Accueil / Trophée Andros / Trophée Andros – 25 éditions déjà !

Trophée Andros – 25 éditions déjà !

Ce mercredi, le Trophée Andros donnait le coup d’envoi de sa 25e édition. Pour ce jubilé, le rendez-vous était donné sur le bateau-mouche à motorisation hybride, le Jean Bruel, loin des cimes et de l’ambiance fondue. Un clin d’œil appuyé des organisateurs vers les technologies avant une nouvelle saison explosive.

Historique

Depuis le pari osé de la grande première, le 27 janvier 1990, le Trophée Andros a su développer son principal atout, un spectacle populaire où autos et motos défient la glace et la neige, sans négliger la convivialité et la passion. Les bases d’un succès sur plusieurs décennies, résistant à l’érosion du temps grâce à l’innovation dans la continuité malgré quelques inévitables polémiques.

L’innovation, le Trophée Andros la créait rapidement avec un naming précurseur aidé par l’amitié de Frédéric Gersovon, président d’Andros, et Max Mamers. Un partenariat ayant permis à l’évènement d’atteindre sa dimension, et même de s’amplifier comme en atteste le soutien inconditionnel d’Andros aux expérimentations électriques. Malgré les amitiés, tout soutien doit s’accompagner de retombées. Nul doute qu’une telle longévité en témoigne !

Le plateau réuni par l’Andros est également un des ingrédients du succès. Avec 70 concurrents réunis dès les débuts, dont le spécialiste de la glace François Chauche, le retraité Jacques Laffite ou l’espoir Jean Alesi, ainsi que les stars du rallycross, la discipline n’a jamais cessé d’élargir ses horizons. D’Alain Prost à Romain Grosjean, en passant par Olivier Panis, Jacques Villeneuve, Sébastien Loeb, Yvan Muller, Ari Vatanen, Didier Auriol, Bruno Saby et Jean Louis Schlesser, tous ont permis au Trophée Andros d’assurer le rôle de stars aux côtés de personnalités aux CV différents : ski alpin pour Luc Alphand ou JT de 13h pour Jean-Pierre Pernaut, pour ne citer que deux présents lors de la soirée.

Une diversité que l’on retrouve aisément à travers l’histoire du Trophée Andros, riche en expériences : motos du Pilot Bike, Super Finales de Reuilly, du Bourget ou encore du Stade de France, sans oublier les premières courses électriques, l’internationalisation avec des évènements à Sherbrooke, des défis sur terre ou encore les challenges logistiques des courses sur neige artificielle !

Epreuve toujours attractive

L’autre force, surprise, du Trophée Andros réside en sa capacité à attirer les constructeurs. Malgré un règlement très strict pour maintenir les coûts des Silhouettes (dimensions précises du châssis tubulaire, quatre roues motrices et directrices, moteur V6 3l de 340 chevaux, régime bridé à 7500 tours/minute), la catégorie attire les marques automobiles. BMW, Citroën, Mercedes, Toyota, Dacia, Mini, Fiat, Skoda et d’autres ont participé Andros au fil des éditions.

Cette année, et jusqu’en 2016, Mazda associera la silhouette de sa nouvelle Mazda 3 à une image sportive via son importateur français et Sport Garage. Preuve s’il en est que le Trophée a su développer ses atouts marketing. Quatre voitures seront confiées avec Benjamin Rivière, Olivier Panis et Didier Thoral au volant parmi les autres pilotes du constructeur japonais.

Et comment oublier le Trophée Andros électrique ? Apparues en 2007, les Andros Cars sont devenues une discipline à part entière en décembre 2009 avant de s’exporter sur l’asphalte urbain avec les premiers Grands Prix électriques, organisés à Pau. Max Mamers n’hésite pas à rappeler que l’engouement proposé par la Formula E démontre à quel point son pari, le plaçant en précurseur, visait juste.

Edition 2014 : demandez le programme !

Pour sa cinquième édition, le monotype Trophée Andros électrique continue d’évoluer sous l’impulsion d’Exagon Engineering. Avec un moteur Siemens de 122 ch (90 kW) et 200 Nm, 2 roues arrière motrices avec différentiel autobloquant et batteries Li-Ion Saft 320 V, les Andros Cars de compétition représentent un laboratoire technologique parfait pour Exagon et Saft. L’objectif sera de continuer à améliorer les performances, un an après avoir établi pour la première fois le record d’une piste, sur le tracé atypique de l’Alpe d’Huez.

Pour s’imposer, il faut faire preuve de vitesse et de régularité. Chez les thermiques, trois tours chronométrés servent d’essais avant les deux manches qualificatives où le meilleur temps cumulé de 4 tours lancés attribue 80 % des points ainsi que la grille de départ des spectaculaires finales en peloton, où sont en jeu les points restants pour les élites, indépendants, promotions et féminines.

Des bonus de performance sont introduits cette année pour récompenser les meilleur temps des essais et des finales, tandis que quelques ajustements sont apportés au programme du Trophée Andros électrique et du Pilot Bike. Si la simplicité est de mise, les calculs peuvent se montrer complexes, tous les concurrents troqueront volontiers boots et combinaisons à l’issue des finales pour partager des plats chauds dans un paddock à l’ambiance unique… tant que la neige n’est pas trop violente, comme à Val-Thorens l’an dernier. Heureusement, vin chaud et cafés sont toujours à portée de main, même en cas de blizzard.

Accompagnés des funambules du Pilot Bike, les concurrents débuteront leur saison le week-end du 7 et 8 décembre à Val Thorens. Ils se rendront ensuite à Andorra, l’Alpe d’Huez, Isola 2000, Saint Dié des Vosges et Lans en Vercors avant la finale du 31 janvier et 1er février à Clermont / Super Besse. Les courses seront diffusées sur Sport+, assurant une exposition médiatique intéressante au cœur de l’hiver.

Sportivement, Jean-Philippe Dayraut et Christophe Ferrier remettront leurs titres en jeu face aux Benjamin Rivière, Olivier Panis, Franck Lagorce ou encore Nathanaël Berthon, parmi tant d’autres pilotes qui se joindront à l’évènement festif entre deux parts de tartiflette. En une semaine, pilotes et équipes quittent les berges nocturnes de Paris pour rejoindre les cimes alpines lors d’une manche d’ouverture, sportive et festive. Parfois un peu trop festive, espérons que personne n’ait à passer au poste de police le dimanche matin vers 4 heures du matin cette année, ou que l’organisateur garde ses côtes sauves !

Le calendrier du Trophée Andros 2013-2014 en un coup d’œil

25e Trophée Andros – Calendrier 2013-2014
Epreuve Date
Val Thorens 7-8 décembre 2013
Andorra 13-14 décembre 2013
Alpe d’Huez 20-21 décembre 2013
Isola 2000 10-11 janvier 2014
Saint Dié des Vosges 18 janvier 2014
Lans en Vercors 24-25 janvier 2014
Clermont-Ferrand/Super Bresse 1er février 2014

Crédit photos : Trophée Andros

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l'affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox