Accueil / Toyota Racing Series / TRS – Titre pour Tang, troisième NZGP d’affilée pour Cassidy
Andrew Tang leads Nick Cassidy Toyota Racing Series 2014 Manfeild
© Toyota Racing Series

TRS – Titre pour Tang, troisième NZGP d’affilée pour Cassidy

La finale des Toyota Racing Series se déroulait à Manfeild. Mené par Andrew Tang, le championnat était encore ouvert avec pas moins de sept pilotes en position de remporter le titre, tandis que la dernière course du week-end comptait également comme le prestigieux Grand Prix de Nouvelle-Zélande.

Double champion en titre, Nick Cassidy revenait spécialement pour ce week-end afin de tenter la passe de trois au GP de Nouvelle-Zélande. Au sein de l’équipe Neale Motorsport où il occupait la place d’ingénieur depuis le début des Toyota Racing Series. En revanche, sa présence signifiait que la grille était pleine et que le légendaire Ken Smith, 72 ans, vainqueur de trois NZGP, allait manquer l’épreuve pour la première fois en 48 éditions.

Essais

Deux séances d’essais avait lieu le jeudi. Andrew Tang dominait la première en 1m04.207s devant son équipier Nick Cassidy. Les deux hommes reléguaient Jann Mardenborough à plus d’une demi-seconde tandis que James Munro et Egor Orudzhev complétaient le quinté de tête. Macauley Jones et Steijn Schothorst suivaient avec Martin Rump, Michael Scott et Martin Kodric dans le top dix.

Neale Motorsport continuait sa domination à l’issue de la deuxième session, avec cette fois James Munro en 1m03.776s devant Andrew Tang. Jann Mardenborough se classait à nouveau troisième, suivi de Martin Rump et Ryan Tveter. Le reste du top dix était complété par Steijn Schothorst, Egor Orudzhev, Macauley Jones, Damon Leitch et Matteo Ferrer.

Vendredi, Jann Mardenborough dominait la session matinale en 1m03.594s, sept centièmes devant Andrew Tang, auteur de six tours seulement. Martin Rump, Damon Leitch et Nick Cassidy suivaient, devançant Steijn Schothorst, James Munro, Levin Amweg, Denis Korneev et Egor Orudzhev, tous dix en moins de six dixièmes de seconde.

Leader du championnat, Andrew Tang répliquait lors de la deuxième séance. Son temps en 1m03.248s allait devenir la référence de la journée. A nouveau, son équipier Nick Cassidy le suivait de près avec Egor Orudzhev, Jann Mardenborough et Macauley Jones dans les cinq premiers. Le top dix était complété par Martin Rump, Ryan Tveter, Matteo Ferrer, Damon Leitch et James Munro. Levin Amweg se distinguait d’une sortie de piste qui l’empêchait de prendre part à la dernière séance.

Jann Mardenborough terminait la journée comme il l’avait commencé, en tête. Son temps en 1m03.266 lui permettait de devancer Damon Leitch et Andrew Tang. Matteo Ferrer et Steijn Schothorst se trouvaient également à moins d’une demi-seconde du Britannique tandis que Martin Rump, Nick Cassidy, Egor Orudzhev, Ryan Tveter et James Munro s’offraient une place dans les dix premiers. La session de Ryan Tveter prenait d’ailleurs fin prématurément après un crash assez sévère.

Qualifications

Dès son retour, Nick Cassidy s’offrait la double pole position dans des conditions humides. En Q1, le Néo-Zélandais prenait le meilleur temps en 1m10.012s, devant Andrew Tang qui assurait ainsi une première ligne 100% Neale Motorsport. Jann Mardenborough se contentait de la troisième place devant Ryan Tveter et ses autres concurrents pour le titre, Egor Orudzhev, Damon Leitch et James Munro.

Matteo Ferrer, Gustavo Lima et Steijn Schothorst complétaient les dix premiers. Martin Rump n’accrochait que la sixième ligne, devenant le plus mal classé des prétendants au titre.

La seconde séance, qui déterminait la grille de départ du Grand Prix de Nouvelle-Zélande, tournait aussi à l’avantage de Nick Cassidy, en 1m09.939s. Andrew Tang occupait la tête, mais des problèmes électriques l’empêchaient de participer à l’intégralité de la session. Le Singapourien terminait toutefois deuxième, encore devant Jann Mardenborough et Ryan Tveter.

James Munro et Matteo Ferrer partageaient la troisième ligne devant Martin Rump et Damon Leitch. Levin Amweg et Macauley Jones complétaient le top dix tandis que Steijn Schothorst et Egor Orudzhev compromettaient leurs chances en se classant respectivement douzième et treizième, le Néerlandais ayant même provoqué un drapeau rouge avec sa sortie.

Course 1

Avant même le départ, la course connaissait un tournant puisque Nick Cassidy et Jann Mardenborough rencontraient des problèmes mécaniques et devait s’élancer depuis le fond de grille. Andrew Tang se retrouvait alors esseulé en tête, ce qui l’aidait à conserver sa première place sans trop de problème.

Le Singapourien allait ensuite dominer la course pendant dix-sept tours, s’offrant un nouveau record de la piste avec sa victoire. Il terminait avec plus de dix secondes d’avance sur son plus proche poursuivant, Damon Leitch, qui avait pris l’avantage sur Ryan Tveter au cours du premier tour. L’Américain conservait la troisième marche du podium.

Steijn Schothorst remontait jusqu’au quatrième rang devant Levin Amweg, qui conservait sa cinquième place de justesse face à Jann Mardenborough, auteur d’une belle remontée pour sauver ses espoirs de titre. Matteo Ferrer, Gustavo Lima, Macauley Jones et Robin Hansson entraient dans le top dix.

Candidats au titre, Martin Rump et James Munro s’accrochaient dans les Esses lors du deuxième tour. Si Rump remontait à la quatorzième position, il recevait une pénalité de cinquante secondes après avoir été jugé responsable. Matevos Isaakyan, Matt Rao, Alif Hamdan écopaient de leur côté d’un drive-through, tout comme Egor Orudzhev, également victime de problèmes mécaniques au départ.

Après cette première manche, Andrew Tang accentuait son avance en tête devant Damon Leitch et Jann Mardenborough, à égalité de points. Si Egor Orudzhev et Martin Rump restaient dans la course, il n’en était pas de même pour Steijn Schothorst et James Munro.

Course 2

Andrew Tang tirait au sort le numéro 6, ce qui plaçait ironiquement Jann Mardenborough en pole position devant Levin Amweg et Steijn Schothorst. Derrière Ryan Tveter, placé en deuxième ligne, Damon Leitch et Andrew Tang occupaient la troisième ligne.

Toutefois, à l’extinction des feux, Jann Mardenborough perdait plusieurs positions, laissant Levin Amweg prendre la tête devant Ryan Tveter. Au deuxième tour, Egor Orudzhev sortait de piste et heurtait le mur, ce qui amenait la première interruption de course. Au nouveau départ, Levin Amweg partait à la faute, ce qui plaçait désormais Ryan Tveter en tête devant Steijn Schothorst et Jann Mardenborough un court instant puisque la sortie de Brendon Leitch ramenait la voiture de sécurité en piste.

Au restart, Steijn Schothorst surgissait en tête devant Ryan Tveter qui, déstabilisé, allait se crasher et amener un second drapeau rouge à trois tours de la fin. La course ne reprenait pas, scellant la victoire du Néerlandais devant Jann Mardenborough et Damon Leitch, puisque Ryan Tveter était exclu des résultats après son accident.

Macauley Jones réalisait sa meilleure performance dans la catégorie en terminant au pied du podium devant Gustavo Lima et Robin Hansson, tous deux pénalisés de dix secondes après-course. James Munro héritait alors de la cinquième place devant Andrew Tang, profitant pleinement des pénalités post-course. Jordan Oon, Michael Scott, Martin Rump et Matteo Ferrer complétaient le top dix.

A une course de la fin, l’avance d’Andrew Tang était réduite à neuf points d’avance sur Jann Mardenborough, et seize unités sur Damon Leitch. En revanche, l’abandon d’Egor Orudzhev et la neuvième place de Martin Rump mettaient un terme à leurs espoirs.

Course 3

Parti de la pole position, Nick Cassidy allait s’offrir un troisième Grand Prix de Nouvelle-Zélande de suite, rentrant ainsi dans l’histoire puisqu’il est seulement le second pilote à réaliser une telle performance après Craig Baird entre 1991 et 1993. En remportant la 59e édition, il créait aussi un précédent en remportant ses trois succès avec trois équipes différentes : Giles Motorsport, M2 Competition et Neale Motorsport.

Malgré de nombreuses neutralisations, Nick Cassidy conservait la tête de la course et menait chaque tour pour s’imposer au terme du trente-cinquième tour devant Jann Mardenborough et Andrew Tang, dont la troisième place lui permettait de remporter le titre. Andrew Tang avait pourtant conservé sa deuxième position en début de course, et effectuait une bonne opération lorsque Jann Mardenborough perdait deux places au restart après la sortie de Ryan Tveter.

Nick Cassidy, Andrew Tang et James Munro offraient alors un triplé provisoire à la jeune équipe Neale Motorsport, devant Damon Leitch et Jann Mardenborough. Hélas pour eux, Jann Mardenborough profitait de l’abandon d’Alif Hamdan pour effectuer un restart éclair pour se placer en deuxième position. Un effort toutefois vain au championnat puisque le Singapourien le suivait pour s’assurer le titre. Les chances de Damon Leitch étaient réduites à néant lorsque le Néo-Zélandais terminait dans les graviers à mi-course, amenant la dernière neutralisation.

Cassidy conservait la tête jusqu’au drapeau à damier devant Jann Mardenborough, très proche, mais incapable de trouver l’ouverture sur le tenant du titre. Andrew Tang complétait le podium devant Steijn Schothorst et James Munro. A la lutte pour la sixième place, Macauley Jones et Matteo Ferrer s’accrochaient dans les derniers tours, laissant Levin Amweg et Denis Korneev prendre leurs positions tandis que Martin Kodric, Gustavo Lima et Matt Rao complétaient les dix premiers.

Bilan

Inquiet il y a dix jours de ne pouvoir finir la saison en raison de son service militaire, le ministère singapourien a été bien inspiré de le dispenser provisoirement puisque Tang devient le premier non Néo-Zélandais à s’imposer en Toyota Racing Series. Il devance de huit points Jann Mardenborough tandis que Damon Leitch complète le podium du général.

Meilleur débutant de l’année, Martin Rump devance le grand favori Steijn Schothorst, auteur d’un début d’année imparfait. Les deux hommes se retrouveront en Eurocup Formula Renault 2.0, tout comme Egor Orudzhev, sixième, et l’un des grands animateurs du début d’année.

A noter également qu’après dix saisons de bons et loyaux services, la Tatuus utilisée sera changée l’an prochain pour un nouveau modèle à déterminer. Les organisateurs souhaitaient d’abord changer de voiture pour cette saison 2014 avant de se raviser pour offrir ce plateau très hétéroclite, et probablement le plus relevé de l’histoire de la discipline.

Toyota Racing Series 2014 – Classement général final
1 Andrew Tang Neale Motorsport 790
2 Jann Mardenborough Giles Motorsport 782
3 Damon Leitch Victory Motor Racing 708
4 Martin Rump Giles Motorsport 627
5 Steijn Schothorst M2 Competition 626
6 Egor Orudzhev M2 Competition 595
7 James Munro Neale Motorsport 582
8 Denis Korneev ETEC Motorsport 414
9 Matevos Isaakyan ETEC Motorsport 412
10 Levin Amweg M2 Competition 409
11 Gustavo Lima M2 Competition 404
12 Jordan Oon ETEC Motorsport 398
13 Michael Scott Victory Motor Racing 391
14 Matt Rao Giles Motorsport 389
15 Neil Alberico Victory Motor Racing 378
16 Brendon Leitch Victory Motor Racing 365
17 Ryan Tveter Giles Motorsport 347
18 Macauley Jones M2 Competition 342
19 Robin Hansson Victory Motor Racing 323
20 Matteo Ferrer Giles Motorsport 289
21 Alif Hamdan Giles Motorsport 240
22 Martin Kodric ETEC Motorsport 211
23 Pedro Piquet M2 Competition 142
NC Nick Cassidy Neale Motorsport

 

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l'affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox