Accueil / Formule Renault / FR3.5 – DAMS et Norman Nato, le couple idéal ?
AUTO - WORLD SERIES BY RENAULT SPA 2013 NORMAN NATO
© Renault Sport Media

FR3.5 – DAMS et Norman Nato, le couple idéal ?

A bientôt 21 ans, Norman Nato en est à sa quatrième saison de monoplace depuis ses débuts en 2010 en F4. Après avoir suivi un parcours logique en continuant en 2.0 et en débarquant dans l’équipe DAMS en Formule Renault 3.5, le Français doit faire ses preuves cette saison.

En 2012, Nato nous confiait qu’il fournissait un travail acharné pour s’autoriser une transition plus aisée à la 3.5. Avec une équipe au savoir-faire affûté comme DAMS, le jeune cannais est entre de bonnes mains et a pu se préparer très tôt, plus tôt que certains de ses adversaires. Il nous raconte.

Dans un premier temps, les essais hivernaux s’étaient plutôt bien passés. Par rapport aux autres, c’était un de mes points forts. J’ai pu faire le programme qu’on m’avait donné, ça s’était plutôt bien passé pour le début. Après, la signature avec DAMS s’est faite et on a commencé directement à travailler pour préparer la saison. Par rapport à la 2.0, il y a beaucoup plus de travail, c’est différent. On a deux ingénieurs, deux mécaniciens. Tout est plus important, c’est plus de travail, plus de sérieux. C’est le plus gros changement par rapport à la 2.0.

Le coéquipier de Norman Nato, Kevin Magnussen, se forge une sacrée réputation en menant actuellement le championnat 2013. A ses côtés, le jeune français ne cesse de découvrir et d’apprendre de nouveaux éléments pour progresser.

Le team est expérimenté. Pour un rookie comme moi dans la catégorie, c’est sûr que c’est bien d’y débuter. J’ai l’avantage d’avoir un coéquipier qui peut jouer le championnat et qui va vite. Ça me tire donc vers le haut et ça me fait apprendre deux fois plus vite. On voit petit à petit les résultats. La performance est là, il n’y a plus qu’à concrétiser ! En termes de performances, en effet, on se rapproche de ce qui se fait le mieux.

Une saine émulation qui ne cache pas d’animosité entre les deux hommes, qui en sont à un stade différent de leur carrière. Norman Nato ne le cache pas et prend modestement ses marques… avant de pouvoir à son tour réaliser des performances suffisantes pour jouer le championnat, l’an prochain par exemple ?

La philosophie de l’équipe, c’est de travailler tous ensemble. Ensuite, [Magnussen] concourt sa deuxième saison, il a fait une saison de F3 avant et il est chez McLaren – pour lui, c’est un plus. J’essaie de profiter de son expérience pour progresser plus vite, parce que je ne fais pas partie d’une filière, je viens de la 2.0 et j’ai moins d’expérience.

Cela ne vous aura pas échappé : Norman Nato, pilote français, a débuté dans un championnat de France. Il concourt chez DAMS, une équipe française. A votre avis, s’agit-il d’un choix calculé ou d’un concours de circonstances ?

Le choix de DAMS ne s’est pas fait sur [le critère linguistique], cela n’avait rien à voir. Mais pour moi, c’est agréable d’être dans une équipe française, il y a une bonne ambiance. Si c’est un avantage ? Oui et non, parce que je pense que si j’avais été dans un team anglais ça se serait bien passé aussi.

Quoi qu’il arrive, Norman devra passer à l’heure du thé anglais un jour ou l’autre. L’éviter le plus longtemps possible n’aurait donc pas de sens… Ne manquez pas le dernier volet des interviews de Norman Nato cet après-midi avant la deuxième course de Formule Renault 3.5, cette fois-ci, on parlera de Stoffel Vandoorne !

À propos Juliette Follin

Juliette vous apporte les actualités, interviews et résumés de meetings de course sur un plateau, quelle que soit la discipline. En parallèle, elle supervise l'aspect technique et graphique sur le site et les réseaux sociaux.

2 plusieurs commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox