Accueil / Interviews / Q&A avec Mikhail Aleshin

Q&A avec Mikhail Aleshin

Mikhail Aleshin 2012 FR3_5 Spa

Dans un milieu où la concurrence et l’orgueil sont exacerbés, rares sont les pilotes qui acceptent de remettre en jeu un titre en formules de promotion. Pourtant, confronté à un manque d’opportunité dans sa quête vers la F1, Mikhail Aleshin a décidé de revenir en Formule Renault 3.5 avec la toute nouvelle équipe RFR.

Ancien de la filière Red Bull, le champion 2010 de la discipline a accepté de répondre à nos questions ce dimanche matin, après une qualification difficile.

Mikhail, vous êtes revenu dans une formule où vous avez remporté le titre en 2010, pourquoi revenir à ce niveau ?

Plusieurs points ont joué en la faveur de ce retour. D’abord, le projet de l’équipe est intéressant. L’équipe roule sous licence russe, avec des sponsors russes, avec deux pilotes russes également. Je pense que l’idée est très bonne. En outre, cette année, il y a une nouvelle monoplace, elle est sans doute plus rapide que la GP2. A mon avis, comme je ne peux pas rouler en Formule 1, la Formule Renault 3.5 est la meilleure option. Le choix coulait de source.

Vous avez disputé plusieurs saisons en 3.5, mais cette année, beaucoup de choses ont changé. Que pensez-vous apporter à l’équipe ?

L’équipe possède de bons ingénieurs, et je pense pouvoir apporter des choses, par exemple des informations que j’apporte sont importantes pour avancer, puisque l’équipe doit progresser.

L’année passée, lorsque vous avez remplacé Anton Nebylitskiy, cela vous-a-t-il motivé pour piloter chez RFR ?

Pour moi, c’était clair, parce que j’ai roulé avec l’équipe. Les choses sont très différentes cette année, c’est beaucoup plus professionnel, et nous sommes bien plus rapides également.

L’équipe RFR est très jeune, passez-vous beaucoup du temps à Nogaro depuis la construction de l’équipe ?

L’équipe est très professionnelle, des ingénieurs aux techniciens, donc la réorganisation ne pose pas de problème. Je me suis rendu à Nogaro, j’ai bien sûr travaillé avec l’équipe en essayant de rendre la voiture plus rapide. Hier, cela s’est pas mal passé, aujourd’hui, j’ai rencontré un problème électrique. Quoi qu’il en soit, nous allons de l’avant.

Dans le passé, vous avez été très longtemps fidèle à Carlin. Est-ce un défi d’être dorénavant dans une équipe en reconstruction ?

C’est un gros défi, oui. Il faut bien entendu construire l’équipe, qui court sous licence russe avec des pilotes russes, le défi pour moi est d’amener l’équipe au succès, c’est mon but en tout cas.

La Formule 1 est-elle toujours votre objectif ?

Oui, c’est l’objectif de ma carrière et je ne me vois pas vouloir aller ailleurs et changer d’optique.

Il y a eu des rumeurs vous liant à Marussia Virgin Racing…

Non, elles ne sont pas fondées. Nous avons parlé avec plusieurs équipes.

L’an passé en GP2, il y a eu une blessure, puis des problèmes budgétaires. Une saison assez frustrante. Cela a-t-il des conséquences sur le pilote ?

Quand j’étais blessé, c’était très difficile de conduire. J’ai manqué deux courses, à partir de là le handicap est lourd. C’était frustrant, mais ce n’est pas possible d’être toujours au top. Il y a toujours des imprévus. J’ai participé à différents championnats, dont la Superleague Formula. Au meeting de Zolder, je réalise un podium en course 2, mais la série s’arrête ensuite. En tout cas, cumuler les disciplines est toujours un plus au niveau expérience. Dans toute situation, on peut trouver du bon.

Votre titre en 2010 a été mis à l’arrière-plan par les performances du débutant Ricciardo et du disqualifié Guerrieri. Personnellement, est-ce dur à vivre ?

Pour moi, c’est simple : si l’équipe de Guerrieri a triché, elle devait être pénalisée en conséquence. En ce qui concerne Ricciardo, il est très talentueux, aucun doute là-dessus. J’ai gagné le championnat cette année-là, alors que nous aussi avions rencontré des problèmes. Tout n’était pas simple. Le championnat, c’est 17 courses, donc si vous le gagnez, cela signifie quelque chose.

Ce qu’on lisait à l’époque, c’étaient des actualités qui allaient plus dans le sens de ces deux pilotes alors que vous aviez remporté le championnat.

On ne peut pas plaire à tout le monde. Je fais mon travail de mon mieux. Bien sûr, certains voulaient voir l’un ou l’autre gagner.

Votre carrière a été marquée par des hauts et des bas. Avez-vous déjà envisagé de tout arrêter ?

Que ferais-je à la place ? Vous ne pouvez pas me répondre, et bien moi non plus, c’est la même chose : je n’en ai aucune idée.

Quels sont vos objectifs cette saison ?

Nous progressons constamment, nous allons de l’avant. Mon objectif, c’est un podium, un bon résultat. On peut toujours parler de l’avenir, mais aujourd’hui, ce qui m’importe, c’est cette saison. L’équipe et moi travaillons pour être plus rapides.

Pour finir, nous avons entendu que vous étiez un bon guitariste, en solo ou en groupe ?

J’ai un groupe de rock, on fait des concerts en Russie. C’est une bonne chose, car il faut se concentrer sur différentes choses, pour décompresser.

À propos Juliette Follin

Juliette vous apporte les actualités, interviews et résumés de meetings de course sur un plateau, quelle que soit la discipline. En parallèle, elle supervise l'aspect technique et graphique sur le site et les réseaux sociaux.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*

Motor Racing League plugin by Ian Haycox