Accueil / IndyCar / IndyCar : les pilotes payants se font nécessaires
Il faut en débourser un paquet pour rouler !

IndyCar : les pilotes payants se font nécessaires

L’automobile américaine, que l’on pensait épargnée par les multiples chasses aux sponsors et pilotes payants, vient de prendre un coup assez rude sur ces points. On a appris que Tony Kanaan était de retour sur le marché des pilotes libres pour la saison à venir, son deal avec De Ferran Dragon Racing étant rendu caduque pour un manque de bagage sponsorisé.

Après avoir été débarqué d’Andretti, le champion 2004 de la discipline se retrouve donc pour la seconde fois de l’intersaison à pied. La saison reprenant dans à peine un mois à St Petersburg, le challenge est dur pour trouver des fonds suffisants pour rouler plus qu’un programme complet, ou même de se voir offrir un programme partiel tant les équipes ayant des baquets libres sont les plus en recherche de fonds.

Quand on entend de l’autre côté que la manche de Las vegas sera ouverte à cinq pilotes hors IndyCar avec un prix de 5 millions de dollars si le guest l’emporte, l’on peut se poser raisonnablement la question de la logique des choses. Ne vaudrait-il pas mieux d’effectuer une bourse à certains pilotes dont le passé fait valoir leur présence ? Ou n’aurait-il pas plutôt fallu continuer la large allocation de primes aux équipes, au lieu de la réduire petit à petit comme c’est le cas ?

Autant les idées de l’IndyCar récemment étaient brillantes, autant celle-ci est plus de nature à nous laisser perplexes. D’autant plus quand on l’ajoute à l’éviction de Kanaan.

Néanmoins, le coup marketing pour la série est assuré. Beaucoup de médias en ont parlé. Beaucoup ont oublié qu’il y avait une manche de Nascar la veille, un GP de F1 le même jour, entre autres. Certes pour la Nascar, le Chase aura débuté et d’anciennes gloires des monoplaces pourraient être tentées. Mais ça limite grandement les chances de voir les 5 millions déjà donnés à un pilote. Surtout que la manche de Las Vegas sera sur un ovale, et que donc, on risque d’avoir très peu de chance de voir un jeune loup sélectionné ou une star des circuits routiers y accéder. On pourrait plus penser à un Sam Hornish ainsi, qui pourrait avoir une bonne chance si l’envie l’en prend. Cette manche de Las Vegas sera également la dernière des châssis actuels de Dallara. Là aussi, le marketing est assuré, même si l’on aurait pu penser à une autre forme de chasse à la prime, comme une sorte de Race of Champions par exemple.

En attendant, on ne peut qu’espérer que Kanaan ne soit qu’une des victimes provisoires de la situation, et qu’il lui sera proposé un volant à temps complet en 2012 lors de la renaissance de la discipline. Tout comme l’on regrette qu’un champion de ce calibre soit laissé à part. Comme quoi, il n’y a pas que la F1 et le GP2 qui sont confrontés aux problèmes.

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l'affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox