Accueil / World Series by Renault / FR3.5 : Magnussen complète la rafle danoise dans le chaos

FR3.5 : Magnussen complète la rafle danoise dans le chaos

Kevin Magnussen FR3_5 2012 Spa

Kevin Magnussen, déjà poleman la veille, s’élance à nouveau de la pole position. Il devance sur la grille Robin Frijns et Jules Bianchi, tandis qu’Arthur Pic partira de la dix-huitième position. Le leader du championnat, Sam Bird, a été relégué au fond de la grille car l’inspection a révélé que son réservoir n’avait pas assez d’essence par rapport à la limite du règlement.

Le départ s’effectue sous safety-car, afin d’éviter le désastre du départ en Eurocup FR2.0. Trois tours plus tard, soit déjà dix minutes de course, la course reprend. Carlos Huertas est la principale victime du restart car il disparait du classement. En tête, les positions restent figées, les pilotes roulent sur des oeufs. Nick Yelloly passe cependant Lewis Williamson pour le gain de la quatrième place, tandis que Cunha se paie Nebylitskiy et Martsenko. Aleshin et Bird gagnent déjà trois place en passant Amberg et Venturini, qui se frotte à foresto, ce qui amène les deux à l’abandon.

Au cinquième tour, la valse des arrêts au stand débute et Stanaway, Rossi, Pic et Bird effectuent leur arrêt au stand obligatoire. Pendant ce temps, Mikhail Aleshin est immobilisé sur la piste au virage 8. Pendant les arrêts, Bird en profite pour dépasser Pic. Les deux hommes sont toutefois dans les méandres du classement, cela n’a pas grande incidence. Au septième tour, Vittorio Ghirelli connaît le même sort que le Russe, au virage 6 cette fois. En tête, Bianchi a marqué son arrêt au stand, Yelloly passe en troisième place mais ne s’est pas arrêté. Trois autres drapeaux jaunes sont alors annoncés aux virages 5, 7 et 9.

Pendant ce temps, au stand, Frijns ressort juste Magnussen en force -un incident qui sera sujet à une enquête de la part des commissaires-, mais celui-ci se venge aux Combes en reprenant le meilleur sur le Néerlandais. Ensuite, Richie Stanaway s’envole littéralement lors d’un contact avec Carlos Huertas, mais le Néo-Zélandais évite le tonneau. La course est finie pour lui, la voiture de sécurité entre en piste donc au neuvième tour. La monoplace d’Huertas est également arrêtée en piste. Les dix premiers au tour 10 sont Williamson, Rosenzweig, Move, Korjus, Magnussen, Yelloly, Frijns, Müller, Grubmüller et Nebylitskiy. Les quatre premiers et le dixième ne se sont pas arrêtés. Après quelques minutes, le drapeau rouge est brandi pour se substituer à la voiture de sécurité, car la monoplace de Stanaway n’est toujours pas évacuée.

Les monoplaces regagnent la ligne de départ-arrivée pour former une nouvelle grille de départ, et les mécaniciens accèdent alors à la piste. La course repartira à 15h35 sous le régime de la voiture de sécurité. Il restera alors 14 minutes 38 plus un tour. Au redémarrage, la monoplace de Jules Bianchi doit être poussée par les commissaires. Quelques temps plus tard, il sort des stands tandis que la voiture de sécurité s’effacera dans le tour suivant le redémarrage. La fenêtre d’arrêts aux stands est élargie à deux tours de plus. Au redémarrage, Kevin Korjus prend la troisième place en dépassant Daniil Move. A la fin de ce tour, le pilote RFR Anton Nebylitskiy réalise son arrêt au stand, léguant sa dixième place à Marco Sorensen. L’Estonien Korjus passe au stand, tout comme Move. Ils sortiront bien au-delà des points, en quinzième et seizième places. La monoplace d’Alexander Rossi est arrêtée juste à côté de l’entrée des stands, le drapeau jaune est en vigueur au virage 19. Les trois premiers sont alors Williamson, Rosenzweig et Magnussen, en sachant que les deux premiers doivent encore effectuer un arrêt. Au fond du classement, Jules Bianchi claque les meilleurs temps au tour à la file, ayant la piste libre.

La bataille fait rage pour la septième place entre Grubmüller et Bird. Le Britannique, parti dernier sur la grille, effectue une remontée intéressante puisqu’il a déjà réalisé son arrêt au stand. Les deux voitures de tête ne se sont toujours pas arrêtées alors que la fenêtre des arrêts est désormais close. De ce fait, les commissaires regardent ce cas de très près. Le chronomètre est terminé, au prochain passage à la ligne du leader, les pilotes entreront dans le dernier tour. Au 17e tour, Bird prend le meilleur de Grubmüller et décroche la septième place.

La sanction est finalement tombée : les deux premiers pilotes écoperont d’une pénalité de soixante secondes qui seront ajoutées à leur temps de course, pour les reléguer au même niveau que Nebylitski et Bianchi.

Magnussen s’impose donc, même s’il franchit la ligne en troisième position, devant Yelloly et Frijns. Au championnat, Sam Bird conserve le leadership grâce à sa belle remontée de la 24ème à la 5ème place. Le prochain meeting de Formule Renault 3.5 aura lieu les 30 juin et 1er juillet prochains. Les Danois Sorensen et Magnussen confirmeront-ils le jamais deux sans trois ?

Formule Renault 3.5 2012 – Spa – Course 2
1. Kevin Magnussen – Carlin – 18 tours
2. Nick Yelloly – Comtec – +2.682s
3. Robin Frijns – Fortec – +6.820s
4. Nico Müller – Draco – +9.688s
5. Sam Bird – ISR – +12.820s
6. Walter Grubmüller – P1 – +14.643s
7. Marco Sorensen – Lotus – +15.611s
8. Will Stevens – Carlin – +17.457s
9. Nicolay Martsenko – BVM Target – +20.322s
10. Giovanni Venturini – BVM Target – +23.429s
11. Yann Cunha – Pons – +27.977s
12. André Negrão – Draco – +28.427s
13. Kevin Korjus – Tech 1 – +29.596s
14. Daniil Move – P1 – +36.684s
15. Anton Nebylitskiy – RFR – +41.765s
16. Lewis Williamson – Arden Caterham – +49.940s (pénalité 60s)
17. Jules Bianchi – Tech 1 – +54.040s
18. Jake Rosenzweig – ISR – +56.803s
19. Alexander Rossi – Arden Caterham – + 5 tours
20. Carlos Huertas – Fortec – + 10 tours
21. Richie Stanaway – Lotus – + 10 tours
22. Arthur Pic – DAMS – + 11 tours
23. Vittorio Ghirelli – Comtec – + 12 tours
24. Zoel Amberg – Pons – + 12 tours
25. Mikhail Aleshin – RFR – + 13 tours
26. Lucas Foresti – DAMS – + 14 tours

Formule Renault 3.5 2012 – Classement général – Meeting 3/9
1. Sam Bird – 70
2. Robin Frijns – 61
3. Marco Sørensen – 45
4. Jules Bianchi – 36
5. Nick Yelloly – 51
6. Alexander Rossi – 25
7. Kevin Korjus – 24
8. Nico Müller – 32
9. Kevin Magnussen – 43
10. Mikhail Aleshin – 16
11. Arthur Pic – 15
12. Carlos Huertas – 13
13. Will Stevens – 16
14. Nikolay Martsenko – 13
15. Richie Stanaway – 8
16. Jake Rosenzweig – 8
17. Daniil Move – 6
18. Walter Grubmüller – 14
19. André Negrão – 5
20. Giovanni Venturini – 3
21. Zoël Amberg – 1
22. Yann Cunha – 0
22. Lucas Foresti – 0
23. Vittorio Ghirelli – 0
25. Anton Nebylitskiy – 0
26. Lewis Williamson – 0

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l’affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox