Accueil / World Series by Renault / Jeune et licencié

Jeune et licencié

Spa 2010, World Series by Renault

Il y a quelques jours, nous avons appris que Brendon Hartley était licencié du Red Bull Junior Team. Certains y voient par cette éviction presque la fin des espoirs de carrière de Néo-Zélandais, mais il convient de regarder dans le passé récent ce qu’il advient de pilotes écartés des programmes des jeunes pilotes.

Red Bull a un certain passif dans cette gestion made-in Helmut Marko. Deux exemples me viennent d’ailleurs directement en tête. Albuquerque, un pilote portugais, avait remporté la FR Eurocup et NEC en 2006, avant de réaliser une solide saison en FR3.5 qu’il achèvera à la quatrième place. A la fin de cette année 2007, Red Bull prend tout le monde à contre-pied, en proposant au lusitanien, ainsi qu’à un autre pilote de son système interne – Adrian Zaugg-, d’effectuer un programme l’année suivante en… Formule Nippon ! Les deux pilotes refusant, Red Bull s’en sépare sans aucun ménage, comme si cela avait été fait dans le but de dégraisser. Aucun ne s’en est vraiment remis, le portugais se faisant une virginité en A1GP –dont on connaît le sort actuel-, le sud-africain essayant de reconstruire sa réputation en GP2, là il fut classé très souvent pilote dangereux de par son comportement.

Néanmoins, tout n’est pas si gris. On se rappellera que Kubica avait été évincé du Renault Driver Development, quelques années après l’avoir intégré. Sachant rebondir grâce à son talent et un budget conséquent, le polonais s’imposera en FR3.5 avant de confirmer très rapidement au plus haut sommet.

Alors, où classer Hartley ? Troisième de la F3UK il y a deux ans, mais peu convaincant en FR3.5 et en F3EuroSeries la saison passée, Red Bull lui laisse une seconde chance pour 2010, là où le taureau rouge aurait perdu patience pour moins les années de dégraissage. Néanmoins, il est dorénavant nettement dominé par Ricciardo, champion de F3UK l’an passé. Depuis le temps que je dis qu’il faut le surveiller celui-là, au passage. Il perd au passage volant et Red Bull. Aleshin, dans une situation un peu comparable, se refait à merveille cette année puisqu’en tête du championnat FR3.5 devant… Ricciardo.

Hartley n’a donc aucun plan pour l’heure, mais il faut se dire qu’être licencié si jeune d’un programme d’écurie ne veut pas systématiquement dire une fin de carrière en eau de boudin. Le soutien aide, mais n’est pas indispensable. Du moins, pas autant qu’un budget, chose qu’il devra fournir dorénavant, et que Red Bull faisait avant. Mais le garçon est vendeur. Jeune et vendeur, à lui de combiner cela avec son talent pour démontrer qu’il n’a pas été surcoté.

À propos Guillaume Renard

Guillaume surveille le monde des monoplaces comme personne. Toujours à l’affût des dernières nouvelles et des disciplines en vogue, il définit la ligne éditoriale et apporte un regard avisé mais toujours bienveillant sur les formules de promotions.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox