Accueil / GP2 / GP2 : Felipe Nasr, un rookie qui a de l’avenir !

GP2 : Felipe Nasr, un rookie qui a de l’avenir !

Felipe Nasr 2012 GP2 Spa

En GP2, un des débats virulents se situe au niveau de l’opposition débutant/pilote expérimenté. Quelle valeur accorder à une bonne saison effectuée par un débutant vis-à-vis d’une saison similaire, cette fois venant d’un pilote ayant plus de bouteille dans la discipline ? Pour creuser un peu, nous avons enquêté sur le cas Felipe Nasr. Le pilote DAMS s’est bien distingué cette saison, mais son destin aurait pu être très différent.

Après une saison où il a dominé le championnat de British F3, les budgets ont tardé à venir. Comme vous allez le découvrir, cette période appartient aujourd’hui au passé ! Retour sur l’arrivée du Brésilien en GP2.

A l’origine, j’avais le budget pour courir en World Series, avant qu’il n’ait été décidé que le GP2 fût possible. Lorsque j’ai réuni tout le budget nécessaire, DAMS était la seule équipe compétitive encore disponible. Mon défi était de m’habituer à une voiture que je n’avais jamais piloté, sans aucune expérience – un gros défi. Mais aujourd’hui, je crois que j’ai de bons sponsors de mon côté grâce auxquels je n’ai plus à me préoccuper de ces choses-là.

L’équipe [DAMS] est plutôt bien organisée, elle permet une bonne préparation avant chaque manche de la saison. Ils disposent aussi de bonnes informations sur lesquelles se baser, notamment grâce à [Romain] Grosjean l’an passé, qui s’est imposé et qui a remporté le championnat. Sans aucun doute, je peux affirmer que la voiture est pas mal ! Je me sens de plus en plus en confiance à chaque course, ce qui est positif.

Il est aisé de comparer ce qui est comparable, et les deux meilleurs débutants cette saison sont incontestablement James Calado et Felipe Nasr. Les résultats le démontrent, et les coups de volant des deux hommes aussi. Les styles et personnalités sont certes très différents, mais il n’y a pas que cela qui compte. Comme le souligne Nasr, les raisons des écarts de performances entre les deux pilotes s’expliquent d’une manière très logique et semblent démontrer que leurs niveaux de performance sont tous deux très élevés.

Entre Calado et moi, les situations sont différentes, parce que lorsque j’ai décidé de courir en GP2, l’affaire a été conclue très tard. Par conséquent, j’ai manqué les essais d’avant-saison, et Calado a aussi participé au GP2 Final à Abou Dhabi, ce qui lui permet d’être plus expérimenté. En outre, il était déjà au sein d’ART en GP3 l’an passé, il connaissait déjà l’équipe et l’ambiance. De mon côté, je pense avoir fait de mon mieux, mais on peut toujours s’améliorer. Course après course, je me suis senti de plus en plus en confiance avec la monoplace, les pistes et la série en général. Egalement, sans quelques erreurs, nul doute que nous aurions pu être aussi forts que Calado. Je pense que nous n’avons pas marqué les points que nous pouvions inscrire.

Ce constat étant effectué, il est temps de s’interroger sur le futur du pilote DAMS. Si vous avez constaté le potentiel du jeune pilote, sachez que vous n’êtes pas seul. L’avenir semble sourire au Brésilien, qui peut enfin souffler maintenant qu’il bénéficie des soutiens nécessaires, une sérénité toute nouvelle pour le coéquipier de Davide Valsecchi.

Je pense que la logique est de penser à l’an prochain, mais je ne sais pas où je pourrais être. En sport mécanique, les choses peuvent changer très vite, mais j’ai été plutôt satisfait de mes performances : avec moins de problèmes rencontrés cette année, je pourrais figurer bien plus haut.

Je pense que les gens sont impressionnés, beaucoup d’équipes sont intéressées – pas seulement DAMS mais également d’autres équipes pour 2013. Nous devons donc nous poser pour réfléchir à la meilleure option. Je suis très confiant [quant à mon avenir], et j’apprends encore tellement face à des pilotes qui effectuent leur troisième, quatrième saison de GP2, tout en les affrontant ! C’est ce qui me fait tirer le positif de cette situation, et avec quelques courses restantes j’aimerais bien en remporter une.

Il reste deux meetings à Felipe Nasr pour ce faire. A Spa, il est passé tout près d’un succès, il ne lui a pas manqué grand-chose. La manche à Singapour sera intéressante, car tous seront sur un même pied d’égalité. Dans ces conditions, le talent parle de lui-même, et il faudra observer ce qu’il en est pour Felipe Nasr et les autres. D’ici là, le temple de la vitesse, Monza, accueillera les pilotes GP2 ce week-end, seulement une semaine après Spa-Francorchamps. Un gros morceau, lui aussi !

À propos Juliette Follin

Juliette vous apporte les actualités, interviews et résumés de meetings de course sur un plateau, quelle que soit la discipline. En parallèle, elle supervise l’aspect technique et graphique sur le site et les réseaux sociaux.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox