Accueil / IndyCar / IndyCar – Ryan Hunter-Reay vainqueur de l’Indy 500 2014
Ryan Hunter-Reay 2014 IndyCar Series Indy 500
© John Cote / IndyCar

IndyCar – Ryan Hunter-Reay vainqueur de l’Indy 500 2014

Une semaine après les qualifications, les 500 miles d’Indianapolis se déroulaient le 25 mai 2014, avec un départ fixé à 18 heures pour cette 98e édition. Les préparatifs de l’IndyCar Series étaient déjà bien avancés la semaine dernière, mais l’activité en piste reprenait dès vendredi, lors du Carb Day, dernière ligne droite avant l’épreuve mythique.

Ed Carpenter se préparait à s’élancer de la pole devant le Canadien James Hinchcliffe, victime d’une commotion lors du Grand Prix d’Indianapolis mais dont la ténacité, et l’attention de ses proches, lui ont permis de revenir à temps pour se qualifier. En première ligne, Will Power s’élançait de la troisième position.

Essais – Carb Day

Les ultimes essais, qui s’apparentaient à un warm-up, souriaient à Tony Kanaan, auteur d’un tour en 39.5019s à 227.838 mph de moyenne. Les écarts étaient très serrés puisque Scott Dixon échouait à un centième du vainqueur de la dernière édition des 500 miles d’Indianapolis.

Au troisième rang, Townsend Bell créait une petite surprise en se hissant devant Helio Castroneves et le débutant russe Mikhail Aleshin. Sixième, Ryan Hunter-Reay devançait Marco Andretti, Alex Tagliani, Juan Pablo Montoya et Josef Newgarden. A noter que Scott Dixon remportait le Tag Heuer Indy 500 Pit Stop Competition, un événement qui rapportait tout de même 50 000 dollars à ses mécaniciens !

500 miles d’Indianapolis

Le départ des 500 miles permettait à James Hinchcliffe de prendre la tête. Plus loin, Ryan Briscoe était en difficulté après une touchette avec le mur qui le forçait à regagner les stands. Au terme du premier des 200 tours, James Hinchcliffe devançait Ed Carpenter, Will Power et Marco Andretti. Helio Castroneves prenait ensuite la quatrième position. Les positions allaient évoluer petit à petit tant l’aspiration était importante sur ce tracé.

Après cinq tours de course, les cinq premiers restaient les mêmes devant Simon Pagenaud et J. R. Hildebrand, qui avaient tous deux progressé au classement. Au dixième tour, Ed Carpenter reprenait la tête de la course. James Hinchcliffe n’avait d’autre choix que de s’incliner. J. R. Hildebrand prenait la cinquième place après s’être débarrassé de Simon Pagenaud et de Marco Andretti. Scott Dixon remontait aussi bien puisqu’il avait doublé le Français pour se tenir au septième rang. Ryan Hunter-Reay était remonté dixième après onze tours de course et dépassait par la suite Carlos Muñoz. Le Colombien dépassait ensuite Simon Pagenaud pour reprendre la huitième place.

Les premiers arrêts aux stands intervenaient, et non des moindres puisque Ed Carpenter, leader de la course, ralliait les stands. James Hinchcliffe récupérait la tête de course et plongeait dans les stands au tour suivant. Will Power héritait alors de la tête devant Helio Castroneves et Scott Dixon. Ce classement était caduc dès le tour suivant. Après les arrêts, James Hinchcliffe reprenait la tête de course devant Ed Carpenter, Will Power et Helio Castroneves.

Will Power se débarrassait ensuite d’Ed Carpenter et allait immédiatement chercher James Hinchcliffe dans la foulée. Le dépassement intervenait rapidement en faveur de l’Australien. Ed Carpenter attendait quelques tours de plus pour imiter le nouveau leader au détriment du Canadien. Plus loin, Graham Rahal ralliait les stands de manière solitaire pour accumuler de nombreux tours d’immobilisation tandis que James Hinchcliffe concédait une position supplémentaire. Helio Castroneves était de son côté averti pour avoir bloqué Marco Andretti, qui avait tenté de prendre la cinquième place.

James Hinchcliffe continuait de chuter au classement en perdant coup sur coup deux positions et en sortant du top cinq. Scott Dixon était le suivant à dépasser le Canadien. Graham Rahal était repassé une nouvelle fois par les stands, l’abandon devenant incontournable pour lui et allait être justifié par une cause électrique. Marco Andretti prenait la troisième place peu après le premier quart de la course. Martin Plowman regagnait les stands pour un arrêt. Marco Andretti gagnait une position supplémentaire et remontait jusqu’en tête au détriment de Will Power. Helio Castroneves montait de son côté au quatrième rang, puis au troisième. Les arrêts continuaient d’intervenir, même s’ils restaient peu nombreux. Simon Pagenaud faisait partie des pilotes concernés par ce timing.

Au soixante-troisième tour, les arrêts des leaders se faisaient plus nombreux. Helio Castroneves restait en piste et héritait de la tête devant Scott Dixon et James Hinchcliffe. Will Power ressortait de son côté devant Marco Andretti. Scott Dixon continuait alors que de nouveaux arrêts intervenaient, avant de laisser la tête à Juan Pablo Montoya, qui devançait Tony Kanaan et Mikhail Aleshin. Le Colombien continuait sa route alors que Tony Kanaan perdait de précieuses secondes aux stands. Il se retrouvait à un tour en ressortant en même temps que Juan Pablo Montoya, qui s’était arrêté au tour suivant.

Helio Castroneves héritait de la tête de course devant Marco Andretti, Ed Carpenter, Scott Dixon et Will Power. Ryan Hunter-Reay, Simon Pagenaud et James Hinchcliffe suivaient les hommes de tête. Tony Kanaan regagnait les stands à nouveau, de la fumée s’échappant de sa monoplace. Son aileron arrière était retiré par ses mécaniciens pour examiner la mécanique plus précisément. Il repartait avec de nombreux tours de retard. Dans le peloton, Pippa Mann se faisait déborder par tous ses concurrents, la pilote étant en déficit de performance indéniable.

Ed Carpenter prenait la deuxième place de la course avant d’entrer dans le 78e tour. Dans la foulée, Juan Pablo Montoya progressait au huitième rang au détriment de James Hinchcliffe. Simon Pagenaud regagnait les stands après 85 tours de course, de manière décalée des autres pilotes. Quatre tours plus tard, le champion en titre d’Indy Lights, Sage Karam, imitait le Français. Les arrêts s’intensifiaient quelques boucles plus tard. Ed Carpenter reprenait la tête au 93e tour. Mikhail Aleshin était immobilisé plus que de raison dans les stands à ce stade. Juan Pablo Montoya succédait à Scott Dixon en tête, mais le Colombien devait encore s’arrêter et effectuait cette tâche juste avant la mi-course.

Après ce cap, Buddy Lazier était poussé dans les stands par ses mécaniciens suite à un problème mécanique. Ryan Hunter-Reay continuait, de son côté, à mener la course devant Helio Castroneves et Marco Andretti. Les trois pilotes se tenaient dans un mouchoir de poche. Derrière eux figuraient Ed Carpenter et Juan Pablo Montoya. Helio Castroneves prenait la tête de course après 108 tours. Juan Pablo Montoya perdait pour sa part trois positions au profit de Scott Dixon, J. R. Hildebrand et Will Power. Le grabuge entre ces pilotes continuait quelques tours plus tard, Will Power chutant au septième rang au profit de Juan Pablo Montoya. Scott Dixon prenait le quatrième rang.

Simon Pagenaud, en difficulté, repassait par les stands après avoir réalisé des tours moins rapides, avec une vitesse de pointe de 10 mph de moins que ses adversaires à certains instants. Ed Carpenter passait par les stands après 116 tours de course, de manière décalée par rapport à ses adversaires en raison d’un train de pneus en délicatesse. En tête, Ryan Hunter-Reay prenait la poudre d’escampette avec plus de deux secondes d’avance sur son poursuivant direct, Helio Castroneves. Ce dernier s’arrêtait après 123 tours et concédait quelques secondes. Rien de dramatique cependant sur une course aussi longue. Les arrêts s’intensifiaient par la suite, Scott Dixon reprenant la tête de la même manière que précédemment, puisqu’il était succédé par Juan Pablo Montoya.

Josef Newgarden s’immobilisait longuement aux stands à son tour, tandis que Juan Pablo Montoya continuait sa route en tête de course, retardant le plus possible son arrêt. Will Power, qui s’était trop bien débrouillé lors de son arrêt, revenait aux stands en observant une pénalité pour excès de vitesse aux stands. Au 132e tour, Juan Pablo Montoya observait son arrêt. Il ressortait au cinquième rang alors que Carlos Muñoz voyait son arrêt perturbé par une roue sautillant sur l’allée des stands. Juan Pablo Montoya, comme Will Power, observait à son tour sa pénalité.

Ryan Hunter-Reay continuait sa route en tête devant Helio Castroneves, Marco Andretti et Ed Carpenter. Marco Andretti prenait la tête à 61 tours du but. Derrière, Scott Dixon prenait la quatrième place au détriment d’Ed Carpenter. Ce dernier repassait aux stands après 146 tours de course. Au 150e tour, Charlie Kimball provoquait la première neutralisation de la course en partant en tête-à-queue et s’immobilisait hors-piste. Il repartait finalement pour regagner les stands. Les pilotes regagnaient les stands pour la plupart.

Ed Carpenter reprenait la tête de course devant Ryan Hunter-Reay, Marco Andretti, Scott Dixon, Helio Castroneves, James Hinchcliffe et Townsend Bell. La reprise de la course intervenait avec plus de 40 tours à couvrir. Ryan Hunter-Reay n’hésitait pas bien longtemps pour rendre la tête de course mais Ed Carpenter lui rendait la monnaie de sa pièce. Le champion d’IndyCar Series 2012 reprenait toutefois son dû très rapidement avant un retour d’Ed Carpenter en tête. Les deux pilotes s’échangeaient logiquement la tête de course, un phénomène récurrent en fin de course sur le plan stratégique.

Scott Dixon provoquait une nouvelle neutralisation à 32 tours du but. Aucun autre pilote ne se retrouvait impliqué même si le champion en titre avait traversé la piste. Durant cette neutralisation, Josef Newgarden était lui aussi hors-piste après une touchette d’un pilote juste derrière lui. Les arrêts aux stands avaient eu lieu entretemps et impliquaient tous les pilotes en piste. Le travail des mécaniciens se révélait alors primordial. Alex Tagliani se retrouvait en tête de course, mais il ne s’était pas arrêté. Derrière lui, Ryan Hunter-Reay se trouvait au deuxième rang devant Ed Carpenter, Townsend Bell, James Hinchcliffe et Helio Castroneves. Alex Tagliani regagnait les stands lors de la neutralisation, tandis que le drapeau vert était agité pour les 25 derniers tours de course.

A la reprise, Ed Carpenter et James Hinchcliffe s’accrochaient, le Canadien se montrant trop optimiste et Townsend Bell créant un sandwich en la défaveur du poleman. Le classement évoluait à nouveau : Ryan Hunter-Reay était toujours en tête devant Townsend Bell, Helio Castroneves, Marco Andretti, Takuma Sato et Carlos Muñoz. Kurt Busch, Juan Pablo Montoya et Sébastien Bourdais suivaient. Tony Kanaan avaient regagné les stands. Cinq tours plus tard, le drapeau vert était de retour. Marco Andretti montait au deuxième rang, Carlos Muñoz au cinquième. Helio Castroneves trouvait aussi l’ouverture sur Townsend Bell.

Les dépassements intervenaient partout, les deux pilotes de tête se repassant pour tenter de s’échapper. Helio Castroneves prenait la deuxième place, puis la première. Ryan Hunter-Reay reprenait la tête de course. Marco Andretti souhaitait reprendre la deuxième place mais Helio Castroneves ne l’entendait pas de cette oreille. A dix tours du but, Townsend Bell se mettait dans le mur. Une nouvelle fois, aucun autre pilote n’était impliqué. Le drapeau rouge était agité pour s’assurer que la course pouvait reprendre sous drapeau vert avec huit tours à réaliser.

Les dix premiers étaient alors composés de Ryan Hunter-Reay, Helio Castroneves, Marco Andretti et Carlos Muñoz ainsi que Juan Pablo Montoya, Kurt Busch, Sébastien Bourdais, Justin Wilson, Ryan Briscoe et Will Power.

A six tours du but, le drapeau vert était agité. Les positions de tête restaient les mêmes. Helio Castroneves prenait la tête à cinq tours du but alors que Marco Andretti ne parvenait pas à dépasser Ryan Hunter-Reay, qui tentait le tout pour le tout pour remonter en tête. Cela fonctionnait à trois tours du but, mais Helio Castroneves reprenait la tête au tour suivant. A l’entrée dans le dernier tour, Ryan Hunter-Reay reprenait la tête de course et s’imposait devant Helio Castroneves, Marco Andretti, Carlos Muñoz et Juan Pablo Montoya. Le vainqueur était ainsi parti du dix-neuvième rang.

Kurt Busch terminait la course au sixième rang devant Sébastien Bourdais, Will Power, Sage Karam et J. R. Hildebrand.

IndyCar Series 2014 – 500 miles d’Indianapolis – Classement
Pos Pilote Tours/Ecart
1 Ryan Hunter-Reay 200
2 Helio Castroneves +0.0600s
3 Marco Andretti +0.3171s
4 Carlos Muñoz +0.7795s
5 Juan Pablo Montoya +1.3233s
6 Kurt Busch +2.2666s
7 Sébastien Bourdais +2.6576s
8 Will Power +2.8507s
9 Sage Karam +3.2848s
10 J. R. Hildebrand +3.4704s
11 Oriol Servia +4.1077s
12 Simon Pagenaud +4.5677s
13 Alex Tagliani +7.6179s
14 Jacques Villeneuve +8.1770s
15 Sebastian Saavedra +8.5936s
16 James Davison +9.1043s
17 Carlos Huertas +12.1541s
18 Ryan Briscoe +13.3143s
19 Takuma Sato +13.7950s
20 Jack Hawksworth +13.8391s
21 Mikhail Aleshin + 2 tours
22 Justin Wilson + 2 tours
23 Martin Plowman + 4 tours
24 Pippa Mann + 7 tours
25 Townsend Bell + 10 tours
26 Tony Kanaan + 23 tours
27 Ed Carpenter + 25 tours
28 James Hinchcliffe + 25 tours
29 Scott Dixon + 33 tours
30 Josef Newgarden + 44 tours
31 Charlie Kimball + 51 tours
32 Buddy Lazier + 113 tours
33 Graham Rahal + 156 tours

 

IndyCar Series 2014 – Classement général – Course 5/18
Pos Pilote Points
1 Ryan Hunter-Reay 274
2 Will Power 234
3 Hélio Castroneves 220
4 Simon Pagenaud 211
5 Marco Andretti 192
6 Carlos Muñoz 160
7 Juan Pablo Montoya 152
8 Sébastien Bourdais 143
9 Scott Dixon 132
10 Justin Wilson 123
11 Ryan Briscoe 121
12 Takuma Sato 113
13 Jack Hawksworth 113
14 Josef Newgarden 109
15 James Hinchcliffe 105
16 Tony Kanaan 104
17 Sebastián Saavedra 101
18 Mikhail Aleshin 96
19 Mike Conway 93
20 Carlos Huertas 93
21 Charlie Kimball 92
22 Oriol Servià 88
23 Kurt Busch 80
24 Graham Rahal 79
25 J. R. Hildebrand 66
26 Sage Karam 57
27 Ed Carpenter 53
28 James Davison 34
29 Jacques Villeneuve 29
30 Alex Tagliani 28
31 Townsend Bell 22
32 Pippa Mann 21
33 Martin Plowman 18
34 Buddy Lazier 11
35 Franck Montagny 8

À propos Juliette Follin

Juliette vous apporte les actualités, interviews et résumés de meetings de course sur un plateau, quelle que soit la discipline. En parallèle, elle supervise l'aspect technique et graphique sur le site et les réseaux sociaux.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox