Accueil / GP2 / GP2 Final, quels pilotes ?

GP2 Final, quels pilotes ?

Création issue de la « fusion » entre le GP2 et le GP2 Asia, l’apparition du 2011 GP2 Final à Yas Marina attire les curiosités. One-shot ou future tradition annuelle ? On ne sait pas encore, mais le circuit des Emirats recevra ce week-end en support du Grand Prix de F1 un meeting hors-championnat. Le but recherché par les promoteurs est d’offrir l’opportunité pour des pilotes souhaitant rouler en GP2 en 2012 de se voir offrir une chance de se tester à la discipline. Et éventuellement d’aider les équipes à tester tant le talent que le retour du pilote. Des récompenses financières sont en jeu, notamment grâce à Pirelli pour les pilotes du GP3, afin de dissuader les équipes d’employer des pilotes payants, et de voir de nouveaux talents éclore. Pirelli fera donc bénéficier aux deux meilleurs rookies de primes à hauteur de 15000 et 10000 euros. Néanmoins, quand on se rappelle de l’histoire de prime aux débuts du GP2 Asia (un pilote européen + un pilote d’ailleurs, en échange de primes aux résultats), on peut douter que ces primes soient vraiment dissuasives. Ces primes sont d’autant plus anecdotiques que le budget en GP2 se négocie entre 1,5 et 2 millions d’euros environ. En tous les cas, voici donc la liste détaillée des engagés pour vous aider à faire votre idée.

Rapax : Dani Clos – Mihai Marinescu

Dani Clos a 23 ans. L’Espagnol a débuté sa carrière en kart avant de débuter en monoplace en 2004, avec une saison de Formula Junior 1600 à laquelle il finira en quatrième position. Clos passe ensuite en Formule Renault 2.0, où il ne brillera pas en Eurocup et finira seizième au championnat italien. L’Espagnol décide alors de redoubler en 2006 tout en changeant d’équipe. Il finira septième en Eurocup, et prendra le titre italien. Dani Clos passe ensuite en F3 Euroseries, où il finira sa première saison à la treizième place, avant de changer d’équipe lors de son redoublement. Malheureusement pour lui, il ne rencontrera pas la même réussite qu’en FR2.0, puisqu’il descendra à la quatorzième place. Clos part ensuite faire une pige en Formule Renault 3.5 pour remplacer Adrián Vallés qui cumule avec la Superleague Formula, il marquera des points pour son premier meeting. Dani Clos part ensuite pour le GP2 Series en 2009 et terminera à la vingt-et-unième place. Il redouble en 2010 et malgré une vertèbre compressée, il finira à la quatrième place du championnat. Cependant, pour sa troisième année de GP2 Series, il redescend à la neuvième place du championnat en 2011. Clos a déjà piloté pour Williams durant l’année 2008 à plusieurs reprises.

Mihai Marinescu a 22 ans. Après avoir enfilé les titres nationaux en kart, le Roumain a débuté en monoplace lors de la saison 2005, en participant à la Formula 1600 Junior Italienne ainsi que la Formule Renault 1.6 Belgique. Il se classera second en Italie, troisième en Belgique. Cette même année, il effectue des piges en Eurocup Formule Renault 2.0, avant de se concentrer pleinement sur cette catégorie pour 2006. Il finira onzième du championnat italien, sixième du championnat nord-européen. Néanmoins, il repart bredouille du championnat français malgré ses trois courses. En 2007, il retourne en Eurocup où il se classera onzième. Il redouble également le championnat italien, il se classe cinquième. En fin de saison 2007, il dispute deux courses de British F3, en National Class. Il signera un podium dans cette catégorie. Assez étrangement, Marinescu décide de descendre en Formule BMW Europe pour 2008, créé pour réunir divers championnats et organisé en support des GP européens de F1. Il ne se classera qu’en onzième position. Il signera une victoire en Formule BMW Pacific en fin de saison néanmoins, entre diverses piges dont le dernier meeting de l’International Formula Master (un podium en deux courses). Il décide encore de façon encore plus surprenante de remonter directement en Formule Renault 3.5 pour 2009 ! Entre changements d’équipes et prestations médiocres, Mihai Marinescu ne scorera aucun point lors de ses onze courses. Il se classera trentième. Mihai Marinescu s’est depuis dirigé vers la F2, où après une saison moyenne en 2010 (onzième), il se montrera plus solide en 2011 (cinquième). Néanmoins, ses performances sont inégales et il est dur de se faire une véritable idée sur le Roumain.

Barwa Addax : Jolyon Palmer – Jake Rosenzweig

Jolyon Palmer a 20 ans. Fils de l’ancien pilote Jonathan Palmer, Jolyon s’est beaucoup appuyé sur l’aide de son père, ainsi que sur sa notoriété pour grimper les échelons du sport automobile. Après un court passage en kart, Palmer passe lors de l’année 2005 en T-Cars, championnat britannique de berlines pour jeunes, via le Trophée automnal. Il finira cinquième, avant de remporter le trophée l’année suivante. Entre temps, il aura fini cinquième de la saison 2006. En 2007, il débute une nouvelle saison de T-Cars, avant de se concentrer sur la Formule Palmer Audi, série créée par son père. Des résultats moyens allant en s’améliorant caractériseront sa première saison, où il se classera troisième après quelques victoires en fin de saison. En 2008, il redouble et se démarque par sa régularité puisqu’avec une seule victoire et onze podiums, il finit à nouveau troisième de la Formule Palmer Audi. Il décide alors de sauter le pas en F2, dont son père est chargé de l’organisation via MotorSport Vision. Il ne rentrera qu’une seule fois dans les points, à Imola, et finira vingt-et-unième du championnat. Il décide à nouveau de redoubler, et joue à la stupeur générale le titre après un début de saison tonitruant. Il échouera finalement à la seconde place derrière Dean Stoneman. Palmer passe alors en GP2 chez Arden pour la saison 2011. Il y réalisera une première saison médiocre : dix-neuvième en GP2 Asia, puis vingt-huitième de la saison régulière.

Jake Rosenzweig a 22 ans. L’Etatsunien a débuté sa carrière en kart au Royaume-Uni. Après quelques distinctions et titres de 2001 à 2007, il décide d’attaquer la monoplace en 2008, après avoir couru les 24 heures de Daytona. Il fait ses débuts en Formule Renault 2.0, avec une saison d’apprentissage qui le verra se classer vingt-huitième en Eurocup et neuvième au championnat WEC. Rosenzweig passe ensuite en F3 Euroseries pour 2009. Il y décrochera le seul podium de sa carrière en monoplace pour le moment, malgré sa dix-huitième place finale. A noter que ce podium a été permis grâce à une grille inversée. Rosenzweig a également fait une pige en British F3 ainsi qu’en Porsche Carrera Cup britannique. Durant l’hiver, il remplace Marcus Ericsson en GP2 Asia, mais ne marquera pas de points lors de ses quatre courses. Rosenzweig est alors passé depuis 2010 en Formule Renault 3.5, avec des résultats plus que moyens : dix-neuvième en 2010, quinzième en 2011.

Lotus ART : James Calado – Esteban Gutiérrez

James Calado a 22 ans. Le Britannique est soutenu par la Racing Steps Fundation, qui prend en charge les budgets nécessaires à certains pilotes britanniques sans le sou. Après une longue carrière en kart de 1999 à 2007, James Calado a couru en 2008 dans le championnat de Formule Renault UK, dans lequel il finira second de la catégorie Graduate, et septième au général. Il a également couru deux manches de la Formule Renault 2.0 nord-européenne, signant deux top 5. Durant l’hiver, il remportera les séries hivernales de Formule Renault 2.0 britannique et portugaise. Calado a ensuite redoublé en Formule Renault UK en 2009, et finira second en raison d’abandons en fin de championnat. Il s’essaie dans le même temps à la Formule Renault 2.0 Eurocup, qu’il finit à la dix-septième place en seulement trois manches. James Calado est ensuite passé en British F3 chez Carlin, mais sera dans l’ombre de Jean-Eric Vergne qui domine outrageusement le championnat 2010. Calado s’attaque au GP3 en 2011, sa régularité sera assez impressionnante puisqu’il jouera le titre jusqu’au dernier meeting malgré une seule victoire au cours de la saison. Le titre lui échappe cependant une nouvelle fois face à son coéquipier, Valtteri Bottas cette fois.

Esteban Gutiérrez a 20 ans. Le Mexicain fait partie de la nouvelle génération de pilotes mexicains aspirants à la F1 et soutenus par Telmex, à l’instar de Sergio Perez, titulaire chez Sauber. Néanmoins, Gutiérrez est loin de n’être qu’un pilote payant. Il effectue ses débuts en Formule BMW USA en 2007 et terminera vice-champion. Il passe au championnat européen la saison suivante et remporte le titre. Fort de ce sacre, il grimpe en F3 Euroseries chez ART GP, et finit neuvième de cette saison. ART décide de le conserver, mais en GP3 Series. Une discipline qu’il dominera dans sa saison inaugurale, avant de monter en GP2 Series, toujours chez ART. Il sera d’ailleurs le seul débutant du GP2 2011 à gagner une course, et le seul à marquer des points. Gutiérrez aurait pu participer à sa première course en F1 au Canada cette saison, suite aux malaises de Pérez subis après son crash à Monaco. Néanmoins, Peter Sauber n’avait pas jugé bon de le griller.

Racing Engineering : Fabio Leimer – Nathanaël Berthon

Fabio Leimer a 22 ans. Le Suisse a suivi une trajectoire faite de hauts et de bas. La carrière en monoplace de Leimer débute en 2006 par la Formule BMW. Il finit cette saison d’apprentissage à la dix-huitième place. Leimer passe en 2007 en formule Renault 2.0, où il finira onzième du championnat italien et dix-septième du championnat Eurocup. A la recherche d’une discipline lui convenant plus, il se tourne vers l’International Formula Master où il sera vice-champion en 2008 puis champion en 2009. Le Suisse passe ensuite en GP2 Series, où il sera dix-neuvième en 2010 et quatorzième en 2011. Entre-temps, Leimer avait réussi à accrocher la cinquième place du GP2 Asia 2011.

Nathanaël Berthon a 22 ans. Le Français a également connu ses heures de gloire en kart avant de s’attaquer à la monoplace en 2008, directement en Formule Renault 2.0 WEC et Eurocup. Il finira cette saison d’apprentissage à la dix-huitième place en WEC et sans point en Eurocup. Berthon décide alors de redoubler les deux catégories, en passant chez Epsilon Euskadi. Il progresse et gagne ses premières courses, se classant troisième en WEC et sixième en Eurocup. Néanmoins, il remporte son premier titre car la Formule Renault 2.0 WEC compte pour le titre de FR2.0 France. Berthon en est ainsi le vainqueur. Nathanaël Berthon passe alors en Formule Renault 3.5 pour 2010, où il finira septième du championnat avec une victoire à Magny-Cours. Il redouble en 2011, et sa saison sera plus mitigée. Il se classera troisième, avec un seul podium à Silverstone. Entre les deux saisons de FR3.5, Berthon s’est attaqué au GP2 Asia avec Racing Engineering. Il n’a cependant pas marqué de points lors des quatre courses du championnat, et sera classé vingt-troisième.

iSport : Marcus Ericsson – Tom Dillmann

Marcus Ericsson a 21 ans. Le Suédois a débuté sa carrière en monoplace en 2007, dans la foulée de son accord avec Kenny Bräck, ancien pilote de haut niveau, qui l’a alors pris sous son aile. Marcus Ericsson débute alors par la Formule BMW UK, qu’il remportera en gagnant sept courses sur les dix-huit disputées, alors que son objectif était un simple top 8. Marcus Ericsson passe en British F3 lors de la saison 2008, car il préfère rester en Angleterre alors même qu’ART GP lui fait des offres. Il finira néanmoins cinquième de sa saison en British F3 avec Fortec, avec une belle collection de podiums. Ericsson participe à la saison 2009 de British F3, remportant deux courses sur six, mais a décidé de partir relever le challenge de la Japan F3, qu’il remporte, et se qualifier pour le GP de Macao où il finira quatrième. Marcus Ericsson participe ensuite aux essais de jeunes pilotes en 2009 avec Mercedes GP. Ericsson part ensuite pour le GP2 Asia mais ne marquera pas de point (vingt-quatrième). Super Nova, qui l’a récupéré en cours de GP2 Asia, le titularise pour la saison 2010 et il remportera sa première victoire à Valence. Néanmoins, le reste de la saison est plus délicat et il ne marque des points qu’en deux autres occasions. Il finit alors à la dix-septième place. Il rejoint iSport en 2011, aux côtés de Sam Bird, autre pilote testé par Mercedes GP. Ericsson finira à la sixième place du GP2 Asia et dixième du GP2 2011, sans remporter de victoire, ce qui a été une relative déception.

Tom Dillmann a 22 ans. Le Français a débuté sa carrière en monoplace en 2004 par la Formule Renault 1.6 Belgique. Il finit cinquième de cette première saison. Il part ensuite en Eurocup Formule Renault 2.0 aux côtés de Kamui Kobayashi. Il change de team rapidement, mais stoppe sa saison dans la foulée, décrétant qu’il manque d’expérience et qu’il a besoin de plus de préparation. En 2006, il retourne dans cette catégorie mais souffrira d’une blessure au pied. Sa saison traduit néanmoins une montée en puissance, remportant ses premiers succès et podiums. Helmut Marko l’invite à une sélection Red Bull à Estoril. Il essaie une F3 et devient le premier Français à intégrer le Red Bull Junior Team. Dans la foulée, il passe de suite en F3 Euroseries en 2007 en étant soutenu par Red Bull. Plus jeune pilote sur la grille et coéquipier de Romain Grosjean, Nico Hülkenberg et Kamui Kobayashi, il impressionne néanmoins dans les tests de pré-saison mais un crash a raison de son sternum et de quelques vertèbres. Il revient quelques mois plus tard et signera son premier podium peu de temps après. Il finit la saison à la neuvième place. Il fait ensuite une pige en A1GP avec le Team Suisse afin de participer aux essais libres réservés aux rookies. Red Bull décide ensuite de le placer dans une nouvelle équipe de F3 qui n’est autre que l’ancienne de Formule Renault de Dillmann. Néanmoins, après des débuts peu satisfaisants et un budget demandé par Red Bull non atteint, il est licencié du programme. Il revient après deux mois d’absence et bat tous les pilotes Red Bull lors de sa course de retour. Il participera également à la F3 italienne en fin d’année, récoltant quatre podiums en six courses. On le retrouve ensuite sur les grilles en juin 2009 en F3 Euroseries, puis en fin de saison en German F3, où il signera trois victoires et cinq podiums en six courses. 2010 est synonyme du premier titre pour Dillmann, qui domine le championnat de German F3, et devient le premier français à réaliser cette performance. Il a effectué la saison 2011 en GP3 Series, après un premier meeting avec Carlin où il signe le podium, il est débarqué, et revient avec Addax après un meeting d’absence. La suite de la saison est plus délicate, mais Dillmann finit à la quatorzième position.

DAMS : Rio Haryanto – Nigel Melker

Rio Haryanto a 18 ans. L’Indonésien est un pilote qui a participé aux essais de jeunes pilotes l’an dernier avec Virgin Racing puisqu’il avait fini meilleur pilote Marussia Manor en GP3 Series. Mais revenons aux sources. Haryanto a débuté sa carrière en monoplace lors de la saison 2008 en courant en Asian Formula Renault (sixième), en Formule Asie 2.0 (troisième) et en Formule BMW Pacific (non classé). L’année suivante, il redouble en Formule BMW Pacific, qu’il remporte, mais fait des piges en Asian Formula Renault, F3 australienne et Formule BMW Europe. Haryanto fait ensuite le grand saut en GP3 avec Manor, et finit cinquième de la saison 2010, signant une victoire et trois podiums. Il redouble en 2011 et signe cette fois deux victoires et quatre podiums. Néanmoins, malgré ses progrès, il régresse à la septième place du championnat 2011. Septième, c’est aussi la place qu’il occupe à l’issue de sa saison d’AutoGP.

Nigel Melker a 20 ans. Le Néerlandais a commencé sa carrière en monoplace après une année de break après ses succès en kart. Il débute donc en 2008 par une saison de Formula Renault 2.0 nord-européenne, où il se classera douzième. Il participe également à dix courses de Formule Renault Italie, pour prendre la dix-huitième place. En 2009, Melker court en Formule Renault 2.0 NEC et Eurocup. Il finit dix-huitième de la NEC, en prenant des points à toutes les courses auxquelles il a participé. En Eurocup, il prend part aux cinq premiers meetings et accroche la vingt-troisième place au général. Il part en GP3 Series lors de la saison 2010 et décroche la première pôle de la saison. Néanmoins, la suite est décevante puisqu’il ne marque que cinq points et finit vingt-troisième. Il redouble, tout en restant chez RSC Mücke. Il remporte alors une course et signe cinq podiums, ce qui le place en troisième place du championnat. Par ailleurs, il participe également au championnat de F3 Euroseries, où il se classe quatrième et remporte le titre de meilleur débutant.

Arden : Simon Trummer – Josef Kral

Simon Trummer a 22 ans. Le Suisse a commencé sa carrière en monoplace en 2006 par la Formula Lista Junior, championnat duquel il finira à la dix-huitième place. Trummer rejoint en 2007 le championnat de Formule Renault 2.0 Suisse, prenant la septième place. Il redouble pour passer chez Jenzer Motorsport et finit vice-champion en 2008. Il conclut cette même année par deux courses en International Formula Master, avant d’y consacrer sa saison 2009 qu’il terminera à la onzième place au classement général. Simon Trummer monte ensuite en GP3 Series avec Jenzer Motorsport en 2010. Une saison décevante qu’il achève à la vingt-cinquième place. Il redouble pour 2011 en se dirigeant vers MW Arden, pour une nouvelle saison décevante. Il ne marquera des points que lors des trois dernières courses, pour finir à la dix-huitième place du championnat. Ce qui visiblement ne décourage pas Arden, qui l’a confirmé pour le GP2 Final d’Abou Dhabi après des séances de tests.

Josef Kral a 21 ans. Le Tchèque a débuté sa carrière en monoplace en 2005 après une carrière de kartman en République Tchèque bien fournie. Il se lance alors avec une saison de Czech Formula 1400, dont il prendra la troisième place. Pour la saison 2006, Kral passe en Formule BMW ADAC qu’il finit en douzième position. Il redouble et finit vice-champion, derrière Marcus Ericsson. La saison 2008 de Kral sera plus surprenante, puisqu’il commencera par un meeting d’A1GP où il ne brillera guère. Il poursuit la saison en International Formula Master, pour accrocher la sixième place. Il redouble une fois de plus, en changeant d’équipe, comme à chaque redoublement depuis ses débuts, et cela le mène à la troisième place du championnat. Fin 2009, il commence à tester en GP2 Series, et participe au GP2 Asia, où il signera un podium et prendra la onzième position. Il est alors prolongé par la saison 2010 de GP2 Series, qui sera moins brillante. Néanmoins, son accident à Valence l’empêche de participer intégralement à la saison. Il manque dix courses mais marquera des points après son retour, pour arracher la vingt-quatrième place. Kral passe ensuite de Super Nova à Arden, et signe à nouveau un podium en Asia pour finir dixième du championnat. La saison 2011 de GP2 le verra signer deux podiums à Monaco et Spa, tous deux en course sprint. Il finit quinzième du championnat. A noter que Kral a participé aux essais de jeunes pilotes avec HRT en 2010. Grassement soutenu par Impromat, le potentiel de Kral est assez trouble encore tant il peut souffler le chaud et le froid sur un même meeting.

Super Nova : Fabio Onidi – Giacomo Ricci

Fabio Onidi a 23 ans. L’Italien a fait ses débuts en monoplace lors de la saison 2004 de Formule BMW ADAC dont il prendra la huitième position au championnat. Il redouble en 2005 pour prendre la onzième place tout en manquant trois courses durant la saison. Fabio Onidi se dirige ensuite vers la Formule Renault 2.0 britannique, dont il finit en dix-septième position des Winter Series, puis onzième de la saison 2006. Il est néanmoins sacré meilleur débutant. En 2007, Onidi rejoint l’Eurocup Formule Renault 2.0 ainsi que le championnat nord-européen. Il finira vingtième de l’Eurocup et neuvième de la NEC, dont il aura manqué les six dernières courses. Il s’essaie aux Winter Series de la Formule Renault 2.0 italienne, qu’il conclut en troisième position. Onidi monte ensuite en Euroseries 3000 pour la saison 2008. Une saison où il commencera par une victoire et finira vice-champion derrière Nicolas Prost. Dans le penchant européen, l’Italian Formula 3000, il finit également vice-champion pour un point en moins que Julian Leal. Onidi redouble mais il ne prendra que la troisième place du championnat qu’il menait avant le meeting final. Onidi se paie alors le luxe de revenir pour une troisième saison, alors que le championnat est rebaptisé AutoGP. Il finira huitième du championnat 2010. A noter qu’Onidi a également fait des piges en A1GP (2008) et GP3 (2010). Il a également fait des tests en GP2 en 2008 avec BCN, Piquet GP et Super Nova, ainsi qu’en 2009 avec Coloni.

Giacomo Ricci a 26 ans. L’autre Italien de Super Nova a fait ses débuts en monoplace en Formule BMW ADAC dont il prendra la septième position lors de la saison 2001. En parallèle, Ricci a fait quelques courses en Formule Renault Italie, en Formule Renault 2.0 Allemagne ainsi qu’en Eurocup en 2002. Pour 2003, Ricci redescend en Formula Junior 1600 espagnol pour prendre la quatrième place du championnat, avant de s’attaquer en 2004 aux World Series by Nissan dont il fit huit courses et prit la dix-neuvième place. De 2004 à 2007, Giacomo Ricci s’est concentré sur la F3000 (ou Euro Formula 3000, Formule 3000 italienne ou Euroseries 3000). Après quatre courses sans points en 2004, il s’améliore pour prendre la troisième place en 2005, puis remporte le championnat en 2006. Il n’opte pas pour un programme complet en 2007, mais prend néanmoins la cinquième position. S’il fait un programme partiel cette année, c’est pour tenter l’aventure américaine en ChampCar Atlantic. Il finira sixième.
Ricci viendra ensuite en GP2 Series en 2008 pour remplacer un Michael Herck blessé. Il fera les deux premiers meetings avant de s’occuper en International GT Open, F3 Italie et International Formula Masters. Ricci retrouve le GP2 avec le GP2 Asia 2008–2009. Il ne marquera aucun point et finira vingt-septième. Ricci a ensuite effectué la saison 2009 des GP2 Series. Malgré un manque de fiabilité récurrent, il ne finit que trois des sept courses qu’il a entamé. Il sera alors débarqué. Ricci revient encore pour le GP2 Asia, où il signera ses premiers podiums et succès pour prendre la troisième place du championnat. Il est alors engagé pour une saison complète en 2010. Il sera second de la première course de la saison mais connaitra onze courses sans point ensuite, sous-performant ou abandonnant, avant de se reprendre en Hongrie où il marque un point le samedi et gagne le dimanche. Néanmoins, directement après cette victoire, DPR le débarque une fois de plus. Il finira sans plus à la treizième place du championnat. Il retrouve une autre chance de démontrer sa valeur au GP2 après un break d’un an.

Coloni : Kevin Ceccon – Stefano Coletti

Kevin Ceccon a 18 ans. Après une carrière réussie en kart, Ceccon a débuté en monoplace en effectuant un gros saut, directement en F3. European F3 Open en 2009, avec des piges en Italian F3. L’année sera délicate, mais il accroche régulièrement les points et finit en milieu de peloton. Il redoublera en European F3 Open pour finir 4ème en 2010. Cette saison, Kevin Ceccon s’est imposé en AutoGP, profitant d’un meeting où ses adversaires, Sergey Afanasyev et Luca Filippi étaient absents. Dans le même temps, il aura fait ses débuts en GP2 chez Coloni, pour 4 meetings, remplaçant Davide Rigon blessé. Avec pour meilleur résultat une onzième place à Monaco.

Stefano Coletti a 22 ans. Le Monégasque a fait ses débuts en Formule BMW en 2005. Dix-huitième la première saison, septième la suivante, il passe alors en Formule Renault 2.0 où il finira quatrième en Eurocup et dixième dans le championnat italien. Il passe ensuite en F3 Euroseries en 2008, pour y passer deux saisons, où il sera vingtième puis dixième. Fin 2009, il effectue une première pige en GP2. La saison 2010 sera une année double-programme pour Coletti qui finira sixième en Formule Renault 3.5 et neuvième en GP3. Avant une saison 2011 en GP2 Series avec une onzième place à la clé malgré un dernier meeting raté pour blessure. Une saison décevante après sa quatrième place en GP2 Asia.

Trident : Julian Leal – Stéphane Richelmi

Julian Leal a 21 ans. Le Colombien sous licence italienne a fait ses débuts en monoplace lors de la saison 2006 de Formule Renault 2.0 PanamGP, dont il se classera neuvième. Leal part ensuite pour l’Europe, afin de disputer l’Euroseries 3000 dont il sera neuvième du classement européen et onzième du classement italien. Julian Leal redouble en 2008 et prend la sixième place européenne et remportant le titre italien pour un seul point d’avance face à ses deux rivaux, Fabio Onidi et Nicolas Prost. 2009 sera l’année de ses débuts en Formule Renault 3.5. Il ne marquera des points qu’en une seule occasion, un podium, pour décrocher la vingtième place du championnat. L’année 2010 sera du même calibre dans la même discipline, avec une nouvelle vingtième place au général, et une meilleure arrivée en course à la quatrième place. Leal a également participé à l’AutoGP en 2010, discipline dont il prendra la septième place. Cette saison, Julian Leal s’est mis au GP2. Sans grand succès, puisqu’il n’a marqué aucun point en 22 courses. Vingt-cinquième en GP2 Asia, vingt-sixième en GP2 2010.

Stéphane Richelmi a 21 ans. Le Monégasque est le fils de Jean-Pierre Richelmi, ancien pilote en WRC. Richelmi a débuté sa carrière en monoplace lors de la saison 2006 par la Formule Renault 1.6 Belgique, où il se hissera au douzième rang. L’année suivante, il monte en Formule Renault 2.0 Eurocup, mais n’y marquera pas de point, son meilleur résultat étant une dix-huitième place. Le peu de succès sera également visible lors de ses deux courses en Formule Renault Italie. Richelmi décide d’insister en FR2.0 pour 2008, tant en Eurocup – où il ne marquera aucun point en huit courses – qu’en WEC où il se classera seizième. Le Monégasque décide alors de passer à la F3, en effectuant les six dernières courses de la saison de F3 Euroseries. Son meilleur résultat en course sera une dix-huitième position. Pour 2009, Stéphane Richelmi s’attaque à la British F3, il se classera dix-neuvième. En parallèle, il effectue une saison de F3 italienne où il finira sixième malgré avoir raté les deux premiers meetings. Il redouble en 2010 pour finir vice-champion de la F3 italienne. En récompense, il effectuera des tests avec la Ferrari F2008. Pour la saison 2011, il se tourne vers la Formule Renault 3.5 et n’atteindra les points qu’une seule fois. Il se classe vingt-sixième du championnat, tout en faisant ses débuts en GP2, remplaçant Stefano Coletti blessé. Il sera dans le ventre très mou du classement lors du meeting de Monza, mais devançant néanmoins son coéquipier Rodolfo Gonzalez, alors qu’il n’avait pas testé la Dallara de GP2 auparavant. Il tient là une chance de se rattraper, même si l’attente en lui est plus que basse.

Ocean : Antonio Felix da Costa – Nicolas Marroc

Antonio Felix da Costa a 20 ans. Le Portugais est le poulain de Tiago Monteiro, qui a plus ou moins dirigé sa carrière jusqu’à présent. Après jusqu’en 2007, Felix da Costa passe en monoplace lors de la saison 2008, en courant en Formule Renault 2.0 Eurocup et nord-européenne après quelques galops d’essais dans les Winter Series. Il se classera treizième de l’Eurocup, qu’il délaissera vite au profit de la compétition nord-européenne dans laquelle il sera vice-champion. Il fera des essais en Formule Renault 3.5 en récompense, et pilotera également aux séances d’essais pour rookies en A1GP pour le Team Portugal. Felix da Costa décide cependant de redoubler pour 2009, alors que ses principaux rivaux partent en F2 ou F3. Devenant ainsi l’un des favoris pour les titres 2009, il ne sera cependant champion qu’en NEC, et finira troisième en Eurocup. Après cela, Felix da Costa décide enfin de passer en F3 Euroseries pour la saison 2010. Il se classera septième avec trois victoires, tout en étant le meilleur débutant lors de cette saison. Force India le contacte alors pour les essais de jeunes pilotes à Abou Dhabi. La saison 2011 sera sous le signe du GP3, après quelques meetings avec Carlin en 2010, il passe chez Status. Il se classe treizième d’une saison moyenne, dont le point d’orgue sera sa victoire lors de la toute dernière course de la saison.

Nicolas Marroc a 24 ans. Le Français a effectué ses débuts en monoplace en 2006, dans le championnat de Formule Campus où il se classera neuvième. Il sera promu en Formule Renault 2.0 France en 2007 mais ne marquera pas de points, tout comme lors de ses deux meetings en Eurocup. Pour 2008, il passe en Formule Renault 2.0 Eurocup et WEC. Il finira une nouvelle fois sans point en Eurocup et n’en marquera qu’un en WEC, pour décrocher la vingt-huitième place du championnat. Marroc décide alors de s’orienter vers le championnat allemand de F3 dont il prendra la douzième place. 2010 voit Nicolas Marroc monter en F3 Euroseries pour finir onzième avec un unique podium à la clé. Il effectue plusieurs tests en GP2 Series qui ne mèneront à rien. Cette saison, il était présent en Endurance. Il a par ailleurs fini quatrième de la classe GTE Am aux 24 heures du Mans avec une Ferrari F430.

Carlin : Max Chilton – Jan Charouz

Max Chilton a 20 ans. Après avoir rivalisé en T-Cars avec Adrian Quaife-Hobbs, Chilton s’est dirigé vers la British F3 en 2007 avec peu de réussite. Son année de redoublement sera un peu moins terne mais reste correcte, sans plus. Une troisième année sera donc faite, et il finira 4ème du championnat. Depuis, il s’est dirigé vers le GP2, tant Asia qu’Européen, où il a marqué 9 points en 50 courses pour le moment. Son principal atout est son sponsor, AON, dont le vice-président n’est autre que le père de Max Chilton.

Jan Charouz a 24 ans. La carrière du Tchèque est assez atypique et est surtout liée aux décisions de son père, Antonin Charouz, acteur majeur de l’industrie automobile en République Tchèque. Sa carrière en monoplace débute en 2003, en Formule BMW. Une saison où il ne marquera pas de point. L’année du redoublement n’est guère meilleure, il finira vingt-et-unième. Charouz passe alors en F3000 Italie, qu’il finit à la onzième place. Face à des résultats peu probants, il effectue une pige peu glorieuse en A1GP, en FIA GT et en Eurocup Mégane, toujours sans grande réussite. Néanmoins, il remporte son premier titre la même année, en 2006, en F3000 International Masters, au sein de la structure que son père a fait sur mesure pour lui. Jan Charouz passe ensuite en Endurance, toujours dans la structure de son père. Il participera notamment aux Le Mans Series : dixième en 2007 (huitième au Mans), cinquième en 2008 (neuvième au Mans) et champion en 2009 (quatrième au Mans). Le Tchèque revient à la monoplace en 2010, date à laquelle il est nommé parmi les pilotes réservistes de Renault F1. Sa saison de Formule Renault 3.5 sera peu probante : dix-huitième. En AutoGP, il finira quatrième. La saison 2011 de Formule Renault 3.5 sera pire, il finit vingt-cinquième. A noter qu’il participe encore annuellement au Mans, passant en LMP2 avec OAK Racing.

Caterham Air Asia : Alexander Rossi – Luiz Razia

Alexander Rossi a 20 ans. Il est le prochain américain attendu en F1. Rossi a effectué ses débuts en monoplace en 2006, après s’être imposé comme l’un des meilleurs kartmen de son pays. Commençant par la Skip Barber, une des plus grandes écoles de conduites aux Etats-Unis, il se classera troisième national et premier régional. Il finira dans le Top 5 de la sélection Red Bull visant à trouver le prochain pilote américain en F1. Rossi passe ensuite en Formule BMW USA en 2007, où il achèvera sa saison en se classant troisième. Il redouble en changeant d’équipe et gagne le titre la saison suivante. Il remporte la même année la finale mondiale des Formules BMW en s’imposant fin 2008 sur le circuit des frères Rodriguez. BMW Sauber lui offrira un test pour le récompenser, aux côtés de Gutiérrez, champion européen de Formule BMW Europe. Rossi décide alors de se diriger vers l’Europe, pour courir en International Formula Master, dont il se classera quatrième au général, remportant le titre de meilleur rookie. Il fait ensuite une pige en GP2 Asia où il jouera les points d’emblée. La même année, il effectue les tests jeunes pilotes à Jerez, ce qui lui permet d’obtenir sa Super Licence. Rossi passe ensuite en GP3 avec ART GP, et finira quatrième de la saison 2010. Il signe ensuite avec Team Lotus, qui le place dans sa filière et en Formule Renault 3.5, où il se classera troisième, derrière Robert Wickens et Jean-Eric Vergne, tout en décrochant le titre de meilleur débutant. Il est fortement possible de le retrouver chez Caterham Team AirAsia la saison prochaine.

Luiz Razia a 22 ans. Le Brésilien a débuté sa carrière en monoplace en 2005 en F3 Sud-Américaine, où il finira sixième de la saison. En parallèle, il prend part à la Formule Renault 2.0 Brésil qu’il conclura à la dixième place. En 2006, il se concentre sur la F3 Sud-Américaine qu’il remporte. Il effectue également quelques piges en F3000 International Masters où il remporte les trois courses qu’il dispute. Il effectue également les séances d’essais rookies pour l’équipe du Brésil d’A1GP. Il déménage en 2007 pour l’Europe courir le championnat d’Euroseries 3000. Il finira troisième malgré un changement d’équipe en cours de saison. Il est également quatrième du championnat italien qui se tient en parallèle, et effectue quelques courses en World Series by Renault. En 2008, il redouble en Euroseries 3000 et il finira quatrième des championnats européen et italien. Luiz Razia se tourne alors vers le GP2, voiture qu’il a déjà testée en 2006 et 2008. Après des débuts en Asia assez corrects, dont une victoire, il terminera la saison 2009 à la dix-huitième place avec une victoire en fin de saison. Il redouble chez Rapax, mais vivra une saison dans l’ombre du champion 2010 Pastor Maldonado, malgré un début de saison solide qui le fera terminer à la onzième place. La même année, il est signé comme pilote réserviste chez Virgin Racing mais s’en ira, lassé de ne pas piloter si ce n’est aux tests de jeunes pilotes. Il passe alors chez Team Lotus, qui le placera dans sa nouvelle équipe de GP2 Caterham Team AirAsia. Il terminera douzième au championnat. Team Lotus l’aura également fait débuter en le faisant participer aux essais libres 1 du GP de Chine en début de saison. Il est à noter que Razia, malgré des prestations cyclothermiques, est un des premiers pilotes à avoir démarché directement les fans sur les réseaux sociaux, ce qui a énormément consolidé sa notoriété et son capital sympathie.

Alors, qui usurpe sa place ? Quels pilotes auriez-vous aimé voir ? Quel est votre pronostic sur le vainqueur du meeting ? A vous d’en parler !

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l'affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

2 plusieurs commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox