Accueil / GP2 / GP2 : Gutierrez passe entre les événements

GP2 : Gutierrez passe entre les événements

Esteban Gutierrez GP2 2012 Monaco

Le départ de la première course GP2 se déroule sous le régime de la voiture de sécurité, sur une piste détrempée. Fabio Leimer part en pôle, devant Johnny Ceecotto et Jolyon Palmer, le régional de l’étape. Davide Valsecchi, leader au championnat, part du fond de grille.

La voiture de sécurité s’efface au bout de 7 tours, non sans laisser quelques victimes des sprays, à commencer par Daniël de Jong, qui y détruit son aileron avant sur l’arrière de Rodolfo Gonzalez dans un ralentissement puis calera dans la voie des stands en voulant réparer les dégâts. A noter que le Vénézuélien de Caterham Racing passera également dans les stands pour constater les dégâts sur son aileron arrière. Il ressortira à deux tours.

Felipe Nasr, Davide Valsecchi et Stefano Coletti se sont arrêtés à la fin du sixième tour pour changer de pneumatiques, ce qui pourrait avoir son importance par la suite. Fabrizio Crestani prendra le pari de l’effectuer au restart.

Fabio Leimer conserve la tête de la course et parvient à creuser un écart de 2,8 secondes sur Cecotto durant le premier tour effectif mais la palme du meilleur restart revient à Nigel Melker qui dépasse Luiz Razia et Max Chilton dans les deux premiers virages pour se placer en sixième position. Luiz Razia se débarrassera de Max Chilton plus loin dans ce même tour.

Les conditions de piste sont différentes d’une partie du circuit à l’autre, allant du séchant à l’irréductible mouillé. D’où les petites fautes de certains pilotes, à l’image de Jolyon Palmer, Stefano Coletti ou Julian Leal. Si Fabio Leimer construit méthodiquement son avance, la situation s’organise en différentes luttes plus tard : Giedo van der Garde passe Fabio Onidi à l’extérieur, James Calado tente de passer son coéquipier, Felipe Nasr double Simon Trummer pour la 16ème place. Peu après avoir dépassé Marcus Ericsson, Stefano Coletti passe à travers l’herbe détrempée et son rythme ralentit le temps d’un tour. Il retrouvera toute sa puissance alors qu’il a coulé en 24ème place. Josef Kral retient Rio Haryanto en dixième position tandis que Felipe Nasr continue sa remontée en mettant la pression sur Victor Guerin.

Esteban Gutierrez est le premier à s’arrêter hors régime de sécurité, au 15ème tour, imité par Fabio Onidi dans le même tour. Le Mexicain ressort en 12ème position, soit devant Felipe Nasr, meilleur classé des arrêts anticipés. Au 16ème tour, Calado, Guerin et Trummer changent leurs gommes. James Calado ressort entre Gutierrez et Nasr, mais devra céder, victime d’un problème, face au dernier cité. Parmi le trio de tête, Jolyon Palmer est le premier à s’arrêter et ressort entre Gutierrez et Nasr. Le pilote Lotus GP a donc gagné la première partie de son pari puisqu’il s’invite sur le podium provisoire.

La voiture de sécurité est déployée au 19ème tour suite à l’arrêt en bord de piste de James Calado. La plupart des pilotes à ne pas s’être arrêté profite de son entrée en piste pour changer de pneus, à l’exception notable de Fabio Leimer, toujours leader mais dont l’avance fond désormais. L’ordre derrière le safety-car dévoile un Fabio Leimer en tête mais n’ayant pas ravitaillé. Le Suisse devance Esteban Gutiérrez, Johnny Cecotto, Jolyon Palmer, Nigel Melker, Luiz Razia, Felipe Nasr et Davide Valsecchi à cet instant.

Le restart a lieu à huit minutes de la fin, la course se jouant au temps en raison des conditions. Un répit de court durée car le safety-car est de retour une minute plus tard afin de dégager la voiture de Stefano Coletti. Fabio Leimer passe aux stands à ce moment et chute en 18ème position, ce qui permet à Esteban Gutiérrez de prendre la tête de la course malgré un meilleur tour en course obtenu sous drapeaux jaunes. Le nouveau départ laisse place à un sprint final de trois minutes trente sur une piste qui s’est légèrement asséchée. Nigel Melker met la pression sur Jolyon Palmer mais se retrouve exposé à Luiz Razia, Max Chilton dépasse Fabrizio Crestani pour la neuvième position.

Dans le dernier tour, Luiz Razia échoue à peu de choses sur Nigel Melker. Cela n’empêche pas Esteban Gutiérrez de remporter sa 2ème victoire de la saison, accompagné de Johnny Cecotto et Jolyon Palmer sur le podium. Nigel Melker et Luiz Razia complètent le top 5 devant Felipe Nasr, Davide Valsecchi et Giedo van der Garde, huitième, et donc poleman pour la course sprint de demain. Les deux pilotes de Marussia Carlin, Max Chilton et Rio Haryanto, complètent les entrées dans les points. Nathanaël Berthon termine la course en douzième position.

Au championnat, Luiz Razia reprend la tête du championnat à Davide Valsecchi pour la première fois depuis le premier meeting de la saison. Avec sa victoire, Esteban Gutiérrez revient en troisième position et presque à portée de tirs des leaders.

La course 2 aura lieu demain à 10h30.

GP2 2012 – Course 1 – Silverstone
1. Esteban Gutierrez – Lotus GP – 1h00m22.657s
2. Johnny Cecotto – Addax – +1.700s
3. Jolyon Palmer – iSport – +5.257s
4. Nigel Melker – Ocean – +6.368s
5. Luiz Razia – Arden International – +6.523s
6. Felipe Nasr – DAMS – +9.051s
7. Davide Valsecchi – DAMS – +9.051s
8. Giedo van der Garde – Caterham – +9.841s
9. Max Chilton – Carlin – +11.118s
10. Rio Haryanto – Carlin – +11.958s
11. Fabrizio Crestani – Lazarus – +12.130s
12. Nathanaël Berthon – Racing Engineering – +12.843s
13. Stéphane Richelmi – Trident – +15.701s
14. Fabio Leimer – Racing Engineering – +16.421s
15. Simon Trummer – Arden International – +16.818s
16. Josef Kral – Addax – +17.833s
17. Victor Guerin – Ocean – +18.167s
18. Ricardo Teixeira – Rapax – +23.183s
19. Giancarlo Serenelli – Lazarus – +24.345s
20. Julian Leal – Trident – +38.351s
21. Marcus Ericsson – iSport – +39.831s
22. Fabio Onidi* – Coloni – +44.902s
23. Rodolfo Gonzalez – Caterham – +2 tours
NC. Stefano Coletti – Coloni – 5 tours
NC. James Calado – Lotus GP – 8 tours
NC. Daniël de Jong – Rapax – 24 tours

*Pénalité de 30 secondes ajoutées au temps final.

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l'affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox