en tête, sont 5e et 6e. La monoplace d’Esteban Gutiérrez est placée sous enquête pour dépassement sous le régime de la voiture de sécurité. Il faut dire que le Mexicain a également perdu du temps au stand. Les ambulance et voitures médicales mènent désormais la meute devant la voiture de sécurité, mais le drapeau rouge est de sortie pour remettre en état le mur de pneus. La monoplace de Felipe Nasr est poussée par les commissaires, tandis qu’une nouvelle grille de départ s’est formée en accord avec le classement avant interruption.

La course, qui reprend ses droits à 16h27, en partie cependant car la voiture de sécurité mènera la meute. Mais non, en fait : le départ est retardé, les pilotes sont sommés d’arrêter leurs moteurs, car l’hélicoptère médical doit revenir. Une longue interruption est donc à déplorer, jusqu’à 17h04 ! Comme prévu, la voiture de sécurité est de la partie.

Au nouveau départ, donné à l’issue du tour, Trummer concède une position à Coletti, et Johnny Cecotto écope immédiatement d’un passage des stands obligatoire pour départ anticipé, et Gutiérrez écope finalement de la même peine pour son dépassement sous le régime de la voiture de sécurité. Autre enquête pour Davide Valsecchi, pour une relance non sécurisée – qui sera effectuée après course. En piste, ça s’anime : Nathanaël Berthon est poussé dans le mur par Sergio Canamasas, heureusement et miraculeusement, les pilotes échappent au crash. Mais la pénalité, par contre, ne devrait pas être évitable…

Les pilotes qui ont changé leurs pneumatiques sont également sous enquête : Giedo van der Garde, Stefano Coletti, Stéphane Richelmi et Simon Trummer. Soit les pilotes qui ne s’étaient pas arrêtés et qui voulaient naturellement en profiter. Reste à savoir ce que les règles disent précisément ! En tête, Giedo van der Garde signe le meilleur tour tandis que Nathanaël Berthon est contraint de s’arrêter aux stands pour changer son aileron avant. La Lazarus en fait de même, mais doit abandonner, trop endommagée. Simon Trummer ne finit pas de descendre, dépassé par Ericsson il reçoit la pression de Calado, mais reste devant, le Britannique se révélant prudent en apparence.

Ce qui n’est pas le cas d’Esteban Gutiérrez, qui doit à tout prix remonter de la 18e place, sous peine que son week-end soit sérieusement compromis. La 8e place de Josef Kral semble convoitée par Luiz Razia, qui pourrait alors tirer son épingle du jeu après des qualifications difficiles. Au bout de plusieurs tours, le bouchon Trummer saute pour Calado, et la proie est désormais celle de Valsecchi. L’Italien ne prend pas de gants, l’affaire est pliée en un tour. Et c’est ensuite l’hécatombe pour Trummer qui ne cesse de céder des places. Pas à Jolyon Palmer, cependant, qui s’immobilise à la Source, après une tentative de dépassement qui a tourné mal pour lui.

Giedo van der Garde rentre aux stands au 19e tour pour changer des pneumatiques. Un moyen de se mettre à l’abri de pénalités ? Trummer l’imite, en tout cas. Restent Richelmi et Coletti, aux deux premières places de la course. Dans cette cacophonie, Julian Leal a pris la 8e place magique à 5 tours de l’arrivée, Luiz Razia la septième. Felipe Nasr frôle la correctionnelle dans une tentative de dépassement, avec contact à la chicane, mais réagit finalement raisonnablement en n’insistant pas à la Source.

Stefano Coletti entre aux stands, mais le leader de la course Richelmi continue. L’arrêt place Ericsson et Calado sur les deux marches du podium, et Valsecchi les rejoindra à deux tours de l’arrivée lorsque Richelmi s’arrêtera enfin. Felipe Nasr continue dans le même temps son festival en milieu de peloton, en se battant à couteaux tirés face à l’Ocean de Victor Guerin. Et Esteban Gutiérrez de s’approcher inlassablement des deux hommes… Nasr trouve l’ouverture et Gutiérrez est immédiatement à l’attaque. Pour vite trouver la faille, en quelque sorte. Guerin part en tête-à-queue et abandonne, Stefano Coletti sort large : Gutiérrez n’y était pour rien si ces deux-là se sont touchés, au final.

Les pilotes Carlin s’en donnent à coeur joie en fin de course dans la lutte pour la 9e place, qui peut se révéler intéressante en cas de pénalités plus haut. Mais Felipe Nasr dépasse Chilton et met un terme au duel interne. Giedo van der Garde prend l’ascendant sur Luiz Razia pour la 5e place, les dépassements pleuvent !

Marcus Ericsson s’impose finalement devant James Calado et Davide Valsecchi, au terme d’une course folle. La deuxième course, dont la grille inversée pourrait subir des modifications, débutera demain à 10h35. Felipe Nasr, grâce à son dernier tour, partira donc en pole demain. A noter que Sergio Canamasas a écopé de quatre places de pénalité sur la grille de demain, le faisant partir bon dernier.

GP2 Series 2012 – Spa-Francorchamps – Course 1
1. Marcus Ericsson – 25 tours
2. James Calado – +11.530s
3. Davide Valsecchi – +13.604s
4. Josef Kral – +15.098s
5. Giedo van der Garde – +15.482s
6. Luiz Razia – +16.903s
7. Julian Leal – +26.615s
8. Felipe Nasr – + 28.903s
9. Stéphane Richelmi – +29.230s
10. Rio Haryanto – +29.568s
11. Esteban Gutiérrez – +31.182s
12. Max Chilton – +32.160s
13. Daniël de Jong – +37.340s
14. Nathanaël Berthon – +39.130s
15. Simon Trummer – +49.936s
16. Fabio Onidi – +54.918s
17. Johnny Cecotto – +58.788s
18. Ricardo Teixeira – +85.639s
19. René Binder – + 1 tour
20. Stefano Coletti – + 3 tours
NC. Victor Guerin
NC. Jolyon Palmer
NC. Sergio Canamasas*
NC. Nigel Melker
NC. Fabio Leimer
NC. Rodolfo Gonzalez

*Pénalité

À propos Juliette Follin

Juliette vous apporte les actualités, interviews et résumés de meetings de course sur un plateau, quelle que soit la discipline. En parallèle, elle supervise l'aspect technique et graphique sur le site et les réseaux sociaux.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox