Accueil / GP2 / Le retour des Junior Teams ?

Le retour des Junior Teams ?

L'organisme Gravity fait partie des nombreuses organisations "coup-de-pouce" vers la F1.

Avec la nomination des nouvelles écuries du GP2, on s’attendait initialement à un renouvellement dans le sens de la qualité. Mais il apparait que finalement, petit à petit, un retour aux préceptes des Junior Teams soit dans l’air du temps. Bernie E, grand personnage dans le monde de la F1, souhaiterait même que chaque team de f1 soit lié à un team de GP2 à terme.

Renault aurait donc ouvert la voie l’an passé, grâce à l’association Renault-Genii-Gravity-DAMS, et d’autres acteurs se pencheraient vers une solution identique. On savait par exemple que Lotus voulait un tel système. Il a d’ailleurs été mis en place en FR3.5 avec une association Lotus-Mofaz. Tout comme Lotus, Virgin fait de même avec Manor en GP3 et d’autres disciplines britanniques.

Il n’est donc pas étonnant que Lotus et Manor aient envoyé des candidatures pour le GP2. Mais rien ne dit que l’organisateur suivra cette logique presque imposée. On sait par exemple que Carlin, qui n’a plus grand chose à prouver là où elle est, est sur les rangs. D’autres aussi, mais plus discrets. Quand à Mücke et ses liens avec Mercedes, les résultats inauguraux en GP3 n’incitent pas à un avis favorable.

Gravity, filiale de Genii, démontre à quel point il faut ancrer un système de promotions pour ses pilotes qu’elle ne veut pas voir courir pour la concurrence. Avec Renault en F1, DAMS en GP2 et Formule BMW, Charouz Team en AutoGP, le choix est là. Ne reste qu’à diffuser les pilotes dans les catégories selon leur « rang », afin de les maintenir à un niveau où ils ne voudront pas partir ailleurs. Gravity évite ainsi les erreurs qu’ont pu commettre dans le passé des structures pour jeunes, comme le Red Bull Junior Team ou encore les Superfund boys.

Néanmoins, ce pragmatisme économique débouche sur d’autres problèmes. Et l’on voit ainsi Virgin demander une paire de millions d’euro pour un poste de pilote-essayeur qui n’essaye plus rien. Mais pour quelques millions d’euro en plus, on offre le cadeau de financer une saison en GP2. Ceci participe alors de plus en plus à l’inflation du GP2. Là où les bons et très bons nécessitaient un petit budget en 2005, des moins bons pourront s’offrir une saison à l’aide de leurs grosses bourses dans les années à venir. Avec une structure jacente à la F1 qui les teste, en place d’autres qui mériteraient peut-être plus. D’autres répondront que cela donnera une occasion aux essayeurs de rouler. A vous de trancher, mais le pessimisme m’emporte.

Ainsi, cela donne un relent de Formule 3000 Internationale. Le GP2 tomberait dans les mêmes travers si cela venait à se confirmer (lundi ?). Les noms changeraient mais on retomberait dans cette situation. Vous vous rappelez des Red Bull Junior/RSM Marko, des Gauloises Junior/Prost Junior Team/Prost GP, des European Minardi F3000/F1, West Competition/Mercedes ?

Rien n’est encore officiel, mais quand on vous dit que tout n’est qu’un cycle sans fin.

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l’affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox