Accueil / Interviews / GP2 – Felipe Nasr plus près de son rêve de F1 que jamais ?

GP2 – Felipe Nasr plus près de son rêve de F1 que jamais ?

Felipe Nasr GP2 Series 2013 Spa-Francorchamps

Felipe Nasr commence à susciter de l’intérêt, les rumeurs le liant à Toro Rosso et la mention de son nom par Bernie Ecclestone attisant quelques curiosités. Rencontré l’an passé, alors débutant chez DAMS, le Brésilien a semblé cette fois-ci plus concentré que jamais, fixé sur l’objectif de remporter un championnat plus que serré, où cinq pilotes se tiennent en une victoire.

Interrogé sur son absence de victoire en GP2 Series, le champion 2011 de British F3 ne se veut pas alarmiste et rappelle que sa régularité lui permet de jouer le championnat.

Pas vraiment. Bien sûr, je veux gagner une course, mais ce n’est pas ma préoccupation première. Je veux remporter le championnat, ça sera d’une grande aide pour la suite.

Le pilote Carlin a souvent semblé capable de s’imposer mais manquer de quelques tours pour ce faire. Fallait-il parler de conservatisme avec les pneus de sa part ?

Non, c’est davantage une affaire de stratégie. Certains pilotes attaquent fort en début de course, d’autres attendent la fin de course pour ce faire. Dans certains cas, il ne m’a pas manqué grand-chose pour prendre la tête de course et m’imposer. Mais dans l’ensemble, je suis assez satisfait des résultats obtenus cette saison. Je n’ai pas marqué de points lors de très peu de courses, j’ai donc été très régulier.

Deuxième au championnat, Felipe Nasr a la chance d’avoir devant lui un Stefano Coletti de plus en plus en difficulté et qui n’a plus marqué de points depuis la course longue du Nürburgring, où il avait signé un podium. Une chance sur laquelle il ne mise toutefois pas.

Non, je ne compte pas sur sa forme actuelle car certains pilotes connaissent parfois des passes difficiles. Je ne me préoccupe pas trop de ça, je fais ce que j’ai à faire de mon côté.

Si le Brésilien débarque en Formule 1 en 2014, il bénéficiera de l’arrivée des moteurs turbo qui va chambouler un règlement plutôt statique depuis 2009. Un point dont il aimerait bénéficier, même s’il reste encore des négociations et des courses avant cela…

Tout le monde repart de zéro. Je dirais qu’il s’agit d’une bonne opportunité, mais pour cela, il faut d’abord arriver en F1 !

Le pilote Sud-Américain a effectué ses débuts en monoplace en Formule BMW Americas, dans la structure de son oncle Amir Nasr, Amir Nasr Racing, le temps de deux courses. Avec l’arrivée d’un championnat FIA de F4 en Amérique du Sud, les Brésiliens pourraient bénéficier d’un accès simplifié aux monoplaces.

Je n’étais pas au courant, mais ce serait une très bonne idée. Ça fonctionne déjà bien ailleurs et ce serait positif d’étendre le concept, surtout pour le Brésil et ses jeunes pilotes. C’est un très bon concept, j’espère qu’ils pourront le concrétiser.

En 2013, Felipe Nasr a retrouvé Carlin, avec pour coéquipier le Britannique Jolyon Palmer. Selon le Brésilien, une saine émulation permet à l’équipe d’aller de l’avant.

Ça fait plaisir d’être de retour avec Carlin. J’ai toujours aimé l’équipe. Jolyon est un type bien. On a une bonne entente. On travaille ensemble et on partage tout ce sur quoi on travaille. C’est toujours positif d’avoir deux bons pilotes dans la même équipe, ça nous permet d’être plus rapides.

Avec cinq points de retard sur Stefano Coletti, Felipe Nasr dispose de trois manches de GP2 Series et de six courses pour se battre dans une lutte pour le titre qui permet d’être électrique. La prochaine étape se jouera à Monza le week-end prochain.

À propos Juliette Follin

Juliette vous apporte les actualités, interviews et résumés de meetings de course sur un plateau, quelle que soit la discipline. En parallèle, elle supervise l’aspect technique et graphique sur le site et les réseaux sociaux.

Un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox