Accueil / GP2 / GP2 : Giedo van der Garde s’impose pour la finale

GP2 : Giedo van der Garde s’impose pour la finale

Giedo van der Garde GP2 2012 Bahreïn

La dernière course de GP2 Series de la saison à Singapour n’est pas dépourvue d’enjeu : si Davide Valsecchi a été sacré champion à l’issue de la course longue, la 3e place au championnat pilotes et le championnat équipes ne sont pas encore scellés. Avec des pneus qui se dégradent à vitesse grand V, l’affiche est d’autant plus belle ! A noter que Luca Filippi ne participera pas à la course, puisque sa monoplace a été trop endommagée lors de la course d’hier suite à son accident.

Le départ se déroule sans incident malgré l’envol plus que moyen de Felipe Nasr qui perd de nombreuses places. Giedo van der Garde conserve la tête à l’issue du 1er tour et est suivi de Marcus Ericsson, Luiz Razia, Fabio Leimer et Davide Valsecchi.

Nathanaël Berthon doit passer aux stands à la fin du 2ème tour, son aileron avant étant cassé. Dommage pour le Français qui pointait au 7ème rang avant cet arrêt. L’homme qui récupère sa position, Sergio Canamasas, écope d’un drive-through car l’un de ses mécaniciens est resté trop longtemps sur la piste. En parallèle, Jolyon Palmer tire dans le mur après une bataille rapprochée avec Johnny Cecotto.

Derrière Stefano Coletti en 8ème place, un peloton se forme et les batailles sont nombreuses. Le Monégasque parvient à s’échapper, laissant Felipe Nasr et Max Chilton s’expliquer en tête du groupe. Les pénalités aussi, Julian Leal devant servir un drive-through pour avoir coupé allègrement. Au 8ème tour, Sergio Canamasas n’a toujours pas servi sa pénalité alors qu’il doit le faire dans les 3 tours après l’annonce de la pénalité. En conséquence, l’Espagnol reçoit un drapeau noir. Johnny Cecotto y passe à son tour, son incident avec Palmer lui vaut un drive-through.

La voiture de sécurité fait son apparition au 9ème tour car René Binder est parti en dérive dans le dernier virage et a calé en plein milieu de la ligne de départ/arrivée. Le coéquipier de l’Autrichien n’est toujours pas rentré suite à son drapeau noir et Bruno Michel en personne vient voir les hommes de Venezuela GP Lazarus sur le muret des stands pour savoir ce qu’il en est !

Au restart, Giedo van der Garde est toujours en tête devant Marcus Ericsson et Luiz Razia. Derrière, Max Chilton semble en difficulté et Nigel Melker lui ravit sa 10ème place, tout comme James Calado prend la 13ème position à Rio Haryanto avant de se faire le scalp de Chilton.

Au 14ème tour, Sergio Canamasas rentre aux stands et une scène surréaliste se produit. Le pilote espagnol rentre car il a un problème sur la voiture, déclare ne rien avoir entendu à la radio et se fait enguirlander par un membre de son équipe qui lui dit qu’il devait regarder le pit-board.

Les derniers tours sont plus animés en piste : James Calado et Johnny Cecotto rentrent dans le top 10 alors que le Vénézuélien a fait deux arrêts aux stands, Fabio Leimer tente de prendre la dernière marche du podium à Luiz Razia, Felipe Nasr dépasse Stefano Coletti pour la 7ème place, un contact entre Stéphane Richelmi et Rio Haryanto envoie le Monégasque en tête-à-queue.

Dans le dernier tour, Fabio Leimer fait sauter le verrou Razia et accompagnera Giedo van der Garde et Marcus Ericsson sur le podium. Luiz Razia et Davide Valsecchi sont, comme en course 1, 4ème et 5ème mais dans des positions inversées. Esteban Gutiérrez, Felipe Nasr et Stefano Coletti complètent les entrées dans les points.

Au championnat, le résultat assure à Esteban Gutiérrez la 3ème place finale devant Max Chilton, Giedo van der Garde et James Calado. Chez les équipes, DAMS s’assure du titre équipes, le premier dans son histoire en GP2 Series ! L’équipe de Jean-Paul Driot repasse devant Lotus GP, basée sur l’autre structure française ART Grand Prix, dans la toute dernière course.

Les GP2 Series continueront leur périple en 2013 pour la troisième année d’exploitation des GP2/11. Le calendrier doit encore être dévoilé mais devrait coller plus ou moins à celui de cette année. Il est également question d’un meeting organisé à Montréal mais aucune information officielle n’a filtré.

GP2 Series 2012 – Singapour – Course 2
1. Giedo van der Garde – Caterham Racing – 21 tours
2. Marcus Ericsson – iSport – +1.719s
3. Fabio Leimer – Racing Engineering – +5.684s
4. Luiz Razia – Arden International – +7.393s
5. Davide Valsecchi – DAMS – +7.942s
6. Esteban Gutiérrez – Lotus GP – +8.562s
7. Felipe Nasr – DAMS – +8.718s
8. Stefano Coletti – Rapax – +15.394s
9. Johnny Cecotto – Addax – +18.981s
10. James Calado – Lotus GP – +21.964s
11. Rio Haryanto – Carlin – +29.223s
12. Nigel Melker – Ocean – +38.159s
13. Victor Guerin – Ocean – +42.593s
14. Simon Trummer – Arden International – +43.366s
15. Nathanaël Berthon – Racing Engineering – +44.482s
16. Julian Leal – Trident – +49.242s
17. Jake Rosenzweig – Addax – +50.553s
18. Rodolfo Gonzalez – Caterham – +1m02.226s
19. Max Chilton – Carlin – +1m06.565s
20. Fabio Onidi – Coloni – +1m07.175s
21. Ricardo Teixeira – Rapax – +1m07.288s
22. Stéphane Richelmi – Trident – + 2 tours
NC. René Binder – Lazarus
NC. Jolyon Palmer – iSport
DSQ. Sergio Canamasas – Lazarus
NP. Luca Filippi – Coloni

GP2 Series 2012 – Classement général final
1. Davide Valsecchi – 247 points
2. Luiz Razia – 222
3. Esteban Gutiérrez – 176
4. Max Chilton – 169
5. James Calado – 160
6. Giedo van der Garde – 160
7. Fabio Leimer – 152
8. Marcus Ericsson – 124
9. Johnny Cecotto – 104
10. Felipe Nasr – 95
11. Jolyon Palmer – 78
12. Nathanaël Berthon – 60
13. Stefano Coletti – 50
14. Rio Haryanto – 38
15. Tom Dillmann – 29
16. Luca Filippi – 29
17. Josef Kral – 27
18. Stéphane Richelmi – 25
19. Nigel Melker – 25
20. Fabio Onidi – 13
21. Julian Leal – 9
22. Rodolfo Gonzalez – 6
23. Simon Trummer – 4
24. Fabrizio Crestani – 1
25. Brendon Hartley – 1
26. Daniël de Jong – 0
27. Sergio Canamasas – 0
28. Dani Clos – 0
29. Ricardo Teixeira – 0
30. Victor Guerin – 0
31. René Binder – 0
32. Jake Rosenzweig – 0
33. Giancarlo Serenelli – 0
34. Jon Lancaster – 0

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l'affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox