Accueil / IndyCar / IndyCar : Thriller californien pour sacre texan

IndyCar : Thriller californien pour sacre texan

Ryan Hunter-Reay 2012 IndyCar Series Fontana
Tout comme en USF2000 et en Indy Lights, l’IndyCar Series voyait sa dernière manche de la saison se disputer cette nuit. L’ovale de Fontana allait donc couronner le champion 2012 de la discipline entre Will Power et Ryan Hunter-Reay. Le premier cité allait-il échouer pour la troisième fois consécutive de sa quête pour le titre offrant au second le premier titre d’un Américain dans la discipline depuis Sam Hornish Junior en 2006 ? Seule certitude, le champion aura un moteur Chevrolet en cette année de retour des diversités moteur.

Les qualifications se sont révélées être un délicat exercice de style pour toutes les équipes et c’est Marco Andretti qui se montrera le plus habile de la séance avec un tour à 216.069 mph de moyenne, de peu devant les 216.058 de Ryan Briscoe. Chez les candidats au titre, Will Power a réalisé le 3ème meilleur temps tandis que Ryan Hunter-Reay était 17ème. Toutefois, les deux hommes font partie des 14 pilotes à subir une pénalité de dix places pour changement de moteur. On retrouve également parmi les pilotes sanctionnés : Hélio Castroneves, Scott Dixon, Wade Cunningham, Takuma Sato, Justin Wilson, Graham Rahal, Josef Newgarden, Simona de Silvestro, Charlie Kimball, Simon Pagenaud, Alex Tagliani et James Hinchcliffe.

Avec toutes ces pénalités, la première ligne reste identique avec Marco Andretti et Ryan Briscoe en tête, mais tout change ou presque derrière. Tony Kanaan, J.R. Hildebrand, Ed Carpenter et Rubens Barrichello complètent les deux lignes suivantes. Will Power se retrouve en 13ème place, Ryan Hunter-Reay 22ème. Simon Pagenaud, déjà assuré du titre de rookie de l’année, s’élancera du 20ème rang.

Le départ se passe très bien et très rapidement, la lutte en tête oppose Marco Andretti et Tony Kanaan. L’envol de Will Power est moyen, l’Australien pointe au 21ème rang lorsque Ryan Hunter-Reay est remonté en 16ème place. J.R. Hildebrand prend ensuite la tête de la course tandis qu’au 15ème tour, Simona de Silvestro jette l’éponge, son moteur Lotus la plaçant déjà à un tour sur l’ovale. Le calvaire de la Suissesse touche ainsi à sa fin. Si la 1ère place reste la propriété de J.R. Hildebrand et la dernière place celle de Simona de Silvestro, les dépassements sont légions dans le peloton dans la pure tradition des ovales.

Le premier ravitaillement survient au 32ème tour avec l’arrêt de Marco Andretti. Le leader Hildebrand y passe au 36ème tour et le commandement passe ensuite entre les mains de Ryan Briscoe puis de Takuma Sato. Les deux concurrents pour le titre s’arrêtent à deux tours d’écart : 37ème pour RHR, 39ème pour Power. Dans le même temps, Katherine Legge écope d’un drive-through pour excès de vitesse dans les stands. Après la première valse d’arrêts, Hildebrand récupère la tête au 41ème tour et devance Ed Carpenter, Ryan Briscoe, Tony Kanaan et Alex Tagliani. A cet instant, Ryan Hunter-Reay est 15ème, Will Power 17ème.

Au 45ème tour, Josef Newgarden passe à nouveau par les stands, victime d’un problème mécanique. Dix tours plus loin, Will Power est revenu au niveau de Ryan Hunter-Reay en 13ème position offrant une lutte directe pour le titre. Et là, c’est le tournant, Will Power part en tête-à-queue et touche le mur ! Fin de course pour l’Australien qui peut alors perdre le sacre pour la troisième année consécutive dans la dernière course. Tout dépendra alors de la position finale de Ryan Hunter-Reay ! Pendant ce temps, la voiture de sécurité fait son apparition le temps de dégager la Dallara accidentée du team Penske. La plupart des pilotes en profitent pour s’arrêter à nouveau et Servia et Viso écoperont de drive-through par la suite.

Au restart du 65ème tour, J.R. Hildebrand est toujours en tête devant Ed Carpenter, Rubens Barrichello, Tony Kanaan et Takuma Sato. Ryan Hunter-Reay pointe au 12ème rang alors qu’une 6ème lui sera suffisante désormais pour être sacré champion. Ed Carpenter prend les devants dans le tour de reprise avant que J.R. Hildebrand commence à le challenger pour reprendre sa place mais celui-ci se fait une frayeur au 74ème tour et entraine une nouvelle interruption de course. Un nouveau ballet aux stands débute alors, ce qui permet à James Jakes de prendre la tête de la course puisqu’il ne s’est pas arrêté. Sous le régime de la voiture de sécurité, peu avant le restart, Justin Wilson est percuté à l’arrière par Katherine Legge suite à un léger tassement du peloton. La course de Wilson semble compromise tandis que Legge passe aux puits pour changer d’aileron avant.

James Jakes est donc en tête au restart du 86ème tour, suivi d’Ed Carpenter, Tony Kanaan, Scott Dixon et Takuma Sato. Ryan Hunter-Reay est à cet instant en 8ème place. Ed Carpenter reprendra rapidement la tête devant Marco Andretti, Scott Dixon, Ryan Hunter-Reay et Takuma Sato. Avec sa 4ème place à ce moment, Ryan Hunter-Reay est provisoirement champion. Mais au 97ème tour, la situation a changé puisque l’Américain s’est fait dépasser par Briscoe, Castroneves, Sato et Kanaan. C’est à peu près au même moment où la nuit tombe à Fontana, sous le commandement de Carpenter, suivi par Briscoe et Castroneves.

Au 108ème tour, alors que les mécaniciens Penske tentent de réparer en un temps record la monoplace de Will Power pour que l’Australien puisse repartir et gratter quelques points, le moteur de Rubens Barrichello explose, provoquant l’abandon du Brésilien. Nouveau safety-car en piste, nouvelle vague de ravitaillements avant le restart au 116ème tour, toujours sous le leadership d’Ed Carpenter, suivi de Tony Kanaan, Scott Dixon, Takuma Sato et Dario Franchitti. Hunter-Reay est en 8ème position, ce qui est insuffisant pour le titre à cet instant. Un restart sans problème hormis un léger contact avec le mur pour Graham Rahal et James Hinchcliffe.

Au 124ème tour, peu avant la mi-course, Will Power revient en piste après son crash à la 55ème boucle ! Le but affiché pour l’Australien est alors de rattraper au moins une place à un pilote ayant abandonné pour marquer deux points de plus. Cela tombe plutôt bien, il possède 11 tours de retard sur E.J. Viso qui a abandonné sur problème mécanique. Au 130ème, Will Power repasse par les stands pour changer de pneumatiques mais cela ne masque pas le rythme decrescendo de sa monoplace ressuscitée.

Si Sebastian Saavedra abandonne au 133ème tour sur problème mécanique, en tête, Scott Dixon est désormais leader depuis peu et se dispute la première place avec Tony Kanaan, qui prend les commandes au 134ème tour. A la 139ème boucle, Will Power gagne enfin une position et passe en 24ème place, lui permettant de marquer deux points supplémentaires. Il faudra désormais à Ryan Hunter-Reay, toujours 8ème, une 5ème place à l’arrivée pour obtenir le titre suprême. Hors du rythme, Will Power n’insiste pas et rentre définitivement, une décision d’autant plus appuyée par le fait que les positions 18 à 24 marquent le même nombre de points et que l’Australien aurait du rattraper plus de 70 tours pour marquer un troisième point supplémentaire.

Le leader Tony Kanaan s’arrête au 149ème tour, ouvrant un nouveau bal aux stands, marqué par le calage de Marco Andretti et le drive-through de James Jakes. Castroneves prend provisoirement la tête, tout comme Sato. Kanaan reprend le leadership à la 153ème ronde mais doit toujours composer avec Dixon. La lutte est intense mais les positions ne changent pas beaucoup en tête, au contraire du peloton, où par exemple, Simon Pagenaud pointe désormais au 9ème rang, derrière Ryan Hunter-Reay. La stratégie légèrement décalée du Français l’oblige d’ailleurs à repasser par les stands dès le 177ème tour.

Ryan Briscoe tape le mur au 181ème tour, amenant une nouvelle safety-car sur le Speedway de Fontana. Le pilote Penske parvient à revenir aux stands mais les dégâts subis par sa suspension arrière-droite ruinent tous espoirs de bien figurer au classement final. La vague d’arrêts aux stands ne profite pas à Tony Kanaan, dont l’équipe KV Racing Technology change le capot moteur qui semblait se désolidariser. Scott Dixon hérite ainsi de la tête devant Dario Franchitti, Alex Tagliani, Takuma Sato, Ed Carpenter et Ryan Hunter-Reay, à une place du bonheur au moment du nouveau restart, ayant lieu au 190ème tour.

Dixon et Franchitti se disputent la tête mais Carpenter vient jouer les troubles-fête en s’intercalant entre les deux pilotes Ganassi. Le pilote-propriétaire prend même éphémèrement la tête à plusieurs reprises dans son duel côte-à-côte avec Dixon pendant plusieurs tours avant de la prendre pour de bon. Au 204ème tour, Alex Tagliani, dont le rythme est devenu irrésistible, s’empare du commandement. Un tour plus tard, c’est Takuma Sato qui se paie Ed Carpenter mais ce dernier résiste et parvient à revenir sur Tagliani. Une lutte entre les trois hommes prend place à 40 tours du but. A cet instant, Ryan Hunter-Reay est toujours en 6ème place, manquant le titre d’un point, virtuellement.

Marco Andretti lance la dernière vague de ravitaillement à 30 tours du drapeau à damiers. Celle-ci se termine à 24 tours du but et Alex Tagliani conserve la tête de course à son terme. Takuma Sato le dépasse à la 227ème ronde tandis que Ryan Hunter-Reay est toujours 6ème. La situation change toutefois radicalement au 229ème tour avec la casse moteur d’Alex Tagliani, peu après qu’Ed Carpenter soit passé leader. Cet incident permet à Hunter-Reay de rentrer dans le Top 5 et de devenir champion, toujours virtuellement, à moins de 20 tours du but !

Il ne reste plus que 15 tours lorsque le restart a lieu. Ed Carpenter est en tête devant Takuma Sato, Dario Franchitti, Scott Dixon et Ryan Hunter-Reay. Le nouveau départ est favorable à ce dernier qui prend la 4ème place. Au 236ème tour, Dario Franchitti prend la tête de la course tandis que Ryan Hunter-Reay conforte sa place dans le Top 5 en passant 3ème. Mais la course n’est pas encore finie comme le prouve le crash de Tony Kanaan au 240ème tour. Un tour plus tard, la direction de course décide de sortir le drapeau rouge afin d’être sûre de pouvoir avoir assez de tours pour le dernier restart. Une décision qui semble unique dans l’histoire de la discipline.

Il reste alors 8 tours à compléter dont 6 après le restart. Au classement, Dario Franchitti mène devant Ed Carpenter, Ryan Hunter-Reay, Takuma Sato et Marco Andretti. Carpenter se montre menaçant mais ne parvient pas à dépasser Franchitti. A 5 tours du but, Scott Dixon prend la 3ème place à Ryan Hunter-Reay tandis que Marco Andretti écope d’un drive-through pour départ volé. A 3 tours, c’est Takuma Sato qui dépasse Hunter-Reay, qui se retrouve en 5ème place, la place qu’il doit occuper pour être champion. Néanmoins, dans le dernier tour, Ed Carpenter prend la tête de la course tandis que derrière, Takuma Sato se crashe ce qui signifie la fin de la course.

Ed Carpenter s’impose alors devant Dario Franchitti et Scott Dixon tandis qu’avec sa 4ème place, Ryan Hunter-Reay est le nouveau champion de la discipline, le premier Américain depuis Sam Hornish en 2006. Il s’agit également du premier titre pilote qui échappe au Chip Ganassi Racing depuis celui de Dario Franchitti en 2007, alors au sein de l’Andretti Green Racing. Avec sa victoire du jour, Ed Carpenter est le premier pilote-propriétaire à s’imposer depuis Adrian Fernandez sur ce même circuit le 3 octobre 2004 au volant de sa G-Force Honda du team Aguri-Fernandez Racing, tandis que Will Power rentre également dans l’histoire, à sa façon, en perdant une troisième fois de suite le titre lors de la dernière course de la saison.

Au palmarès, Ryan Hunter-Reay est le champion 2012 d’IndyCar Series, mais aussi le champion des ovales cette saison. Maigre consolation pour Will Power qui se contente du titre sur les circuits urbains, tandis que Simon Pagenaud est le rookie de l’année. Au niveau des moteurs, Chevrolet remporte la Coupe des Manufacturiers devant Honda et Lotus.

IndyCar Series 2012 – Fontana 500 – Course
1. Ed Carpenter – 250 tours
2. Dario Franchitti – +1.9132s
3. Scott Dixon – +2.6091s
4. Ryan Hunter-Reay – +3.0477s
5. Helio Castroneves – +4.1933s
6. Graham Rahal – +5.4381s
7. Takuma Sato – + 1 tour
8. Marco Andretti – + 1 tour
9. Katherine Legge – + 1 tour
10. Charlie Kimball – + 1 tour
11. J.R. Hildebrand – + 2 tours
12. James Jakes – + 2 tours
13. James Hinchcliffe – + 3 tours
14. Wade Cunningham – + 4 tours
15. Simon Pagenaud – + 4 tours
16. Josef Newgarden – + 6 tours
17. Ryan Briscoe – + 6 tours
18. Tony Kanaan – + 10 tours
19. Oriol Servia – + 19 tours
20. Alex Tagliani – + 21 tours
21. Sebastian Saavedra – + 132 tours
22. Rubens Barrichello – + 143 tours
23. Justin Wilson – + 170 tours
24. Will Power – + 184 tours
25. E.J. Viso – + 185 tours
26. Simona de Silvestro – + 234 tours

IndyCar Series 2012 – Classement général final
1. Ryan Hunter-Reay – 468 points
2. Will Power – 465 points
3. Scott Dixon – 435
4. Hélio Castroneves – 431
5. Simon Pagenaud – 387
6. Ryan Briscoe – 370
7. Dario Franchitti – 363
8. James Hinchcliffe – 358
9. Tony Kanaan – 351
10. Graham Rahal – 333
11. J.R. Hildebrand – 294
12. Rubens Barrichello – 289
13. Oriol Servia – 287
14. Takuma Sato – 281
15. Justin Wilson – 278
16. Marco Andretti – 278
17. Alex Tagliani – 272
18. Ed Carpenter – 261
19. Charlie Kimball – 260
20. E.J. Viso – 244
21. Mike Conway – 235
22. James Jakes – 232
23. Josef Newgarden – 200
24. Simona de Silvestro – 182
25. Sébastien Bourdais – 173
26. Katherine Legge – 137
27. Sebastian Saavedra – 41
28. Wade Cunningham – 29
29. Ana Beatriz – 28
30. Townsend Bell – 26
31. Giorgio Pantano – 16
32. Michel Jourdain – 16
33. Bryan Clauson – 13
34. Jean Alesi – 13
35. Bruno Junqueira – 12

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l’affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox