Accueil / Formule Renault / Eurocup FR2.0 – Gasly et Ocon s’imposent au Castellet
Pierre Gasly au Castellet en Eurocup Formula Renault 2.0
© Renault Sport Media

Eurocup FR2.0 – Gasly et Ocon s’imposent au Castellet

Le duel entre Oliver Rowland et Pierre Gasly se faisait de plus en plus incisif avant l’arrivée des pilotes d’Eurocup Formula Renault 2.0 au Castellet. Pour autant, les outsiders pouvaient-ils tirer leur épingle du jeu lors de l’épreuve à domicile de Pierre Gasly ?

Essais

Si Oscar Tunjo était l’un des premiers à mener la première séance en 2m07.607s, Jake Dennis prenait l’ascendant en améliorant de plus d’une seconde le temps de référence. Il restait en tête pendant un certain temps, mais devait céder ce sésame à l’un de ses adversaires.

Ed Jones terminait leader d’une séance très disputée où les quatre premiers se tenaient en moins d’un dixième. Avec un tour en 2m06.003s, le pilote Fortec devançait Luca Ghiotto, Mikko Pakari et Nyck de Vries. Derrière ce top 4 très serré, Ignazio D’Agosto se tenait non loin derrière.

Pierre Gasly prenait le septième chrono devant Guilherme Silva et Jake Dennis. Steijn Schothorst et Levin Amweg réalisaient la performance de devancer le leader du championnat Oliver Rowland, douzième classé devant Gustav Malja et Esteban Ocon.

Lors de la deuxième séance d’essais collectifs, Oliver Rowland reprenait le contrôle des hostilités en 2m05.103s. La hausse de rythme était de près d’une seconde, mais Ed Jones suivait la tendance en échouant à cinq millièmes du Britannique. Quatre millièmes plus loin, Oscar Tunjo prenait le troisième temps.

Jake Dennis et Ignazio D’Agosto suivaient non loin derrière, à l’instar d’Egor Orudzhev, sixième classé à un dixième du leader de la séance. Pierre Gasly avait beau être huitième classé, il terminait à seulement deux dixièmes. Au total, 25 pilotes se tenaient dans la même seconde ! Les qualifications, divisées en deux groupes, promettaient d’être animées !

Qualifications 1

Comme prévu, le peloton serré redistribuait les cartes. Le groupe A ouvrait le bal avec Marcos Siebert qui se hissait en tête en 2m08.323s. Son temps allait toutefois être rapidement battu, notamment par le Français Aurélien Panis, auteur d’un tour en 2m05.904s. Jake Dennis le surpassait, tout comme Ignazio D’Agosto et Esteban Ocon.

Victor Franzoni et Andrea Pizzitola étaient aussi aux avant-postes, de même qu’Oliver Rowland. Le groupe terminait avec Luca Ghiotto en tête en 2m04.587s, seulement 32 millièmes devant Ignazio D’Agosto. Jake Dennis et le surprenant Aurélien Panis venaient ensuite devant un Oliver Rowland condamné à la cinquième ligne.

Pierre Gasly et ses acolytes du groupe B prenaient la piste à leur tour. Ils allaient se révéler plus rapide, ce qui offrait la pole position à l’un d’entre eux. Nicolas Jamin montait en tête, avant d’être détrôné par Léo Roussel. Il y avait toutefois de la marge et Nyck de Vries montait en tête en 2m05.450s. Pierre Gasly allait le devancer en prenant le meilleur temps absolu des deux groupes en 2m04.465s, six minutes avant la fin de séance.

Egor Orudzhev surpassait néanmoins son coéquipier chez Tech 1, avant que le Français ne réplique en 2m04.097s. Nyck de Vries passait lui aussi devant le Russe et les trois pilotes conservaient cet ordre au drapeau à damier. En quatrième ligne, on retrouvait Ed Jones, tandis que Guilherme Silva se classait juste devant Oliver Rowland sur la grille de départ de la première course du week-end.

Course 1

Au départ, Pierre Gasly conservait la tête et Oliver Rowland rattrapait son retard. La monoplace d’Andrea Pizzitola partait en travers mais pouvait repartir. Oscar Tunjo connaissait le même sort mais ne pouvait repartir. Son abandon causait la sortie de la voiture de sécurité. Aurélien Panis abandonnait aussi et perdait tout le bénéfice de sa bonne séance de qualifications.

Ryan Tveter faisait aussi partie des abandons de ce début de course. Au classement, le Français Pierre Gasly se maintenait en tête devant Luca Ghiotto et Nyck de Vries. Ignazio D’Agosto se tenait au quatrième rang devant les deux pilotes soutenus par la Racing Steps Foundation, Jake Dennis et Oliver Rowland. Egor Orudzhev se tenait septième devant Ed Jones et Guilherme Silva.

La voiture de sécurité s’éclipsait rapidement et Pierre Gasly négociait sans encombre la reprise des débats. Ignazio D’Agosto portait une attaque sur Nyck de Vries mais le pilote Koiranen gardait la tête haute et sa troisième position. Pis : Jake Dennis l’attaquait ensuite, mais une nouvelle fois, le dépassement n’aboutissait pas.

Les ennuis étaient plus importants pour Levin Amweg, qui se retrouvait passablement amoché et devait revenir aux stands avec la roue avant gauche qui ne touchait plus le sol. Alexander Albon et Mikko Pakari étaient eux aussi aux stands, le premier ne disposant plus d’aileron arrière après s’être fait harponner par le deuxième cité.

Les monoplaces se suivaient en tête sans porter d’attaque particulière. Oliver Rowland ne remontait pas sur les leaders et se faisait même harceler par le coéquipier de Pierre Gasly, Egor Orudzhev. Le leader de la course allait ainsi, que le dépassement s’effectue ou non, prendre une belle avance au championnat et récupérer le leadership ! Le drapeau jaune était de nouveau aité en raison de la Fortec d’Ed Jones, en sens inverse hors-piste au neuvième virage du circuit.

Pierre Gasly entrait dans le dernier tour de la course en solide leader, Luca Ghiotto étant toutefois revenu à une seconde du Français. Celui-ci s’imposait à domicile devant un groupe des sept premiers inchangé. Gustav Malja prenait la huitième place devant Esteban Ocon et William Vermont.

Qualifications 2

Oscar Tunjo signait la première référence en 2m06.465s avant d’être détrôné par Levin Amweg en 2m06.389s. Il restait de la marge pour améliorer, le groupe B embarquant dans la deuxième partie de sa phase de qualifications.

Pierre Gasly prenait la tête avant les cinq dernières minutes en 2m05.239s et continuait sur un gros rythme. Egor Orudzhev le devançait cependant pendant un temps en 2m04.862s, grâce à un avantage de sept millièmes à l’arrivée. Nyck de Vries prenait la troisième place du groupe devant Oscar Tunjo et Ed Jones.

Le groupe A enchaînait avec Aurélien Panis parmi les premiers leaders en 2m06.298s, puis en 2m05.105s. Par la suite, il n’était plus seul parmi les pilotes de pointe. Jake Dennis montait en tête en 2m04.608s, la pole allait se décider dans ce groupe. Oliver Rowland se faisait discret avant les derniers instants.

Luca Ghiotto prenait ensuite la tête avec un tour en 2m04.480s. Oliver Rowland ne connaissait aucun sursaut d’orgueil et se retrouvait dans une situation plus compromettante que samedi : dixième de la séance, il allait s’élancer de la dix-neuvième place ! Les cinq premiers du groupe A étaient composés de Luca Ghiotto, Jake Dennis, ainsi que d’Ignazio D’Agosto et les Français Aurélien Panis et Esteban Ocon.

Course 2

Alors que le Paul Ricard était littéralement détrempé quelques heures avant la course du dimanche, le soleil était revenu. Les équipes étaient contraintes à prendre les paris : fallait-il prendre le départ en pneus pour piste sèche ou humide ? La plupart optaient pour la première option…

Les incidents n’allaient pas tarder puisque le drapeau jaune était agité a deuxième virage. Le leader Luca Ghiotto perdait énormément de temps. Jake Dennis devançait Ignazio D’Agosto, Aurélien Panis. Egor Orudzhev et Pierre Gasly suivaient. Yu Kanamaru se retrouvait lui aussi immobilisé pendant un court instant, mais comme le poleman, il repartait sans encombre.

A l’issue du premier tour, Oliver Rowland parvenait à remonter au onzième rang. Plus haut, Egor Orudzhev et Esteban Ocon se battaient pour prendre l’ascendant sur l’autre, le pilote de l’ART Junior Team y parvenant. Pendant ce temps, le classement continuait d’évoluer à tous les niveaux et tous les secteurs.

Ignazio D’Agosto prenait la tête à cet instant devant Aurélien Panis et Jake Dennis. Egor Orudzhev payait cher sa bataille avec Esteban Ocon puisqu’il tombait douzième derrière Oliver Rowland, lui aussi sujet à la perte de quelques positions.

Si Ignazio D’Agosto menait la course, il était placé sous enquête. Aurélien Panis ne comptait pas se reposer sur une possible sanction : il mettait la pression au pilote KTR. L’enjeu était gros : une victoire à domicile !

Après trois tours de course, les deux pilotes de tête devançaient Jake Dennis et l’étonnante Jenzer de Marcos Siebert. Esteban Ocon et Pierre Gasly suivaient, mais le nouveau leader du championnat était lui aussi placé sous enquête. Les dégagements du Paul Ricard sont tentants pour les pilotes, mais gare à la sanction…

Aurélien Panis se faisait de plus en plus pressant en tête, ce qui portait les deux leaders à une avance de près de quinze secondes sur leurs poursuivants directs. Le problème était que leur rythme de course était lié à leurs choix de pneumatiques. Peu avant la mi-course, le fils de l’ancien pilote de Formule 1 et dernier vainqueur français Olivier Panis débordait son adversaire. La KTR répliquait toutefois et reprenait le dessus.

Aurélien Panis ne s’avouait pas vaincu. La bataille des leaders permettait à Jake Dennis et ses poursuivants de se rapprocher, les slicks reprenant l’avantage. La sanction tombait pour Ignazio D’Agosto et Roman Mavlanov : dix secondes de pénalité de temps ajoutées à la fin de la course. Pierre Gasly n’était pas concerné par cette sanction. Roman Mavlanov était par ailleurs exclu de ce meeting et du suivant, ce qui est la sanction la plus lourde selon l’article 14.4 du règlement.

Le pilote Prema Powerteam Aurélien Panis en profitait pour dépasser son adversaire à la régulière. Jake Dennis et Esteban Ocon avaient désormais les cartes en main pour venir à bout des leaders. Ignazio D’Agosto se faisait rapidement dépasser, incapable de riposter. Aurélien Panis allait connaître le même destin.

Andrea Pizzitola se crashait et endommageait son aileron arrière en s’envolant quasiment. Celui-ci avait utilisé comme piste de décollage la roue d’un adversaire, Roman Mavlanov. La monoplace retombait sur ses quatre roues hors-piste, laissant le pilote indemne mais dépité. Une enquête était ouverte sur l’incident.

La victoire était désormais un mirage pour Aurélien Panis, qui se faisait déborder coup sur coup par Jake Dennis et Esteban Ocon. Ces deux pilotes étaient roues dans roues à moins de deux minutes du dernier tour. Esteban Ocon semblait déterminé à pousser son adversaire à la faute. Il y parvenait avant même l’entrée dans le dernier tour au prix d’une intelligence de course sans faille.

Mais Jake Dennis ne s’avouait pas vaincu. Les pilotes continuaient d’être roues dans roues, avec avantage à l’ART. Plus loin, Oliver Rowland était parvenu à dépasser de nombreux pilotes, et même le leader du championnat Pierre Gasly. Les deux hommes se trouvaient aux quatrième et cinquième rangs, loin d’Aurélien Panis. Ils revenaient comme des boulets de canon sur le Français, qui disposait d’une marge de sept secondes lors du dernier tour.

Esteban Ocon profitait du dernier tour pour distancer son adversaire Jake Dennis, qu’il devançait à l’arrivée. Aurélien Panis sauvait son podium pour un millième face à Oliver Rowland. Du moins, c’était ce qu’il pensait avant que la photo finish ne vienne changer la donne… Pierre Gasly prenait la cinquième place devant Ed Jones et Matt Parry. Victor Franzoni, Egor Orudzhev et Oscar Tunjo complétaient le top dix.

Pierre Gasly confortait son avance mais Oliver Rowland limitait les dégâts. Son week-end difficile se concluait avec le panache d’une photo finish qui contredisait le live timing.

Mais la première victoire du samedi de Pierre Gasly montre que les deux pilotes sont sur une autre planète et vont certainement offrir un final magnifique à Barcelone en octobre prochain. Le Français dispose de onze points d’avance sur son rival qu’il a débordé au classement ce week-end.

Eurocup FR2.0 2013 – Classement pilotes – Meeting 6/7
Pos Pilote Points
1 Pierre Gasly 172
2 Oliver Rowland 161
3 Esteban Ocon 128
4 Jake Dennis 118
5 Oscar Tunjo 91
6 Nyck de Vries 70
7 Luca Ghiotto 69
8 Ignazio D’Agosto 66
9 Matthieu Vaxivière 57
10 Egor Orudzhev 56
11 Ed Jones 45
12 William Vermont 42
13 Steijn Schothorst 32
14 Bruno Bonifacio 29
15 Alexander Albon 16
16 Mikko Pakari 16
17 Andrea Pizzitola 14
18 Aurélien Panis 12
19 Victor Franzoni 6
20 Gustav Malja 4
21 Stefan Wackerbauer 4
22 Levin Amweg 2
23 Marcos Siebert 2
24 Guilherme Silva 0
25 Melville McKee 0
26 Alex Baron 0
27 Kevin Jörg 0
28 Benjamin Bailly 0
29 Roman Mavlanov 0
30 Javier Carlos Merlo 0
31 Yu Kanamaru 0
32 Léo Roussel 0
33 Konstantin Tereschenko 0
34 Simon Tirman 0
35 Alejandro Abogado 0
36 Naomi Schiff 0
IN Antonio Fuoco 0
IN Matt Parry 0
IN Jack Aitken 0
IN Ukyo Sasahara 0
IN Joffrey de Narda 0
IN Gregor Ramsay 0
IN Nicolas Jamin 0
IN Simon Gachet 0
IN Hans Villemi 0
IN Victor Sendin 0
IN Ryan Tveter 0
IN Aleksander Bosak 0
IN Javier Amado 0
IN Mattia Vita 0
IN Francisco Mora 0
IN Nick Cassidy 0
IN Denis Korneev 0
IN Bernd Herndlhofer 0
Le duel entre Oliver Rowland et Pierre Gasly se faisait de plus en plus incisif avant l'arrivée des pilotes d'Eurocup Formula Renault 2.0 au Castellet. Pour autant, les outsiders pouvaient-ils tirer leur épingle du jeu lors de l'épreuve à domicile de Pierre Gasly ? Essais Si Oscar Tunjo était l'un des premiers à mener la première séance en 2m07.607s, Jake Dennis prenait l'ascendant en améliorant de plus d'une seconde le temps de référence. Il restait en tête pendant un certain temps, mais devait céder ce sésame à l'un de ses adversaires. Ed Jones terminait leader d'une séance très disputée où…

Passage en revue

Spectacle - 8.3
Dose d'imprévus - 8
Exploit des vainqueurs - 7.9

8.1

À propos Juliette Follin

Juliette vous apporte les actualités, interviews et résumés de meetings de course sur un plateau, quelle que soit la discipline. En parallèle, elle supervise l'aspect technique et graphique sur le site et les réseaux sociaux.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox