Accueil / Formule Renault / FR3.5 – Beitske Visser joue dans la cour des grands
Beitske Visser 2014 Formula Renault 3.5 Monaco
© Renault Sport Media

FR3.5 – Beitske Visser joue dans la cour des grands

Beitske Visser est regardée de près par les observateurs. La jeune pilote a tenté ce pari fou de passer d’un championnat de niveau F4, l’ADAC Formel Masters, à l’une des antichambres de la Formule 1, la Formula Renault 3.5 Series.

Nous l’avons rencontré pour mieux comprendre ce choix et observer comment cette jeune néerlandaise de 19 ans vit cette année difficile.

Aucune autre catégorie ne me permettrait d’apprendre autant. Ce raisonnement reste valide même si mon passage d’ADAC Formel Masters à la Formule Renault 3.5 n’est pas évident !

Personne ne s’attend à ce que la pilote signe de bons résultats d’entrée de jeu. La bienveillance est de rigueur tant le passage d’une catégorie à l’autre est aussi courageux que risqué. A l’inverse, d’autres pilotes se contentent de stagner dans ces formules de promotion, souvent pour des raisons de budget. Et si cette approche d’apprentissage intensif était mieux pensée que l’évoquent certains ?

Beitske Visser attire aussi l’attention à l’heure où les femmes occupent une place toujours plus importante en sport automobile. Cette place reste très minoritaire, mais le vent tourne et Beitske Visser en profite avec lucidité :

C’est un fait : les femmes sont moins fortes que les hommes. Je dois passer plus de temps à l’entraînement. En revanche, le pilotage demande la même approche. Concernant la Formule 1, contrairement à ici, vous disposez aussi la direction assistée.

Ce qui change beaucoup, pour Beitske Visser, ce n’est pas tellement la puissance. Au fil des catégories, les monoplaces sont de plus en plus sophistiquées, ce qui rend les dépassements plus difficiles et le défi toujours plus relevé. Un constat partagé par la pilote néerlandaise.

En ADAC Formel Masters, c’était plus facile. L’aérodynamique entrait moins en ligne de compte. Cet aspect complique réellement les choses !

La Formula Renault 3.5 Series est une formule monotype où les équipes ont différents niveaux. Nous avons voulu savoir si Beitske Visser souffrait d’un déficit de performance du fait d’être éloignée d’équipes telles que DAMS et Fortec. Son ressenti n’est pas aussi pessimiste.

Notre équipe, AVF, est compétitive. Elle s’est battue aux avant-postes. J’ai une voiture rapide. C’est à moi d’engranger plus d’expérience dans la voiture pour en tirer le meilleur.

Certains pilotes expliquent également que le plus gros défi de la catégorie reine des World Series by Renault est la gestion des réglages. Si elle ne l’exprime pas de cette façon, Beitske Visser ne néglige pas l’importance de cette démarche.

Bien choisir les réglages a une incidence capitale. Prendre la mauvaise direction coûte beaucoup. Au contraire, rassembler tous les éléments permet de gagner plus d’une seconde !

Difficile de mettre des mots sur sa passion pour le sport automobile, que l’on soit homme, femme, pilote ou spectateur. Beitske Visser souligne, comme beaucoup d’autres, à quel point l’approche du sport automobile s’est faite de manière naturelle, au contact d’un entourage familial qui a transmis le virus instinctivement.

Mon père était impliqué dans le sport automobile. Un jour, il m’a offert un karting. Ensuite, j’ai privilégié la monoplace. Je préfère sans aucun doute cela aux voitures de tourisme.

Le travail dans l’ombre des Carlos Sainz, Pierre Gasly ou Oliver Rowland continue pour Beitske Visser. La prochaine étape aura lieu au Moscow Raceway, une piste bien connue des World Series by Renault qui l’ont inaugurée le 13 juillet 2012.

À propos Juliette Follin

Juliette vous apporte les actualités, interviews et résumés de meetings de course sur un plateau, quelle que soit la discipline. En parallèle, elle supervise l'aspect technique et graphique sur le site et les réseaux sociaux.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox