Accueil / IndyCar / Un Badass perdu, six vies retrouvées
6-09-Wilson-Wins-At-Texas-Std
© LAT USA / IndyCar Series

Un Badass perdu, six vies retrouvées

La nuit dernière, nous apprenions que Justin Wilson n’avait pas survécu à son traumatisme causé par l’élément d’une autre voiture sur son casque.

Moins de quatre ans après la disparition de Dan Wheldon, l’IndyCar Series est encore en deuil. Une situation injuste tant pour ces compétiteurs que pour les immenses efforts en faveur de la sécurité mis en place par la discipline.

Nous n’avons pas connu Justin Wilson. Nous n’en aurons jamais l’occasion. Il nous restera des souvenirs de ses courses, notamment en F1, où il avait réussi à défier tous les paris pour en être malgré un budget limité et une très grande taille, un handicap dans un sport où le moindre kilogramme est traqué.

Modèle de persévérance et de détermination, Wilson avait été peu épargné durant sa carrière. S’il n’était pas de toute évidence l’un des géants de son domaine, il parvenait tout de même à vivre de sa passion malgré l’adversité.

Et c’est ainsi qu’il faut saluer le Britannique et ses qualités humaines, louées par de nombreux pilotes, preuves à l’appui. En dépit d’une trajectoire loin d’être fluide, il se servait de chaque épreuve comme leçon et n’hésitait pas à répondre aux questions des plus jeunes pour les aider face à leurs propres doutes. Un fait relativement rare dans un milieu dit individualiste.

Le sport automobile, notamment son élite, est caricaturalement perçu comme une activité de gamins gâtés et égoïstes. Cela ne semblait pas être le cas pour Justin Wilson. D’autres n’ont pas manqué de souligner son enthousiasme et ses sourires lors des rencontres entre les enfants hospitalisés et les concurrents d’IndyCar.

À une époque où le sport automobile est plus souvent attaqué qu’encensé, il incarnait à sa manière le lien social dont tout le monde se désole de la disparition sans y changer quoi que ce soit. Sans être une star mondialement connue, ni même le meilleur pilote de sa génération, Justin Wilson semblait aussi un modèle d’altruisme. Son don d’organes permettant à six patients d’avoir un avenir un peu plus serein en atteste.

En 2015, les héros existent encore, partout, à des échelles différentes. Et ça fait immensément de bien. Pensez-y la prochaine fois que vous entendez parler de dons de sang, de moelle ou d’organes.

Justin Wilson meme

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l’affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox