Accueil / Formule Renault / Après les essais, qu’attendre du cru 2013 en FR3.5 ?

Après les essais, qu’attendre du cru 2013 en FR3.5 ?

Antonio Felix da Costa Arden Caterham Formule Renault 3.5 Motorland Aragon 2013
Cinq séances d’essais ont précédé le championnat 2013 de Formule Renault 3.5. La saison passée, Robin Frijns avait nettement mené les débats hivernaux, confirmant par la suite ses bonnes prédispositions. Tentons pour une deuxième année de traduire les essais, plus serrés que l’an dernier, à travers les divers coups de bluff et préparations pouvant jeter le trouble.

Le week-end prochain, le cru 2013 de la Formule Renault 3.5 reprendra ses droits à Monza. Quelques tendances ont émergé lors des essais, voyant 30 pilotes se disputer les 26 baquets à remplir. On rappellera d’ailleurs que la seconde journée à Alcañiz a été annulée en raison du gel sur la piste.

Bilan essais 2013 Formule Renault 3.5

Trois pilotes se sont offert la tête des temps durant ces journées d’essais. Les deux premiers jours sont revenus à Stoffel Vandoorne, les deux suivants à Antonio Félix da Costa tandis que la dernière journée a consacré Will Stevens. En moyenne brute, c’est le Portugais Antonio Félix da Costa qui s’est montré le plus régulièrement rapide . La sensation de la deuxième partie de saison 2012 a été à son aise en se montrant régulièrement aux avant-postes. Derrière, Stoffel Vandoorne s’est montré le plus à l’aise devant un groupe composé de Kevin Magnussen, Nico Müller, Will Stevens et Marco Sorensen.

Tom Dillmann suit le peloton de tête mais il n’a effectué qu’une seule journée d’essais, avant de rejoindre les GP2 Series chez RUSSIAN TIME. Ainsi, il ne devrait pas être présent durant cette saison. Le reste du Top 10 « brut » est donc composé d’André Negrão, Sergey Sirotkin, Norman Nato et Jazeman Jaafar.

En enlevant le meilleur résultat et le plus mauvais de chaque pilote, pour ceux dont cela est possible, afin de lisser ces données, on constate quelques changements.

Bilan essais 2013 Formule Renault 3.5 sans extrême
Si Antonio Félix da Costa conserve la tête des classements, Will Stevens se glisse sur le podium et passe même devant Stoffel Vandoorne. Au pied du podium « normalisés », les Danois Kevin Magnussen et Marco Sorensen complètent le Top 5. La suite est composée, en faisant abstraction de Tom Dillmann, par le duo Draco, Nico Müller et André Negrão, Sergey Sirotkin, Carlos Huertas et Norman Nato.

En mettant en perspective les moyennes globales et « normalisées » des pilotes durant ces essais d’inter-saison, un nuage de points peut donner une première indication du relief du championnat de Formule Renault 3.5 pour la saison 2013.

Relief essais Formule Renault 3.5 2013

Et contrairement à ce que nous avons fait l’an dernier, essayons d’aller plus loin que les apparences de ce graphique, tout comme nous l’avons fait il y a quelques semaines pour les GP2 Series.

Les hommes de tête

Quasiment meilleur débutant l’an passé, et même meilleur homme du plateau sur les meetings qu’il a disputé, Antonio Félix da Costa semble le grandissime favori sur le papier. Un statut qu’il devra défendre pour la première fois. Les circonstances sont donc radicalement différentes. L’an passé, le Portugais était arrivé en cours de saison, prenant en chemin un double programme avec les GP3 Series (où il a mis plusieurs saisons à jouer le titre) sans nécessairement ressentir de pression, mais aussi libéré par sa récente signature avec le Red Bull Junior Team. Cette saison, il sera attendu au tournant et les redoublements en Formule Renault 3.5 ne sont pas toujours des gages de succès. S’il émerge comme le favori logique, il ne devrait pas avoir la vie si facile, d’autant plus que son coéquipier ne semble pas en mesure de l’aider à grappiller de gros points à ses adversaires. Autre dernier point : le Portugais aux 4 victoires saura-t-il signer une pole position pour la première fois ?

Stoffel Vandoorne Fortec Formule Renault 3.5 2013 Barcelone

Un autre homme fort s’est révélé durant l’hiver : le Belge Stoffel Vandoorne. Sous observation avec le McLaren Driver Programme qu’il a officiellement rejoint durant l’hiver, le membre du RACB est le champion en titre de l’Eurocup Formule Renault 2.0 et a rejoint Fortec pour sa campagne en 3.5. Un parcours qui n’est pas sans rappeler celui de Robin Frijns la saison passée. Si l’on arrête là les comparaisons, on rappellera que Vandoorne a une forte capacité à s’adapter à une nouvelle monoplace, la seule année qu’il a redoublé étant la saison 2011 où il avait décroché la 5ème place du championnat Eurocup FR2.0 dans la structure KTR. Un choix qui avait été dicté par… le RACB. En rejoignant la structure qui a mené Frijns au titre, Vandoorne se place idéalement d’entrée. Sa connaissance des tracés du championnat devrait également aider à en faire l’un des principaux concurrents pour le titre.

Les outsiders ?

Derrière les deux hommes de tête, on retrouve un groupe composé de Will Stevens, Kevin Magnussen, Nico Müller et Marco Sorensen, quatre redoublants.

Will Stevens a quitté Carlin pour rejoindre P1, une équipe dont son père prendra le contrôle progressivement. Pour ses débuts l’an passé, le Britannique a pris la 12ème place, sans parvenir à vraiment inquiéter son coéquier tout aussi débutant, Magnussen. Auteur d’un podium à Budapest, ses essais reflètent-ils une progression similaire à celle qui l’avait vu prendre la 4ème place en Eurocup FR2.0, ou font-ils partie d’une stratégie visant à attirer quelques sponsors ? De plus, l’équipe P1 est capable du meilleur comme du pire. Le pari sur la longueur d’une saison peut être à double-tranchant.

Quittant aussi Carlin, Kevin Magnussen a choisi de rejoindre DAMS. Le Danois s’est montré l’un des meilleurs débutants la saison passée, décrochant une victoire et quelques podiums. Du côté de DAMS, la saison du retour a été inégale mais performante avec Arthur Pic. Une constante qui devrait se retrouver cette saison avec un autre protégé de McLaren. Malheureusement pour Magnussen, son manque de régularité risque de le pénaliser sur la longueur d’une saison, ce qui semble le confiner à un rôle d’outsider de luxe.

Kevin Magnussen DAMS Formula Renault 3.5 2013 Barcelone
Egalement débutants l’an dernier, Nico Müller et Marco Sorensen sont restés dans leurs équipes respectives durant l’hiver. Pilote chez Draco, 9ème l’an passé, le premier devra capitaliser sur son expérience sans retomber dans les travers qu’il avait connu lors de son année de redoublement en GP3 Series. Le Suisse avait alors connu une saison où les progrès n’avaient pas été aussi significatifs qu’espérés. A voir si Müller a su apprendre de son passé.

Pour Marco Sorensen, le Danois a parfois manqué de peu des victoires et des podiums potentiels l’an passé. Le protégé de Lotus devra ainsi mieux concrétiser ces opportunités manquées pour lutter jusqu’au plus loin possible. Il reste également un léger doute sur sa vitesse de pointe par rapport aux autres concurrents mais sa régularité devrait aider à compenser cela.

Marco Sorensen Lotus Charouz Formule Renault 3.5 2013 Barcelona

On retrouve ensuite un petit groupe composé d’André Negrão, Sergey Sirotkin et Norman Nato. André Negrão tentera de faire jouer son expérience au service de Nico Müller, ou au sien, son père possédant l’équipe Draco. Le Brésilien est capable du meilleur comme du pire, son potentiel est donc difficilement situable, comme les autres membres de la fratrie Negrão ayant fréquenté les formules de promotion auparavant.

Les débutants

Les débutants Sergey Sirotkin et Norman Nato suivent. Après avoir participé au meeting de Moscou l’an passé, le Russe revient plus préparé et fort de sa saison en Auto GP et pourrait créer la surprise dans une équipe ISR qui a mené Sam Bird à la 3ème place l’an dernier.

Quant au Français Norman Nato, il devrait capitaliser sur ses progrès de la saison dernière malgré une fin d’année mitigée. Chez DAMS, il devrait profiter de l’expérience de son coéquipier Kevin Magnussen pour prendre rapidement ses marques et émerger comme l’un des meilleurs débutants avec Sirotkin.

Jazeman Jaafar Carlin Formula Renault 3.5 Motorland Aragon 2013
D’autres rookies seront également présents cette saison. Jazeman Jaafar sera présent chez Carlin. Le Malaisien sort de plusieurs saisons en British F3 et doit s’habituer à une nouvelle monoplace. Il peut prendre raisonnablement son temps grâce au soutien de Petronas et ne doit pas être négligé pour quelques coups d’éclats dans l’année, tout comme Marlon Stockinger chez Lotus. Le Philippin issu des GP3 Series profitera de l’expérience de Lotus-Charouz mais aussi de son coéquipier Marco Sorensen. Le principal défi de Stockinger cette saison sera son besoin de constance pour éviter une saison sans point comme lors de ses débuts en 2011 ou lors de l’été 2012 après sa victoire à Monaco, toujours en GP3.

Chez Arden Caterham, Pietro Fantin accompagnera Antonio Félix da Costa sans que l’on sache réellement quel sera son niveau de performance. Sa carrière jusqu’ici ne plaide pas vraiment en sa faveur mais d’agréables surprises sont déjà arrivées dans la discipline.

Pietro Fantin Arden Caterham Formule Renault 3.5 2013 Paul Ricard Castellet
Non loin d’eux, on retrouve un groupe composé de Matias Laine, Christopher Zanella et Nigel Melker. Laine tentera de mieux réussir avec P1 son entrée en FR3.5 qu’il n’avait pu le faire en GP3 avant de monter en puissance. Avec Will Stevens, il profitera d’un retour d’expérience au sein d’une équipe en pleine reconstruction. Une saison d’apprentissage se prépare pour le Finlandais.

Après avoir été le meilleur débutant en Formule 2 lors de la saison 2011, le Suisse Christopher Zanella a légèrement déçu dans la même discipline l’an passé. Il parvient néanmoins à grimper en FR3.5 avec ISR aux côtés de Sirotkin, évoqué précédemment. La confrontation entre les deux rookies sera intéressante même si elle risque de ne pas tourner à l’avantage du Suisse.

Enfin, le cas de Nigel Melker est difficile à analyser. Présent pour la saison inaugurale des GP3 Series en 2010, la saison de son équipe Mücke avait été catastrophique avant de le voir signer la 3ème place l’année suivante au sein de la même équipe. En 2012, il passe en GP2 Series et s’en sort honorablement vu les moyens réduits de l’équipe Ocean Racing Technology. Un one-shot chez Lotus à Silverstone le voit même monter sur le podium pour sa première course en FR3.5, bien aidé par la sortie d’une dizaine de pilotes dans le même virage toutefois. En rejoignant Tech 1 Racing, il intègre une équipe expérimentée dans la discipline aux côtés du tout aussi expérimenté Mikhail Aleshin, champion de la discipline en 2010. La structure toulousaine a semblé étonnamment en retrait durant les essais, ce qui met un peu le trouble. La saison devrait toutefois être une bonne surprise pour les deux hommes malgré un peu d’indécision.

Mikhail Aleshin Tech 1 Racing Formule Renault 3.5 Barcelone

Dernier débutant, Mihai Marinescu occupe la dernière place des essais au sein de l’équipe Zeta Corse, qui remplace BVM Target en ayant recruté d’anciens ingénieurs chez HRT F1. Le Roumain issu de la F2 devrait mieux s’en tirer sur l’ensemble d’une saison malgré une équipe à reconstruire et qui n’a toujours pas choisi son coéquipier. Ainsi, le pilote Manor en GP3 Dino Zamparelli pourrait faire un double-programme, sauf si Daniel Zampieri, 16ème en 2011, décide de revenir dans la catégorie.

Les indécis

Le cas de Tech 1 a déjà été évoqué mais la situation de la nouvelle équipe AV Formula rentre aussi dans le même scénario. Si Yann Cunha ne devrait pas faire de miracles, les essais d’Arthur Pic ont été assez décousus. Le Français a démontré l’an passé sa vitesse sur un tour mais a eu du mal à concrétiser ses occasions. Et s’il rejoint l’équipe chapeautée par l’ingénieur réputé Philippe Gautheron, le temps de mise en place de la structure pourrait être contre-productif à sa saison. Dans tous les cas, sous-estimer cette association d’entrée serait une erreur.

Arthur Pic AV Formula Formule Renault 3.5 2013 Castellet Paul Ricard

Le cas d’Oliver Webb est également digne d’intérêt. Le Britannique, 3ème de la British F3 en 2010, avait pris la 21ème position en 2011 avant de partir pour les Etats-Unis pour un succès mitigé en Indy Lights. Pour son retour en Europe, il renoue avec Fortec, une structure éprouvée, mais est confronté à Stoffel Vandoorne. Une saison quitte ou double pour Webb ?

D’autres équipes ont semblé naviguer dans le ventre mou des essais. C’est le cas de Pons et de SMP Comtec.

Du côté des Espagnols, Nikolay Martsenko et Zoel Amberg tenteront de faire mieux que l’année dernière pour leurs débuts. Si Martsenko a atteint un Top 5 lors de la première course, il n’avait su confirmer par la suite et espère se refaire une beauté chez Pons. En revanche, le Suisse Amberg reste dans la même structure et se devra d’améliorer son score culminant à un point en 2012. Il lui sera difficile de faire pire mais Pons a du mal à quitter les fonds de grille ces dernières années.

Zoel Amberg Pons Racing Formula Renault 3.5 2013 Castellet Paul Ricard
Comtec reçoit pour sa part le soutien de la banque russe SMP cette année, qui a décidé de s’investir là où les Russes pilotaient. Héritage de nouveau partenariat, Daniil Move arrive dans l’équipe avec à ses côtés Lucas Foresti. L’an dernier, Nick Yelloly avait fait renouer l’équipe britannique avec la victoire tandis que Vittorio Ghirelli languissait dans le ventre mou du championnat. Move et Foresti peuvent, dans un bon jour, faire de belles opérations mais aucun des deux ne semble de taille à rentrer dans le Top 10 final cette saison. Cependant, si Foresti arrive à trouver plus de constance contrairement à ses débuts chez DAMS l’an passé. A voir si l’expérience lui sera bénéfique.

Deux derniers pilotes appartiennent à ce groupe. L’un est Carlos Huertas, quittant Fortec pour Carlin, et dont le potentiel a laissé songeur l’an passé avec des performances en dents de scie, sans vraiment de régularité. Les essais semblent démontrer que rien n’a changé sur ce point.

Antonio Felix da Costa Stoffel Vandoorne Formule Renault 3.5 Barcelone 2013

Le bilan

Après avoir confronté le verdict des chiffres aux expériences passées et une dose de subjectivité que l’on a essayé de contenir au maximum, il apparait peut-être plus pertinent de faire apparaitre un pronostic sous formes de cotes en étoiles, avec de 5 étoiles les principaux favoris à 1 étoile pour les pilotes que l’on ne voit pas quitter le fond du plateau. Notez que les pilotes en italique n’ont pas été encore confirmés.

*****
da Costa, Vandoorne

****
Magnussen, Müller, Sorensen

***
Stevens, Negrão, Sirotkin, Nato, Jaafar, Melker, Aleshin, Pic

**
Webb, Stockinger, Huertas, Move, Foresti, Zanella, Zamparelli, Zampieri, Marinescu, Laine

*
Fantin, Martsenko, Amberg, Cunha

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l’affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox