Accueil / Formule Renault / Norman Nato, les titres FR2.0 dans le viseur

Norman Nato, les titres FR2.0 dans le viseur

Norman Nato 2012 FR2_0 Spa

Norman Nato, actuellement deuxième au championnat de Formule Renault Eurocup 2.0, nous a accordé une interview sans langue de bois, où il est revenu sur sa saison actuelle, sur le futur et sur d’autres aspects plus légers.

Par rapport à l’an passé, ton approche a-t-elle changé vis-à-vis des courses, ou autre ?

Oui, c’est assez différent par rapport à l’an dernier parce que j’étais quelque peu débutant dans la catégorie. Je n’ai pas fait de tests durant l’hiver faute de budget, j’avais signé avec une équipe assez tardivement. Donc c’est vrai que cette année, j’aborde le championnat avec plus d’expérience.

L’an passé à Spa, tu as connu un double-abandon, et aujourd’hui, tu t’imposes lors de la première course. T’attendais-tu à une telle progression ici en termes de résultats bruts ?

L’an dernier, ici, ça s’était très mal passé, après, que je gagne ici ou sur un autre circuit… Le but n’est pas de gagner sur tel ou tel circuit, c’est de faire au mieux sur tous les circuits, et de marquer des points pour remporter le titre. Après, c’est clair que gagner sur un circuit tel que Spa-Francorchamps, ça fait toujours plaisir, c’est un circuit mythique.

Tu réalises de belles performances en ce moment, tu as gagné deux courses à Imola, et maintenant Spa…

Il faut profiter de ces moments parce que des séries comme ça, il faut admettre que cela n’arrive quand même pas souvent. Il faut donc continuer, ne pas croire que tout est acquis, continuer à travailler et tout faire pour continuer la série, mais l’essentiel reste de marquer les points et de remporter les deux championnats.

C’est bien parti dans l’Alps, oui, mais il reste encore quatre meetings de deux courses, on a vu par exemple Kvyat en tête du championnat après le premier meeting, et au bout de deux meetings, il se retrouve à 50 points donc on a vu que ça pouvait aller très vite et que rien n’est acquis, rien n’est fait. Il faut donc continuer sur notre lancée.

Tu es le premier pilote à stopper Daniil Kvyat en Eurocup. Quel est ton objectif cette saison ?

Une satisfaction, oui, même si mon but n’est pas de battre Kvyat seulement mais tout le plateau. Après, il n’est pas vraiment dans une bonne phase, mais je ne me fais pas de souci pour lui, ça va revenir, ce sont des choses qui arrivent. Nous sommes dans une bonne phase mais cela peut nous arriver aussi, d’où l’importance de rester concentré et continuer à travailler sans relache.

Peux-tu nous parler de ta réussite avec RC Formula ?

Honnêtement, j’appréhendais un peu le début de saison car on ne peut pas avoir al certitude que la performance sera rapidement au rendez-vous. Monza en Alps a été mon premier meeting de la saison, nous avons tous les ingrédients pour réaliser une belle saison, maintenant il faut continuer à marquer de gros points.

Concernant l’avenir, quelles seraient les formules de promotion ou disciplines où tu voudrais évoluer ?

Si je gagne l’Eurocup, logiquement cela serait la 3.5 car il y a la bourse de 500 000 €. D’autres disicplines comme la F3 sont aussi des options à prendre en considération.

Comment se passe ta préparation physique ?

J’ai un préparateur physique, le préparateur de l’équipe de France FFSA qui me donne un programme quotidien. Footing, vélo, fitness, il est vrai que cela prend du temps mais c’est indispensable ! Si je le travaille de manière intensive ce n’est pas spécialement pour cette saison mais pour anticiper la saison prochaine et ne pas avoir de temps d’adaptation concernant le physique.

Sinon, être un pilote de course et décrocher des victoires, cela plaît-il aux filles ?

Ça, c’est encore un autre aspect ! Clairement, pour les courses, ça peut aider, mais pour l’instant ce n’est pas du tout la préoccupation. Le seul objectif est le/les titres !
C’est comme avec les autres pilotes, je ne suis pas là pour me faire des amis. Je les respecte mais ne suis pas proche d’eux, je préfère consacrer du temps avec les ingénieurs et mon équipe.

On a pu voir sur le podium d’Eurocup que tu avais échangé quelques mots avec Stoffel. Que vous êtes-vous dit ?

Des paroles amicales, des félicitations, car c’était une course difficile pour tous les deux. Il était un peu plus rapide que moi car il bénéficiait de mon aspiration, mais j’ai réussi à maintenir ma position tout au long de la course, c’est une bonne satisfaction.

Tu as parlé de la bourse pour intégrer la 3.5 à l’avenir, mais, autrement, as-tu des soutiens qui te permettent de voir plus haut ?

Il y a le maintien du groupe Segond depuis mes débuts en kart aisni que de la FFSA. Si cela se passe bien cette année, il n’y a pas de raisons pour que cela s’arrête. Cette saison est primordiale pour la suite de ma carrière.

Ton objectif, c’est la F1, mais si jamais cela ne se concrétise pas, quels sont tes plans ?

Oui, comme tous les pilotes de mon âge, c’est la F1. Mais si cela ne fonctionne pas, mon objectif est d’être pilote professionnel en DTM ou endurance. J’aime beaucoup aussi coacher les jeunes pilotes de karting.

Dans son interview, le Français se veut donc lucide, posé et déterminé. Sa progression actuelle laisse présager de beaux lendemains, mais il reste néanmoins vigilant et se prépare à toute éventualité. En tous les cas, ce pilote possède un capital sympathie non négligeable : un bon point dans tous les cas.

À propos Juliette Follin

Juliette vous apporte les actualités, interviews et résumés de meetings de course sur un plateau, quelle que soit la discipline. En parallèle, elle supervise l'aspect technique et graphique sur le site et les réseaux sociaux.

2 plusieurs commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox