Accueil / IndyCar / IndyCar : Jean Alesi, Lotus et la justice

IndyCar : Jean Alesi, Lotus et la justice

Premiers grincements dans l'alliance Lotus

Jean Alesi semble avoir finalement rebondi dans sa quête de participer aux 500 miles d’Indianapolis. Après que Lotus ait échoué à faire atterrir son ambassadeur dans une équipe motorisée par Lotus, puis échoué à convaincre Newman-Haas d’aller jusqu’au bout, le manufacturier a annoncé son soutien pour l’équipe Fan Force United, traditionnellement en Indy Lights.

Le pilote de 47 ans a moulé son baquet lundi et devrait effectuer ses premiers tours de roues sur ovale dès demain lors du Rookie Orientation Test, première étape à franchir pour les débutants aux 500 miles d’Indianapolis. Alesi a également passé deux jours dans le simulateur de Dallara afin d’achever sa préparation, notamment au niveau des réglages, à moins de trois semaines des 500 miles.

Lotus a expliqué dans son communiqué que l’annonce n’avait pas pu être effectuée plus tôt en raison de sa concentration sur ses équipes à plein temps. Et il est vrai qu’il y a du travail.

Deux semaines après la rupture du contrat entre Lotus et deux équipes, à savoir Dreyer & Reinbold Racing et Bryan Herta Autosport, c’est au tour de de Dragon Racing de se séparer du constructeur. Dans la douleur, puisque l’équipe de Jay Penske a décidé de poursuivre judiciairement Lotus pour de nombreuses fautes contractuelles. Lotus s’était engagé à fournir deux châssis à l’équipe, ce qui n’a pas été effectué et a dû être fait par l’équipe, sans oublier que Dragon accuse Lotus de ne pas avoir fourni de moteur à temps alors que les paiements avaient été effectués. Et en parlant de paiements, Dragon accuse Lotus de ne pas avoir prévenu que le rachat de Proton avait figé les opérations financières du contrat. Dragon réclame ainsi au moins 4,6 millions de dollars de dommages et intérêts. Lotus n’a pas encore réagi publiquement.

L’équipe qui engage Sébastien Bourdais et Katherine Legge travaille désormais pour obtenir un nouveau motoriste, Chevrolet semblant tenir la corde par rapport au Honda. De leurs côtés, Dreyer & Reinbold a obtenu un Chevy alors que Bryan Herta semble proche de conclure un accord avec Honda.

Lotus, pour sa part, ne se retrouve plus qu’avec l’équipe HVM et son unique pilote, Simona de Silvestro, comme engagée à plein temps. Un chiffre qui sera porté à deux avec l’arrivée de Jean Alesi, mais rien n’indique que les deux seront présents lors de la course.

Faisons ainsi le point sur les engagés :

  • A.J. Foyt (Honda) engagera deux pilotes : Mike Conway et Wade Cunningham
  • Andretti Autosport (Chevrolet) engagera cinq pilotes : Sebastián Saavedra (avec AFS Racing), Ana Beatriz (avec Conquest Racing), Marco Andretti, James Hinchcliffe et Ryan Hunter-Reay.
  • Chip Ganassi Racing (Honda) engagera quatre pilotes : Scott Dixon, Dario Franchitti, Graham Rahal et Charlie Kimball.
  • Dale Coyne Racing (Honda) engagera deux pilotes : Justin Wilson et James Jakes.
  • Dreyer & Reinbold Racing (Chevrolet) engagera un pilote : Oriol Servià.
  • Ed Carpenter Racing (Chevrolet) engagera deux pilotes : Ed Carpenter et un autre non cité.
  • Fan Force United (Lotus) engagera un pilote : Jean Alesi.
  • KV Racing Technology (Chevrolet) engagera trois pilotes : E.J. Viso, Rubens Barrichello et Tony Kanaan.
  • Dragon Racing (moteur à déterminer) engagera deux pilotes : Katherine Legge et Sébastien Bourdais.
  • HVM Racing (Lotus) engagera une pilote : Simona de Silvestro.
  • Panther Racing (Chevrolet) engagera un pilote : J.R. Hildebrand.
  • Rahal Letterman Lanigan Racing (Honda) engagera deux pilotes : Takuma Sato et Michel Jourdain Junior.
  • Schmidt–Hamilton Motorsports (Honda) engagera deux pilotes : Simon Pagenaud et Townsend Bell.
  • Sarah Fisher Hartman Racing (Honda) engagera deux pilotes : Bryan Clauson et Josef Newgarden.
  • Bryan Herta Autosport (moteur à déterminer) engagera un pilote : Alex Tagliani.
  • Team Penske (Chevrolet) engagera trois pilotes : Ryan Briscoe, Hélio Castroneves et Will Power.

On distingue donc Honda avec 14 monoplaces motorisées, Chevrolet avec 15, Lotus avec 2. Il reste également trois monoplaces, celle de Dragon Racing et du Bryan Herta Autosport, qui n’auront pas de Lotus à coup sûr. 14+15+2+3=34, soit à peine une voiture de plus que les 33 qualifiés aux 500 miles. Et vu le déficit de puissance du Lotus-Judd, il sera difficile à Simona de Silvestro et Jean Alesi de ne pas ravir la dernière place non-qualificative à l’un ou à l’autre. A moins qu’Ed Carpenter ne présente finalement pas de deuxième voiture, ce qui semble de plus en plus probable, comme l’équipe l’a indiqué ce lundi sur sa page Facebook.

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l’affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox