Accueil / GP2 / GP2 : Razia remporte la première en Malaisie

GP2 : Razia remporte la première en Malaisie

GP2 Series Arden International
La course 1 en Malaisie voit donc Davide Valsecchi s’élancer de la pole devant Luiz Razia et Max Chilton. Nigel Melker prend déjà une pénalité, un drive-through, avant même le départ, son team restant en piste trop longtemps. Un second tour de formation est nécessaire car Jolyon Palmer et Tom Dillmann calent sur la grille avant même l’allumage du premier feu rouge et partiront finalement de la voie des stands. La course sera donc amputée d’un tour, passant de 31 tours prévus à 30.

Valsecchi prend un mauvais départ, et c’est Razia qui s’impose au-dessus de la mêlée du peloton devant Leimer et Coletti. Jon Lancaster s’arrête définitivement aux stands à l’issue du premier tour, durant lequel quelques contacts sont à signaler, la plupart sans conséquence. Gutiérrez est parmi ceux dont le départ leur permet une bonne remontée, puisqu’il se hisse dans le top 10. Giedo van der Gare passe Johnny Cecotto dans le dernier virage du tour 4 pour prendre la dixième place et revenir dans les points. Peu après, Davide Valsecchi fait une manoeuvre sur Coletti pour reprendre sa place sur le podium et l’Italien met rapidement la pression sur Leimer, ce qui fait le jeu de Razia qui s’échappe. Valsecchi passe à l’extérieur en début du tour 7 sur Leimer, tandis que Marcus Ericsson et Rio Haryanto font le show dans le peloton. Un petit train se forme derrière Leimer, composé de Coletti, Chilton, Calado, Nasr et Gutiérrez.

Johnny Cecotto est l’un des premiers à s’arrêter, mais il repart avant que son mécano n’ait totalement fixé la roue. Il sera ainsi l’un des premiers à abandonner. Coletti s’arrête au début du dixième tour pour sortir du train Leimer. En tête, Valsecchi remonte petit à petit sur Razia, le pilote DAMS n’ayant plus que 4,5 secondes de retard. Richelmi est également à deux doigts de sortir Dillmann, un incident mis sous investigation dix tours plus tard. Chilton tente une manœuvre sur Leimer, qui décide de s’arrêter, Felipe Nasr le suivant de peu. Leimer et Nasr ne parviennent pas à sortir devant Coletti. Calado et Chilton imitent Leimer et Nasr un tour plus tard. A la sortie des stands, on constate que Chilton sort devant Leimer, qui a dépassé Coletti. Nasr parvient à prendre le dessus sur Calado un peu plus loin. C’est alors que Davide Valsecchi décide de s’arrêter, plus tôt que Luiz Razia. Au début du quatorzième tour, le course de Rodolfo Gonzalez prend fin, et ce n’est pas ses concurrents qui s’en plaindront au vu des nombreux contacts du Vénézuélien durant la course.

Luiz Razia décide de s’arrêter à la fin du tour, et ressort assez largement devant Valsecchi qui signe le meilleur tour en course. Esteban Gutiérrez qui avait récupéré la tête s’arrête un tour plus tard malgré une entrée des stands large, un peu trop large. Le Mexicain ressort derrière Calado. Pire même, Crestani prend le dessus sur lui dans l’enchaînement. A mi-course passée, les principaux concurrents au podium ont ravitaillé. Razia devance Leal, qui doit encore s’arrêter et Valsecchi. Derrière, le train Chilton a remplacé le train Leimer, avec dans l’ordre Chilton, Leimer, Coletti, Nasr, Calado, Serenelli (qui doit réaliser son stop), Gutiérrez et van der Garde. La course perd un peu en intensité, Razia voit son écart s’élever à plus de neuf secondes sur Valsecchi au tour 19, alors que le train Chilton est relégué à plus de 22 secondes !

Calado prend en chasse Nasr pour la sixième place, tout comme van der Garde s’occupe du cas Gutiérrez pour la huitième place. Lorsque Calado relâche un peu de pression sur Nasr, c’est son propre coéquipier de Lotus GP qui lui met la pression, lui-même pressé par van der Garde. James Calado bloque la roue au dernier virage à six tours de la fin, et Gutiérrez en profite pour prendre la septième place. Van der Garde tente de profiter des difficultés de Calado avec ses pneus pour récupérer la huitième place, place qui offre la pole pour la course 2.

Et à 4 tours de la fin, la pluie est signalée dans la virage 6. Néanmoins, aucun incident n’est à signaler et les positions restent sensiblement les mêmes, malgré un Nasr tentant de passer Coletti jusqu’au bout. En tête, Luiz Razia s’impose en ayant conservé son avance sur Davide Valsecchi. Max Chilton signe son premier podium en GP2 Series également, devant Leimer, Coletti, Nasr, Gutiérrez, Calado, van der Garde et Crestani, qui rentrent tous dans les points. Simon Trummer et Stéphane Richelmi écoperont d’une pénalité de vingt secondes après la course en raison de divers accrochages.

Razia aura également pu profiter de la version longue de l’hymne brésilien sur le podium. Si longue que tout le monde en était hilare. James Calado (Lotus GP) s’élancera de la pole position demain pour la course 2, devant son coéquipier Esteban Gutiérrez et Felipe Nasr.

GP2 Series 2012 – Malaisie – Course 1
1. Luiz Razia – Arden – 30 tours en 56m00.250s
2. Davide Valsecchi – DAMS – +7.817s
3. Max Chilton – Carlin – +27.366s
4. Fabio Leimer – Racing Engineering – +28.291s
5. Stefano Coletti – Coloni – +32.217s
6. Felipe Nasr – DAMS – +33.378s
7. Esteban Gutierrez – Lotus – +33.679s
8. James Calado – Lotus – +36.449s
9. Giedo van der Garde – Caterham – +41.519s
10. Fabrizio Crestani – Lazarus – +43.240s
11. Nathanael Berthon – Racing Engineering – +43.720s
12. Rio Haryanto – Carlin – +53.303s
13. Marcus Ericsson – iSport – +61.683s
14. Josef Kral – Addax – +62.683s
15. Julian Leal – Trident – +69.180s
16. Nigel Melker – Ocean – +70.399s
17. Jolyon Palmer – iSport – +72.861s
18. Tom Dillmann – Rapax – +87.810s
19. Fabio Onidi – Coloni – +99.125s
20. Stephane Richelmi – Trident – +75.206s (+PEN)
21. Ricardo Teixeira – Rapax – +108.025s
22. Giancarlo Serenelli – Lazarus – 1 tour
23. Simon Trummer – Arden – +99.672s (+PEN)
Ab. Rodolfo Gonzalez –  Caterham – 17 tours
Ab. Johnny Cecotto – Addax – 23 tours
Ab. Jon Lancaster – Ocean – 30 tours

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l’affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox